formats

Hommage à Meziane Rachid : une vie et une œuvre pour la préservation de la culture amazighe

Publié le 12/12/2015, par dans Non classé.
Hommage à Meziane Rachid : une vie et une œuvre pour la préservation de la culture amazighe
TIZI-OUZOU – Un hommage a été rendu samedi à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou au chanteur et auteur-compositeur Meziane Rachid (1944-2015) qui s’est consacré à la sauvegarde et à la préservation de la culture amazighe. Une conférence sous le thème « Meziane Rachid, patrimoine immatériel de…

Lire la suite

formats

Tipasa : El Amari, Imzad et Hamidou animent un gala en solidarité avec les handicapés

Publié le 12/12/2015, par dans Non classé.
Tipasa : El Amari, Imzad et Hamidou animent un gala en solidarité avec les handicapés
TIPASA – Les artistes Mohamed El Amari et Hamidou et la troupe Imzad ont animé vendredi soir à la maison de la culture Ahmed Aroua de Koléa (Tipasa) un gala artistique de solidarité avec les personnes aux besoins spécifiques. Ce gala a clôturé une semaine de sensibilisation sur la prévention…

Lire la suite

formats

Ould Khelifa : « L’opposition n’est pas en droit de s’adresser au président de la République »

Publié le 12/12/2015, par dans Non classé.

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, a indiqué que les députés et partis politiques qui sont opposés à la LF 2016 dans sa mouture adoptée par l’Assemblée ne sont pas  » en droit de s’adresser au président de la République.
 » L’opposition n’est pas en droit de s’adresser au président de la République qui a un gouvernement auquel il donne des directives, a-t-il ajouté précisant que le texte en question  » adopté à la majorité, constituera la loi de finances de 2016, a affirmé M.Ould Khelifa dans un entretien qu’il a accordé samedi 12 décembre à APS.

Quant au Conseil constitutionnel, que l’opposition a décidé de saisir pour tenter d’empêcher l’adoption de cette loi, le président de l’APN a indiqué que ce conseil n’est pas habilité à trancher cette question, étant une instance constitutionnelle dont les prérogatives ne sont pas élargies aux griefs retenus contre le gouvernement dans ce volet.

La LF2016 prévoit la rationalisation des dépenses et non l’austérité

M. Ould Khelifa a, d’autre part, indiqué que les articles 66 et 71 de la Loi de finances, objet de polémique dans les milieux politique et médiatique,  » ne concernent pas le citoyen, mais une distribution plus équitable des richesses et des recettes.

 » Le mot austérité n’est mentionné dans aucun des articles de la Loi de finances. Il s’agit plutôt de la rationalisation des dépenses, a-t-il indiqué.

Il a, par ailleurs, expliqué que lesdits articles étaient dictés par  » la conjoncture que traverse le pays, du fait de la baisse des cours pétroliers sur les marchés internationaux, ajoutant que  » l’Algérie qui n’est pas à l’origine de cette baisse, a pris ses précautions contrairement à ce qui est rapporté par certains.

Après avoir indiqué que la crise économique revêtait une dimension internationale et ne concernait pas uniquement l’Algérie, le président de l’APN a rappelé la conjoncture vécue par l’Algérie durant les années 80, ajoutant que cette situation avait  » amené le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a prendre des mesures préventives très judicieuses dont le paiement anticipé de la dette et l’investissement à grande échelle dans les infrastructures de base.

Pour éviter qu’un tel scénario ne se reproduise, M. Ould Khelifa préconise de  » rationaliser les dépenses et investir dans les secteurs générateurs de richesse, à l’instar de l’agriculture et de l’industrie pour garantir un seuil d’autosuffisance et ne plus compter sur l’importation. Concernant les  » appréhensions de certains quant à l’impact du recul des recettes pétrolières sur la politique sociale de l’Etat, le président de l’APN a rassuré qu »‘il n’y aura pas de baisse des salaires ni d’augmentation des taxes sur les produits de large consommation, même si le trésor doit compenser les pertes de la fiscalité pétrolière par d’autres ressources.  » Toute aide ou assistance doit aller exclusivement aux catégories vulnérables, a-t-il ajouté précisant que  » les autres catégories ont les moyens de faire face à cette conjoncture. S’agissant des efforts consentis par l’Etat ces dernières années pour venir en aide aux catégories vulnérables, M. Ould Khelifa a indiqué que les augmentations salariales en Algérie  » ont connu une tendance haussière les 10 dernières années et le salaire moyen de l’Algérien est nettement plus élevé par rapport à celui de ses voisins.

Concernant les incidents qui ont émaillé la séance de vote de la Loi de finances, le président de l’APN a affirmé que l’opposition  » n’a pas le droit d’empêcher les autres d’émettre leur avis ou de voter.  » Il y a une majorité et une minorité dans tous les parlements, a-t-il dit. « Empêcher le vote de cette loi est une mesure illégale et non-démocratique, a-t-il martelé, indiquant que  » ceux qui estiment que cette loi est inappropriée n’ont qu’à se présenter aux prochaines élections et corriger l’erreur. Lire la suite

formats

« Zeus », une fiction algéro-portugaise sur la vie du président Manuel Texeira Gomès en fin de tournage à Bejaia

Publié le 12/12/2015, par dans Non classé.
BEJAIA- « Zeus », une fiction cinématographique algéro-portugaise retraçant la vie du défunt président portugais Manuel Texeira Gomès (1862-1941), mort en exil à Bejaia en 1941, arrive en fin de montage, selon la productrice Amina Bedjaoui Haddad. Réalisé par Paulo Félipé Montéro, le film, est déjà bouclé dans sa grande partie, notamment…

Lire la suite

formats

Le Prix Moufdi Zakaria de la poésie arabe attribué au poète syrien Ahmed Mahmoud Amich

Publié le 12/12/2015, par dans Non classé.
Le Prix Moufdi Zakaria de la poésie arabe attribué au poète syrien Ahmed Mahmoud Amich
GHARDAIA- Le Prix Moufdi Zakaria de la poésie arabe décerné par l’association culturelle El Djahidia est revenu cette année au poète syrien Ahmed Mahmoud Amich pour son oeuvre « double naissance de la même mère », a annoncé à Ghardaïa le président de l’Association. Le Prix, attribué lors d’une cérémonie organisée vendredi…

Lire la suite

formats

Le crédit à la consommation relancé en 2016

Publié le 12/12/2015, par dans Non classé.

Le crédit à la consommation sera officiellement lancé début 2016. C’est ce qu’a déclaré, jeudi, Abdessalem Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des Mines, suite à une réunion de travail qu’il a tenue avec le ministre du Commerce, Bekhti Belaïb, et le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd.
Dans le souci de coordonner la relance de ce crédit tant attendu par les ménages, et dont le processus de mise en œuvre sera effectué dès cette semaine, cette réunion avait aussi pour but essentiel de fixer le mode opératoire permettant de définir les produits concernés par ce crédit. De ce fait, il a été décidé que seuls les produits fabriqués ou assemblés localement et destinés à la vente aux particuliers seront éligibles. Le champ a été ouvert à toutes les entreprises productrices en Algérie dans le souci d’encourager le produit « Made in Algeria» et réduire un tant soit peu la facture de l’importation.

Pour rappel, le retour de ce crédit, gelé en 2009 au profit du crédit immobilier, a été décidé par la tripartite de février 2014. Toutefois, il a connu, comme tous les projets et décisions prises par les autorités algériennes, d’énormes retards liés à la lenteur des procédures et aussi à la contestation de certaines associations de défense des droits de consommateurs quant au taux d’intérêt jugé trop élevé. Malgré les appels de ces associations au taux d’intérêt zéro sur ces crédits, ces derniers restent tout de même fixés entre 5 et 8%.

Après cette déclaration, les ménages algériens pourront « enfin» s’endetter. Avec le pouvoir d’achat déjà érodé qui sera mis encore une fois à rude épreuve après l’application de la loi de finances 2016, la classe moyenne sera, selon des spécialistes, encore plus appauvrie. Dans ce sens, et pour s’assurer que l’emprunteur sera capable de payer tout son dû, une centrale des risques a été mise en place par la Banque d’Algérie.

Ainsi, tout emprunteur sera automatiquement inscrit dans ce fichier mis à la disposition de toutes les banques partie prenante de ce dispositif. Ces dernières sont, selon la loi, obligées de consulter ce fichier avant d’accorder tout crédit pour éviter tout surendettement des ménages. Pour le délai de remboursement, il a été fixé de 3 jusqu’à 60 mois. En 2009, rappelons-le, 80% des ménages algériens qui avaient opté pour ce crédit à la consommation s’étaient achetés des voitures. Les 20% restants se sont rués vers l’ameublement et les produits électroménagers. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2765)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair