formats

Constantine 2015 : appel à la création de commissions nationales de toponymie

Publié le 03/02/2016, par dans Non classé.
Constantine 2015 : appel à la création de commissions nationales de toponymie
CONSTANTINE – Les universitaires au colloque international sur l’onomastique dans le monde arabe et le Sahel ont recommandé, mercredi à Constantine au terme de leurs travaux, la création de commissions nationales de toponymie. La commission, appelée à superviser la transcription des noms géographiques en caractères latins, veillerait à l’unification de…

Lire la suite

formats

Révision constitutionnelle: le texte sera soumis au vote dans sa globalité

Publié le 03/02/2016, par dans Non classé.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, présentera demain jeudi le projet de révision constitutionnelle devant les membres de la Commission parlementaire conjointe, a annoncé le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, en sa qualité de président du Parlement.

M. Bensalah qui a présidé la cérémonie de l’installation de la Commission conjointe, a expliqué dans une allocution que « le Premier ministre présentera le texte de projet de révision constitutionnelle et répondra aux préoccupations des parlementaires et débattra avec eux des amendements proposés ».

Pour leur part, « les chefs des groupes parlementaires auront l’occasion d’intervenir lors de la séance plénière du Parlement consacrée au vote du projet de révision constitutionnelle, pendant dix (10) minutes, et ce dans le cadre de l’élargissement du cercle de la pratique parlementaire », a-t-il ajouté.

Expliquant la procédure mise en oeuvre, le président du Conseil de la nation a noté que le texte sera soumis au vote dans sa globalité et ne peut être « débattu ». M. Bensalah a saisi l’occasion pour apporter des éclaircissements concernant ce qu’il a appelé une « confusion », par rapport à la procédure adoptée par le Parlement, précisant que celle-ci est la même que lors des précédentes sessions.

« La seule différence cette fois-ci est qu’habituellement les réunions de concertation (entre les bureaux des deux chambres) se tiennent avant la tenue de la session », a-t-il dit, rappelant que le décret présidentiel a convoqué le Parlement pour le 3 février. « La seule différence est que lesdites réunions de préparation, pour la présente révision constitutionnelle, ont eu lieu durant la session ouverte jusqu’à épuisement de l’ordre du jour », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le président du Parlement a qualifié le travail de la commission installée de « très important », dans la mesure où il permettra la concrétisation d’un « projet historique » pour l’avenir du pays, « à travers l’adoption d’une nouvelle Constitution qui ouvre une « perspective prometteuse » pour le pays.

Il a indiqué en outre, que la séance plénière consacrée au projet de révision constitutionnelle aura pour ordre du jour l’adoption du règlement intérieur de la session, l’intervention du Premier ministre, Abdelmalek Sellal pour la présentation du texte, l’intervention des chefs des groupes parlementaires et enfin la lecture du rapport préliminaire de la Commission conjointe.

Il est prévu aussi, que la session observe une pause afin de permettre aux membres de la commission parlementaire conjointe d’élaborer leur rapport définitif pour soumettre le texte par la suite au vote.
Lire la suite

formats

L’alliance nationale patriotique investit le terrain

Publié le 03/02/2016, par dans Non classé.

L’alliance nationale patriotique (ANP), regroupant des gardes communaux, des patriotes et des éléments de légitime défense (GLD) multiplie ses actions sur le terrain.
En effet, après avoir organisé deux meeting dans les wilayas de Bouira et Tizi Ouzou, appelant la population a se mobiliser contre le projet de révision de la constitution, qui sera adopté dimanche prochain par les deux chambres, l’ANP a choisi l’ouest du pays comme deuxième étape.

Trois rassemblements ont eu lieu hier et avant-hier, dans les wilayas de Tiaret, Ghilizane et Mascara, a indiqué Lahlou Aliouat, porte parole de l’organisation en question qui se veut un espace de concertation politique et non partisan.

 » Nous avons rencontrés la population et nous avons expliqué notre démarche de dénonciation de la constitutionnalisation de la réconciliation nationale et la marginalisation de ces milliers de patriotes dans le cadre de la lute antiterroriste a-t-il déclaré dans une conversation téléphonique à el watan.com.

L’alliance nationale patriotique réitère sa principale revendication à savoir la constitutionnalisation de leur sacrifice dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Une autre rencontre est prévue ce jeudi dans la wilaya de Tizi Ouzou, a précisé l’animateur de ce mouvement. Selon lui, la rencontre sera organisée à la commune de Ain El Hammam dans la wilaya de Tizi Ouzou

 » Ils  » le pourvoir ndlr ont confectionné une charte écartant ainsi la résistance populaire durant des années contre le terrorisme, en invitant même l’un des architecte de la décennie noir, le chef terroriste Madani Mezrag promu personnalité nationale, dénonce t-il.

D’autres actions sont prévu par l’ANP dans d’autres régions du pays, a t –il souligné. Lire la suite

formats

Réédition d’un dictionnaire Français-Arabe algérien vieux de 120 ans

Publié le 03/02/2016, par dans Non classé.
Réédition d'un dictionnaire Français-Arabe algérien vieux de 120 ans
ALGER- Une nouvelle édition du dictionnaire Français-Arabe algérien de Belkacem Ben Sedira, un ouvrage publié pour la première fois en 1886, vient de paraître aux éditions « Dar Khettab ». La cinquième et dernière édition qui remonte à 1959 de ce dictionnaire « exceptionnel » de 1300 pages, était censé contribuer, à l’époque où…

Lire la suite

formats

Terrorisme : L’EI projette de se redéployer en Algérie

Publié le 03/02/2016, par dans Non classé.

Daech publie régulièrement des vidéos de menaces envers l’Algérie et d’appels au ralliement. Le nombre d’hommes derrière l’EI en Algérie est estimé à une centaine, isolés et régulièrement mis à mal par les opérations militaires.
Trois Algériens de l’organisation Etat islamique partis combattre en Syrie sont, selon des sources sécuritaires, revenus en Algérie. Mandatés par Abou Bakr Al Baghdadi, ils ont pour mission de « réactiver» « wilayate Al Djazaïr», nom donné à l’ensemble de l’organisation (cellules dormantes urbaines et section militaire dans les maquis) en Algérie. Le premier de ces djihadistes s’appelle Abou Mouram Al Djazairi (Mohamed Merimi, de son vrai nom). Il se serait réintroduit en Algérie en passant par la Tunisie. Le second, Abou Al Kacem Al Mouhajir, est originaire d’El Bayadh et serait parti en Syrie en 2012. Le troisième reste encore inconnu.

Il ne s’agit pas là de cas isolés : en novembre 2015, les services de sécurité tunisiens ont averti leurs homologues algériens qu’une vingtaine de djihadistes algériens seraient revenus du Moyen-Orient, la plupart pour rejoindre l’EI en Libye. En fin de semaine dernière, 32 personnes ont été arrêtées à Boumerdès par les services de sécurité (source El Khabar) qui parlent du « deuxième plus important réseau de l’EI en Algérie». L’an dernier, 21 autres personnes avaient été arrêtées.

Parmi les djihadistes présumés interpellés se trouvent quatre femmes dont l’épouse d’Abou Mouram Al Djazaïri, présenté comme le mufti. Ce réseau avait pour mission de recruter des combattants pour les envoyer en Libye. En décembre 2015, des forces de l’ANP avaient déjà arrêté deux personnes – une de Djelfa, une de Blida – qui cherchaient à partir en Libye. Après enquête, il est apparu qu’elles faisaient partie d’une cellule de plusieurs wilayas chargées de recueillir de l’argent pour faciliter le passage des recrues.

Ces échanges entre la Libye et l’Algérie semblent avoir un centre de décision : Syrte, bastion de la tribu des Kadhafi, tombé aux mains de l’EI en février 2015. En un an, les effectifs, de moins de 1000 hommes, sont passés, selon des sources sécuritaires libyennes, à presque 2000 combattants, rejoints chaque jour par de nouveaux arrivants, essentiellement de l’étranger. Selon Abdel Raouf Kara, chef de la Force de dissuasion spéciale, une milice salafiste adoubée par le Congrès général national et chargée d’éradique les cellules de l’EI à Tripoli, l’organisation terroriste prévoit « d’étendre ses opérations au Maroc et en Algérie» (source Middle East Eye).

« Nos renseignements suggèrent que parmi les combattants de l’EI ici, les Libyens sont très peu nombreux. Beaucoup d’entre eux sont des Tunisiens, des Marocains, des Algériens, des Nigérians et des Soudanais. Ils sont aussi nombreux à revenir de la guerre en Syrie. Ils sont bien organisés et préparés à tout. Et d’après nos interrogatoires des prisonniers, nous supposons que les prochaines cibles seront le Maroc et l’Algérie.»

Daech publie régulièrement des vidéos de menaces envers l’Algérie et d’appels au ralliement. L’an dernier, deux Algériens, Abou Hafs Al Djazaïri et Abou Al Bara Al Djazaïri, promettaient à l’armée et au gouvernement « une guerre de long terme sur leur route vers l’Andalousie».
Depuis la mort de Abdelmalek Gouri (Abou Souleymane), le leader de Jund Al Khilafah (la section militaire de wilayate Al Djazaïr), tué dans une opération militaire aux Issers en décembre 2014, et celle de Bachir Kherza (Abou Abdallah Al Acimi) et des frères Badaoui du côté de Bouira en mai 2015, les forces de l’EI en Algérie ont été sérieusement diminuées. Il ne resterait du groupe de Bouira, selon un garde communal mobilisé pendant le rapt d’Hervé Gourdel dans le parc du Djurdjura, que « six ou sept terroristes».

On connaît aussi deux groupes armés à avoir fait dissidence d’avec Aqmi, de plus en plus affaiblie, pour rejoindre l’EI : l’ex-serriyat Al Ghuraba, groupe armé de Constantine et de ses environs qui a officialisé son ralliement en juillet 2015 et l’ex-katiba Al Îtissam, dans la région de Skikda. Le nombre d’hommes derrière l’EI en Algérie est estimé à une centaine, isolés et régulièrement mis à mal par les opérations militaires.

Au nord du Mali, des informations rapportent aussi que des djihadistes d’Al Mourabitoune, le groupe de Mokhtar Belmokhtar se sont ralliés à l’EI. Ce qui fait craindre aux services de sécurité des risques de connexion : à la fois avec les maquis en Tunisie (via les maquis de Constantine et de Skikda, par de nouvelles allégeances) et avec le Sahel où est aussi possible une guerre de rivalité entre les combattants de l’EI et ceux d’Al Qaîda.
Lire la suite

formats

Une note secrète révèle comment l’Anep obéit aux directives

Publié le 03/02/2016, par dans Non classé.

C’est un document qui renseigne un peu mieux sur le fonctionnement opaque de l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP) détentrice du monopole sur la publicité institutionnelle, véritable vache à lait pour les titres qui bénéficient du soutien du régime.»
Ainsi, le site en ligne algériepatriotique vient de lever un lièvre en publiant un courrier officiel, datant de février 1995, classé « secret», et destiné au directeur de l’Anep de l’époque. Le document montre comment Lahcène Seriak, directeur de cabinet de Abderrahmane Méziane Cherif, ministre de l’Intérieur en 1995, exige du directeur de l’Anep de ne faire bénéficier du portefeuille publicitaire du ministère de l’Intérieur, qui constitue l’essentiel de la manne publicitaire gérée par cette agence, que les titres publics, mais également les quotidiens El Acil et L’Authentique, deux publications du général Mohamed Betchine, en poste à la Présidence comme conseiller politique du président Liamine Zeroual.

« Les supports devant être exclusivement utilisés sont les titres publics (exception faite d’Echaab et d’El Khabar) ainsi que les journaux Al Acil et L’Authentique», écrit le directeur de cabinet qui mouille au passage l’ancien chef de gouvernement, Mokdad Sifi, mais épargne son ministre de tutelle, Meziane Cherif.

« Suite à notre conversation téléphonique et conformément aux directives du chef du gouvernement…», tient à préciser Lahcène Seriak qui comme le rappelle le site algeripatriotique aura des démêlés avec la justice plus tard, dans une affaire de détournement de foncier à Alger. Dans la missive adressée au directeur de l’Anep, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur somme le patron de l’agence de publicité de distribuer les annonces des communes, daïras et wilayas, ainsi que de toutes les institutions relevant du ministère de l’Intérieur (DGSN, Protection civile, etc.) qu’aux journaux cités, et de passer outre le choix des annonceurs. « Vous voudrez bien réorienter les encours publicitaires émanant des collectivités locales et de leurs démembrements vers ces organes sans tenir compte des bons de commande», écrit-il.

Ces révélations interviennent dans un contexte de guerre larvée entre Mohamed Betchine et Khaled Nezzar (le site algeriepatiotique est la propriété du fils de l’ancien ministre de la Défense nationale, ndlr). Lors d’un entretien accordé au quotidien arabophone Ennahar, Mohamed Betchine accusait, sans jamais le citer, l’ancien ministre de la Défense.

Il affirmait que lui et l’ex-président Zeroual ont été « poussés à quitter le pouvoir» et que les négociations menées avec les deux leaders de l’ex-FIS, Abassi Madani et Ali Benhadj, ont été « torpillées». A la suite de ces accusations, Khaled Nezzar contre-attaquait dans l’autre quotidien arabophone Echorouk et accusait Mohamed Betchine d’être responsable « des tortures des jeunes manifestants», durant les événements d’Octobre 1988. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2647)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair