formats

On vous le dit

Publié le 17/01/2016, par dans Non classé.

Décès de Pedro Miret, figure historique de la révolution cubaine

Pedro Miret, figure historique de la révolution cubaine, est décédé vendredi à l’âge de 88 ans, ont rapporté les médias officiels cubains. S’étant retiré des instances dirigeantes depuis 2009, M. Miret est mort d’un infarctus, selon le portail du quotidien d’Etat Granma. Ingénieur de formation, il avait combattu auprès de Fidel Castro lors de l’attaque manquée contre la caserne de la Moncada, en 1953, considérée comme l’acte de naissance de la révolution qui mena au renversement de la dictature de Fulgencio Batista, six ans plus tard. Exilé au Mexique, il apporta un soutien important à la rébellion en faisant livrer armes et matériel aux rebelles retranchés dans les montagnes de la Sierra Maestra (sud-est) à partir de 1956. Revenu clandestinement sur l’île en 1958, il rejoint les troupes rebelles et participe à la conquête du pays. Numéro deux des Forces armées révolutionnaires (FAR) commandées par Raul Castro, il fut successivement ministre de l’Agriculture puis des Mines et des Combustibles dans les années 1960.

Les priorités de Houda Imane Faraoun

Houda Imane Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a indiqué, à Naâma, que le programme du secteur s’appuie sur la généralisation et la modernisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication en faveur du citoyen. Il repose sur la capitalisation des investissements publics pour renforcer et moderniser les prestations dans le domaine des TIC avec pour objectif de toucher toutes les régions du pays. La généralisation, l’amélioration et la modernisation des prestations du secteur constituent, selon elle, un grand défi à relever, par l’accroissement des capacités de raccordement en fibre optique des différentes régions du pays et faire parvenir l’internet jusqu’aux régions enclavées. Les programmes seront concrétisés selon un ordre de priorité.

Salon de la formation continue à Alger

La 3e édition du Salon national de la formation continue, de la formation par apprentissage et du recrutement en alternance, qui se tient au Palais de la culture d’Alger, fermera ses portes demain 18 janvier. Ce Salon a pour vocation de mettre en relation, au même moment et en un lieu unique, les employeurs et organismes de formation professionnelle avec les apprentis, stagiaires et étudiants à la recherche d’un emploi et d’une formation en alternance. En effet, le recrutement par alternance représente le meilleur moyen pour une entreprise de répondre à ses besoins RH à moindre coût, surtout en période de crise.

Les Algériens, deuxièmes à avoir bénéficié de visas d’entrée en France

Les Algériens sont les deuxièmes à avoir bénéficié, en 2015, d’un grand nombre de visas d’entrée en France, de court séjour, après les Chinois, selon des chiffres communiqués par le ministre de l’Intérieur. Les Chinois, considérés comme des moteurs du tourisme, ont bénéficié, en 2015, de 820 000 visas de court séjour, suivis des Algériens (420 000) et des Marocains (260 000). Le ministère de l’Intérieur relève que la délivrance de visas en général a connu une hausse de 13,5% (à 3,2 millions), avec un bond des visas touristiques (+25,7%, à deux millions environ) et une progression des visas étudiants (+5,4%).

Les adieux d’Air France au Boeing 747

Air France fait ses adieux au Boeing 747. Jeudi dernier, la compagnie a organisé deux vols spéciaux autour de la France à destination des fans du « jumbo jet» (un seul vol était prévu au départ mais devant le succès – la compagnie avait reçu plus de 30 000 demandes – elle en a mis en place un second). Les appareils ont décollé de Roissy, l’un à 10h, l’autre vers 11h. Ils ont survolé le Mont-Blanc, la Méditerranée, Toulouse, Bordeaux, l’Atlantique, le Mont Saint-Michel avant de revenir à Paris. Le 747 rappelle à tout le monde des bons souvenirs et symbolise la démocratisation du transport aérien, puisqu’il a vu naître la classe économique.

Lire la suite

formats

Persistance du froid et de la neige aujourd’hui

Publié le 17/01/2016, par dans Non classé.

Comme annoncé dans un bulletin météorologique spécial (BMS) de l’Office national de la météorologie (ONM), de fréquentes averses de pluie, accompagnées de rafales de vent, ont affecté les régions centre et est de l’Algérie depuis hier.
Selon la même source, ces conditions météorologiques vont persister aujourd’hui. Dans certaines régions telles que les Hauts-Plateaux, c’est la neige qui a fait son apparition. La ville de Sétif et ses environs étaient recouverts hier d’un joli manteau blanc que les habitants commençaient à désespérer de voir cet hiver, selon l’APS.

Plusieurs centimètres de neige

(4 à 7 selon les endroits) étaient perceptibles sur les toits des maisons, les arbres, les rues et les véhicules en stationnement. Les enfants ont profité du repos du week-end pour sortir bottés et gantés et organiser des parties de batailles de boules de neige.
C’est aussi le cas des villes de Souk Ahras, Tizi Ouzou et Constantine. Pour les agriculteurs, c’est plutôt de bon augure puisqu’ils ont longtemps redouté le spectre de la sécheresse.

Le dispositif antineige (engins de travaux publics, chasse-neige) a été mobilisé pour parer à toute éventualité. De leur côté, les unités de la Protection civile sont sur le qui-vive. Concernant les interventions liées aux chutes de pluie durant la même période le 15 et 16 janvier, les secours sont intervenus dans la wilaya d’Alger suite à l’effondrement d’un plafond d’une ferme dans la commune de Bourouba et heureusement aucune victime n’a été déplorée.

A noter aussi que les services de la Protection civile de la wilaya de Blida ont effectué une opération d’épuisement des eaux pluviales à l’intérieur d’une mosquée à la cité 300 Logements, commune de La Chiffa.

Par ailleurs, il faut signaler l’intervention des secours pour prodiguer des soins de première urgence à 10 personnes asphyxiées par le monoxyde de carbone (CO) suite à l’utilisation d’appareils de chauffage et chauffe-bain au niveau de la wilaya d’Alger. Les victimes ont été évacuées vers les établissements hospitaliers, alors que 4 personnes sont décédées après avoir inhalé ce même gaz, dont 3 personnes dans la wilaya d’Oran et une dans la wilaya d’Oum El Bouaghi.

Lire la suite

formats

Plus de 60 mm de pluie en 24 heures à Béjaïa

Publié le 17/01/2016, par dans Non classé.

Selon les services météorologiques de l’aéroport Soummam-Abane Ramdane de Béjaïa, 64 millimètres de pluie sont tombés sur Béjaïa pendant près de 18 heures, soit depuis le milieu de l’après-midi de vendredi (15h) jusqu’au milieu de la matinée d’hier.
Il a plu des cordes et le ciel a fini par lâcher aussi, après un très long stress, de la grêle et beaucoup de neige. Il a neigé sur les montages de la wilaya, sur les hauteurs dépassant les 700 m d’altitude, du côté du Djurdjura, comme à Akfadou et Adekar, et au pied de la chaîne des Babors, à l’exemple de Beni Maouche et Kendira. Il a continué à neiger pendant la journée d’hier, et ce, suffisamment pour rendre impossible la circulation automobile sur certains axes routiers. La RN26A, qui monte vers Tizi Ouzou en passant par Chellata, est restée coupée hier à la circulation.

La RN9 est fermée du côté de la wilaya de Sétif du fait d’un accident de circulation causé par un poids lourd. La RN75, qui passe par Kendira vers Sétif, a été, quant à elle, déneigée et rouverte à la circulation. Des pelleteuses et des rétrochargeurs des services des travaux publics et des communes sont mis à l’œuvre pour le déneigement.

La circulation reste cependant difficile sur certaines routes, au moment où cinq chemins de wilaya sont demeurés fermés, essentiellement des axes routiers qui relient les deux wilayas de Béjaïa et de Sétif. Le trafic devrait reprendre progressivement avec la fonte de la neige qui pourrait s’amorcer avec l’apparition, très timide cependant, du soleil que de gros nuages éclipsaient sans cesse hier. Les services de la Protection civile ont signalé quelques interventions de leurs unités opérationnelles pour des cas sans grande gravité. Il s’agit surtout des infiltrations d’eau et de légers dégâts causés par les fortes rafales de vent qui ont balayé la région et dont on annonce le retour pour la fin de la journée d’hier avec une puissance de 70 km à l’heure. Lire la suite

formats

Précisions de la famille du général Hassan

Publié le 17/01/2016, par dans Non classé.

La famille Aït Ouarabi Abdelkader informe l’opinion publique que, contrairement à ce qui a été publié par les journaux, il n’y a aucun lien de parenté ni de près ni de loin entre le général Hassan et le général de corps d’armée Mohamed Mediène, dit Toufik. Lire la suite

formats

Scène de musique, scène de résistance à Alger

Publié le 17/01/2016, par dans Non classé.

Tôt dans la matinée d’hier, ils étaient une vingtaine de personnes à venir soutenir le jeune artiste Mohamed Dadah, plus connu sous le nom de Moh Vita Boy, accusé par les éléments de la sûreté de wilaya d’Alger de « mendicité professionnelle» et d’ « occupation illégale de la voie publique».

Répondant positivement à l’appel de solidarité lancé sur les réseaux sociaux, ces derniers, dont de jeunes artistes, des journalistes et des passants, disent ne pas comprendre l’attitude répressive des policiers à l’encontre de ce jeune qui ne faisait rien sauf chanter. « Depuis quand nous interdit-on de chanter ? Quelle est la loi qui prohibe le bonheur et la liberté ?» s’indigne une jeune artiste.

Pour elle, les motifs avancés par les forces de l’ordre sont aberrants étant donné que le nombre de mendiants est en continuelle hausse à Alger et dans la majorité des wilayas du pays. « Les éléments de la police ont sûrement des choses plus sérieuses à faire que de traquer des jeunes qui chantent, s’emporte un jeune médecin venu de Tipasa.

Je ne comprends pas pourquoi les forces de l’ordre n’interviennent pas lorsqu’il s’agit d’une femme qui utilise ses enfants, qui souvent ne le sont pas, juste pour mendier. Il est inadmissible aussi de voir des pseudo commerçants utiliser la voie publique pour dresser leurs étals de fortune.»

D’autres se demandent pourquoi les policiers font preuve de passivité devant les « parkingueurs illégaux» qui imposent leur loi dans toutes les aires de stationnement et les ruelles d’Alger ? Pourquoi n’interviennent-ils pas pour interdire le stationnement des véhicules sur les trottoirs ?
Dès le début du rassemblement, des sympathisants de Mohamed Dadah, la police est intervenue dans l’espoir de dissiper la petite foule.

Après avoir tenté de l’intimider loin des yeux des journalistes, ils ont demandé au jeune artiste de se diriger vers l’APC d’Alger-Centre et de demander une autorisation s’il tient à se produire en pleine rue. Après une grande insistance de la foule et des passants, Mohamed Dadah, malgré la pression a finalement chanté. Il se rendra aujourd’hui à l’APC d’Alger-Centre pour avoir cette autorisation de pratiquer sa passion en toute liberté. Mais ce n’est pas fini.

Puisque dans l’après-midi, des artistes – professionnels, amateurs –, guitares accrochées au cou convergent vers le centre-ville. Par dizaines, des groupes se forment autour de ces jeunes artistes de rock, folk, el haouzi « sèment» de la belle musique sur les trottoirs

aux alentours de la place Audin qui a retrouvé ses couleurs, celles de l’amour et de la gaieté. Des femmes arrivent des roses à la main. Un moment de liberté volé, mais surtout un petit moment de résistance, de réappropriation de l’espace public. Une ambiance de joie furtive qui n’a pas manqué de redonner une lueur d’espoir au peuple d’Alger. « C’est un bonheur de voir des jeunes, filles et garçons, se retrouver dans un moment de bonheur pour chanter.

La vie dans la ville est d’une morosité insupportable, il faut qu’elle renoue avec l’allégresse, au lieu de céder des espaces aux charlatans, il faut laisser faire cette belle jeunesse pétrie de talents et d’intelligence», glisse un femme entre deux morceaux de musique folk. « Nous sommes venus spontanément pour chanter dans la rue dans un moment de partage avec les gens ordinaires. La musique donne de la vie, l’empêcher c’est empêcher la vie», note timidement une jeune fille arborant fièrement son violon.

Ces jeunes artistes sortis de « nulle part» ont réussi à faire du boulevard une scène de musique, mais surtout une belle scène de vie.
Lire la suite

formats

le Djurdjura renoue avec le manteau blanc

Publié le 17/01/2016, par dans Non classé.

La neige a enfin fait son apparition dans plusieurs régions du l’est et du centre du pays.
Annoncé dans un bulletin météorologique spécial (BMS) et après plusieurs mois de « beau temps», de nombreuses communes de haute montage de la wilaya de Bouira ont été couvertes depuis la soirée d’avant-hier d’un manteau blanc. Depuis vendredi soir, des flocons de neige sont tombés sur les hauteurs des communes d’Aghbalou, Haizer, Taghzout, Ath Laâziz, au nord et l’est de la wilaya ainsi qu’une bonne partie des localités de l’ouest de la wilaya comme Zbarbar et Guerrouma.

Bien que la couche de la poudreuse n’était que de quelques centimètres, la circulation automobile a été perturbée sur certains axes routiers. La RN15 et la RN33 reliant Bouira à Tizi Ouzou sont fermées respectivement au niveau des cols de Tirourda et Tizi n’Kouilal. La RN33 menant du chef-lieu communal de Haizer à la station climatique de Tikjda est recouverte d’un épais manteau blanc, rendant ainsi l’accès difficile aux automobilistes. Idem pour les chemins communaux desservant les communes rurales : le CW5 reliant Bouira à Ath Laâziz est difficile d’accès, a-t-on constaté sur place.

Tout comme, dans le sud de la wilaya, notamment sur les massifs de haute altitude, où la neige a rendu la chaussée de la RN8 impraticable à certains endroits, comme au col de Dirah culminant à plus de 1000 m, et celui de Bekouche. Le retour des pluies et de la neige a été accueilli avec satisfaction par les populations, surtout les agriculteurs. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2652)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair