formats

«Il faut cesser de prendre pour cible ceux qui critiquent le gouvernement»

Publié le 09/12/2015, par dans Non classé.

Les autorités algériennes utilisent les dispositions du code pénal érigeant en infraction l' »outrage», l' »injure» ou la « diffamation» visant des représentants de l’Etat et autres institutions pour restreindre la liberté d’expression sur internet ou dans la rue.
A l’occasion de la célébration mondiale de la Journée des droits de l’homme, le bureau d’Amnesty International (AI) en Algérie alerte sur l’intensification, ces dernières semaines à travers le pays, de la répression contre la liberté d’expression non violente en ligne et hors ligne. « Les tribunaux ont prononcé des condamnations à des peines de prison contre un dessinateur à El Meghaïer, dans la wilaya d’El Oued, et poursuivent actuellement un militant pour une publication sur facebook.

Douze manifestants pacifiques d’El Oued et de Tamanrasset ont été condamnés à des peines de prison et un militant en faveur des droits humains encourt la peine de mort», indique une déclaration du bureau d’AI Algérie. L’ONG de défense des droits humains demande aux autorités algériennes « d’annuler les condamnations prononcées et d’abandonner les charges retenues contre les militants non violents accusés d’avoir pacifiquement exercé leurs droits à la liberté d’expression et de réunion».

Sous le titre « Algérie : il faut cesser de prendre pour cible ceux qui critiquent le gouvernement», la déclaration d’AI souligne que les législateurs algériens « doivent modifier les lois érigeant en infraction l’exercice des libertés civiles et prévoyant des peines de prison contre des manifestants non violents».

La déclaration d’AI estime que « la récente série d’arrestations et de poursuites visant des militants pacifiques tend à montrer que les libertés civiles sont de plus en plus menacées en Algérie». Et de préciser que « malgré les obligations auxquelles le pays est tenu en matière de droits humains, au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et les garanties relatives aux droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique inscrites dans la Constitution algérienne, les autorités algériennes recourent au tribunaux pour réduire les dissidents au silence, invoquant diverses lois répressives». Ainsi, les autorités algériennes utilisent les dispositions du code pénal érigeant en infraction l' »outrage», l' »injure» ou la « diffamation» visant des représentants de l’Etat et autres institutions pour restreindre la liberté d’expression sur internet ou dans la rue.

Amnesty souligne que « si la loi algérienne 91-19 relative aux réunions et manifestations publiques exige une déclaration préalable, les autorités doivent éclaircir ses modalités d’application afin de garantir que cela n’équivaut pas en pratique à une obligation d’obtenir une autorisation préalable, donnant lieu à des cas où les autorités locales s’abstiennent de donner une confirmation aux manifestations susceptibles d’être critiques à l’égard des autorités». Une conférence de presse est prévue aujourd’hui au siège d’AI à Alger autour de la campagne « Marathon des lettres» pour la promotion de la défense des droits de l’homme. Lire la suite

formats

L’occupation espagnole d’Oran a été confrontée à des résistances et guerres continues

Publié le 09/12/2015, par dans Non classé.
L'occupation espagnole d'Oran a été confrontée à des résistances et guerres continues
ORAN- L’occupation espagnole d’Oran a été confrontée à des résistances et guerres continues, ont indiqué les conférenciers lors d’un colloque international sur « Oran et Espagne, une histoire commune », ouvert mardi à l’université d’Oran. Aucun répit n’a eu lieu depuis la conquête d’Oran en 1509. Bien au contraire, des guerres et…

Lire la suite

formats

« Tkhelwit N Echittane » de Dahmani Kamel remporte le Mohia d’Or de la meilleur dramaturgie

Publié le 09/12/2015, par dans Non classé.
TIZI-OUZOU – La pièce théâtrale « Tkhelwit N Echittane » de Dahmani Kamel a remporté, mardi à Tizi-Ouzou, le prix Mohia d’or de la meilleure dramaturgie en Tamazight. Quant au prix Mohia d’argent et Mohia de Bronze, ils sont revenus respectivement à Sellami Djelloul pour sa pièce « La Nina » et Mezghoud Nacer…

Lire la suite

formats

9e Festival Sanaâ: les orchestres prennent un coup de jeune

Publié le 08/12/2015, par dans Non classé.
9e Festival Sanaâ: les orchestres prennent un coup de jeune
ALGER – Avec une moyenne d’âge ne dépassant guère les 18 ans au sein des différents orchestres en compétition, le 9e Festival national de la musique Sanaa, qui prend fin ce mardi, aura eu le mérite de révéler, outre une féminisation de cet art, l’existence d’une relève apte à sauvegarder…

Lire la suite

formats

Festival d’Annaba du film méditerranéen : le programme des projections « chahuté »

Publié le 08/12/2015, par dans Non classé.
Festival d'Annaba du film méditerranéen : le programme des projections
ANNABA – Le planning des projections des films en compétition au 1er Festival d’Annaba du film méditerranéen (FAFM) a été légèrement « chahuté en raison du décalage des séances et la déprogrammation de quelques films. En compétition, la projection, dimanche, du film « Opération maillot » d’Okacha Touita, précédemment projeté à la place…

Lire la suite

formats

Amar Saadani : le général Toufik « est en train de se noyer » !

Publié le 08/12/2015, par dans Non classé.

Le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, a réagi, aujourd’hui mardi à Alger, à la lettre de l’ex-chef du DRS, le général de corps d’armée à la retraite, Mohamed Mediene.

 » On ne va pas lui donner plus que ce qu’elle mérite. C’est une lettre tombée dans l’eau », a déclaré Amar Saadani devant les candidats de son parti pour les élections sénatoriales de janvier prochain.  » C’est comme la lettre de Abdelhalim  » Ini Aghraq, Ini Aghraq ( je me noie) », a-t-il ajouté, en faisant référence à une chanson du chanteur égyptien des années 60, Abdelhalim Hafed.

 » Le contenu de la lettre est effectivement  » je me noie ». Une lettre qui vient de sous l’eau », a renchéri Saadani, au milieu des applaudissements de son auditoire.

Le général Toufik a rendu publique, vendredi dernier, une déclaration dans laquelle il a pris la défense du général à la retraite Abdelkader Ait Ouarabi dit Hassan, condamné par le Tribunal militaire d’Oran à cinq ans de prison ferme, pour  » infraction aux consignes générales et destruction de documents militaires ».

Amar Saadani est devenu, ces dernières années, spécialiste dans les attaques contre tous ceux qui critiquent le clan des Bouteflika, et ce, qu’ils soient à l’intérieur ou en dehors du système.
Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2757)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair