formats

Twitter paralysé mardi matin dans de nombreux pays pour une raison inconnue

Publié le 19/01/2016, par dans Non classé.

Des millions d’utilisateurs de Twitter n’ont pu accéder mardi matin au réseau social paralysé dans de nombreux pays, a constaté l’AFP, sans que ce service ne fournisse d’explications pour l’instant.
« Certains utilisateurs rencontrent des problèmes pour accéder à Twitter. Nous sommes au courant et essayons de trouver une solution », a simplement indiqué en milieu de matinée, sur sa page d’information Tumblr, la compagnie californienne qui revendique plus de 320 millions d’utilisateurs actifs par mois dans le monde.

Quand les internautes essayaient de se connecter sur le site de Twitter, à partir de 08H30 GMT, un petit robot sur la page d’accueil signalait: « une erreur technique est survenue ».

Interrogé par l’AFP, un porte-parole de Twitter en Europe a confirmé les difficultés rencontrées, sans préciser s’il s’agissait d’une panne, sa durée, ni quelles zones étaient touchées. Le service a été notamment inaccessible dans plusieurs pays européens. A Paris, Londres, Moscou et Kiev, les bureaux de l’AFP n’ont pu se connecter pendant près d’une heure et demie.

Twitter s’est remis progressivement à fonctionner à partir de 10H00 GMT et était partiellement opérationnel en fin de matinée. A la reprise du service, le hashtag îtwitterdown était le plus partagé sur le réseau social. Sur Facebook, des internautes ont également signalé dans la matinée une interruption de Twitter au Brésil, aux Philippines, en Ouganda, en Allemagne, en Afrique du Sud et en Lituanie. Depuis sa création en 2006, Twitter a connu de nombreuses coupures, mais généralement de courte durée.

« Twitter est l’endroit où se fait l’actualité, autant pour le journalisme que pour la communication et le marketing. Sans Twitter, l’actualité en direct n’existe plus », a commenté Eric Delcroix, consultant en médias sociaux. En cas de problème, « les twittos paniquent, on se demande si le service ne va pas s’arrêter pour toujours ».

La résistance du réseau aux surcharges de tweets a souvent été mise à l’épreuve, comme en 2008, quand il était tombé en panne pendant une conférence d’Apple, un sujet qui mobilise beaucoup les internautes. En juillet 2012, Twitter avait été paralysé pendant deux heures en raison d’incidents dans ses centres de données.

Le service d’images de Twitter a aussi fait l’objet d’une attaque informatique en 2013, mais le site principal n’avait pas été perturbé. Côté à la bourse de New York, le titre Twitter a perdu plus de 20% depuis le début de l’année, notamment après des rumeurs sur la fin de la limitation des messages à 140 signes, marque de fabrique du réseau social. Lire la suite

formats

Un pistolet mitrailleur, un fusil et un lot de munitions récupérés à Tamanrasset

Publié le 19/01/2016, par dans Non classé.

Un pistolet mitrailleur, un fusil et un lot de munitions ont été récupérés lundi au sud de la ville de Tamanrasset, par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP), indique mardi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).
« Dans le cadre de la lutte antiterroriste et contre la criminalité organisée, un détachement relevant du secteur opérationnel de Tamanrasset (6e région militaire), a récupéré le 18 janvier 2016, suite à une patrouille de reconnaissance au sud de la ville de Tamanrasset, un pistolet mitrailleur de type kalachnikov, un fusil de type MAS-36 et une quantité de munitions (129 balles) », précise la même source.

Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, « des détachements relevant des secteurs opérationnels de Tamanrasset, de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam ont arrêté (15) contrebandiers et saisi trois (3) camions, deux (2) véhicules tout-terrain, trois (3) motos, trois (3) détecteurs de métaux, des moyens de détonation et 57,65 tonnes de denrées alimentaires », poursuit le communiqué.

Au niveau de la 2e Région militaire, des éléments des Gardes-frontières « ont intercepté, à Tlemcen, deux (2) contrebandiers et une quantité de 600 litres de carburant », ajoute-t-on. Lire la suite

formats

Le correspondant de KBC à Oran intimidé par la police

Publié le 19/01/2016, par dans Non classé.

Le correspondant d’Oran de la chaîne de télévision privée KBC, Saïd Boudour, a subi des pressions et des intimidations de la part de policiers et d’agents de la DRS, alors qu’il était en plein exercice de ses fonctions.
En effet, notre collègue, muni de sa caméra, était lundi dernier aux obsèques de Boutaleb Hafid, l’homme qui s’est immolé par le feu la semaine dernière avant de succomber à ses blessures dimanche. Alors que le cortège funèbre allait démarrer, un homme, se présentant comme un membre de « la sécurité militaire» s’amène à l’endroit du journaliste, et le somme « d’éteindre sa caméra et de déguerpir».

Les habitants d’El Hamri sont alors venus à la rescousse du journaliste, sommant l’agent en question, ainsi que les policiers qui l’entouraient, de le laisser faire son travail. Ces derniers, ayant peur que la situation ne dégénère, se sont rétractés subito presto. Un peu plus tard, pendant l’enterrement, nous explique Saïd Boudour, c’est le chef de sûreté en personne qui l’a hélé.  » Il m’a dit « tu n’as pas honte ! tu veux en faire une affaire d’état !». Mine de rien, malgré les intimidations, notre collègue a fait son travail comme il se doit, et son reportage a été diffusé, le soir même, sur la chaîne KBC.

Pour sa part, le bureau d’Oran de la Ligue algérienne des droits de l’homme s’est fendu d’un communiqué où il a dénoncé ces actes d’intimidations. « Cette affaire indique que non seulement rien n’a changé, le pouvoir Algérien refuse la transparence et combat les journalistes, mais aussi que les versions qui circulent concernant la raison de l’immolation par le feu de la victime semblent être vraies puisque qu’elles mettraient en cause une personne des services de sureté qui par son comportement a conduit à une immolation par le feu devant le siège de sureté de Wilaya».

Le communiqué se termine en indiquant que « la LADDH rendra visite à la famille et suivra de près l’évolution de l’enquête car il n’est pas question de laisser le journaliste ou la famille de la victime dans un face à face inégal avec les autorités ». Lire la suite

formats

Droits de l’homme : Hassan Bouras libéré

Publié le 19/01/2016, par dans Non classé.

Le journaliste et membre de la direction de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Laddh), Hassan Bouras, a été libéré hier après-midi après avoir purgé plus de trois mois dans la prison d’El Bayadh.
Accusé, en octobre dernier, d' »outrage à corps constitué» et d' »incitation des citoyens à s’armer contre l’autorité de l’Etat», le journaliste, joint par téléphone, n’en revient toujours pas. « J’étais dans la cour de la prison avec les autres détenus. Un gardien est venu me voir et m’a demandé de rassembler mes affaires et de me préparer à quitter la prison, déclare-t-il à El Watan. J’avoue que je ne l’ai pas cru au début jusqu’à ce que je sois réellement dehors. Même ma famille ne le savait pas. Elle a été étonnée de me voir débarquer.»

Alors que tout le monde attendait la fin des deux expertises exigées par la justice pour espérer une probable programmation de son procès, Hassan Bouras avoue qu' »il n’a même pas été prévenu»par la direction de l’établissement pénitentiaire. « Ma sortie était précipitée. Je n’ai rien compris. Tout ce qu’on m’a dit est que la deuxième accusation qui relève du criminel a été retirée. La justice m’accuse aujourd’hui d’‘‘outrage au président de la République et à l’institution militaire »», affirme-t-il. Lire la suite

formats

Fermeture imminente des sites de Fertial à Annaba et Arzew

Publié le 19/01/2016, par dans Non classé.

Les deux unités de la société des fertilisants d’Algérie (Fertial), à Annaba et Arzew, risquent de fermer leurs portes la semaine prochaine.
En cause, la saturation des espaces de stockage d’ammoniac en raison de la non-délivrance des autorisations d’exportation, avons-nous appris de Faouzi Zadi, le secrétaire général du syndicat national de cette société mixte détenue à 66% par le groupe espagnol Villar Mir et 34% par Asmidal. « Nos travailleurs s’inquiètent fortement des risques d’arrêt imminents de leurs unités de production d’ammoniac au niveau des sites de Annaba et d’Arzew, et ce, pour impossibilité d’exportation de la production.

Cette situation est devenue inévitable compte tenu que la société ne dispose que de capacités de stockage normatives dont un bac 20 000 tonnes métriques à Annaba et un autre de même capacité à Arzew. Par ailleurs, le second bac de stockage d’Arzew est en phase de rénovation. L’intérêt de nos travailleurs est ainsi sérieusement menacé», alerte le partenaire social.

L’inquiétude est d’autant plus grande qu’elle concerne également la mise à l’arrêt des installations de production de l’ammoniac et la mise en chômage technique de pas moins de 1300 travailleurs directs et 1200 indirects sans compter le réseau de sous-traitants au niveau des deux sites. « Savez-vous que si nos installations de production s’arrêtent, il faut beaucoup de temps pour les redémarrer ?»tonne le patron du syndicat.

Contacté, Stéphane Dieudé, le nouveau directeur général de Fertial, a confirmé l’information : « Effectivement, nous sommes en phase de risque imminent de fermeture de nos deux sites de Annaba et d’Arzew. Cette situation est imposée par l’absence d’autorisation d’exportation de notre produit. Parallèlement, nos capacités de stockage ont atteint leur niveau de saturation. Nous espérons que les autorités nationales nous donneront le feu vert pour éviter cette situation critique tant pour la société que pour ses partenaires.»

Incommodante, cette situation l’est à plus d’un titre puisqu’elle intervient au moment où Fertial affiche une grande ambition à l’horizon 2018 à travers un conséquent projet d’investissement, évalué à plus de 360 millions de dollars. Déjà entamé, cet investissement vise, selon sa fiche technique, la rénovation des trois unités d’ammoniac, la fiabilisation et la sécurisation des sites, l’augmentation des capacités de +40% pour les porter à plus de 1,2 million de tonnes d’ammoniac par an. Sur le plan énergétique, il a déjà été procédé à la réduction de 21% de la consommation de gaz par tonne d’ammoniac produite, passant de 45,1 MMBTU/tonne à 35,6 MMBTU/t.

Mieux encore, ce plan compte étendre les capacités de production d’engrais pour l’agriculture et de transformation de l’ammoniac. « L’objectif de Fertial dans ce domaine étant de satisfaire au maximum les besoins de l’Algérie en engrais destinés à l’agriculture et d’en diminuer l’importation en cette période de crise», estime la même source.

Pourquoi l’Etat algérien fait ce blocage face à l’extension d’un partenariat gagnant/gagnant alors qu’il a cédé devant ArcelorMittal qui a fui le complexe sidérurgique d’El Hadjar, laissant derrière lui une facture salée de 500 millions de dollars ? Rappelons que ce projet d’investissement de Fertial est soutenu par l’Etat puisqu’il a été validé par le Conseil des participations de l’Etat (CPE) ainsi que par le Conseil national de l’investissement (CNI).

En cette période de crise, il répond parfaitement aux orientations de la politique économique en permettant d’accroître les exportations et les recettes en devises, de répondre aux besoins de l’agriculture algérienne en matière de fertilisants. Il permettra aussi à la société de faire face aux nouvelles conditions d’exploitation caractérisées par un renchérissement du principal input qu’est le gaz naturel, dont le coût a été multiplié par six à compter du 1er avril 2014.

« Depuis la mise en place de ce partenariat en 2005, Fertial a enregistré d’importantes et incontestables réalisations dans divers domaines au bénéfice de toutes les parties prenantes, notamment le personnel de la société, nos partenaires, nos actionnaires, les services fiscaux»,rappelle le secrétaire général du syndicat.

De leur côté, d’autres travailleurs regrettent que « pour des raisons hors du contrôle de notre employeur Fertial, la réalisation de cet ambitieux projet est actuellement compromise suite à l’apparition d’un risque réel d’arrêt des unités de Fertial dû à l’absence d’autorisation d’exportation de l’ammoniac».

Ainsi, partenaire social et staff management tout comme l’ensemble des personnels de la société s’inquiètent sérieusement des graves conséquences économique et sociale d’une telle situation. De sérieuses incidences sont attendues. Elles se résument en termes de perte de chiffre d’affaires et de clients, de perturbations sociales au niveau des unités et surtout de sérieux risque industriel et sécuritaire traduit par le maintien en l’état plein des bacs de stockage d’ammoniac durant une période indéterminée.

Enfin, un arrêt des unités peut constituer un signal négatif vers l’extérieur alors que la société a déjà entamé les premières actions dans le cadre du projet de rénovation de ses unités et qu’elle s’apprête à concrétiser avec son banquier, BEA, un accord de financement de son projet dont la moitié est sur fonds propres Lire la suite

formats

Le RCD dénonce «les manœuvres de l’administration»

Publié le 19/01/2016, par dans Non classé.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) s’élève contre les deux poids deux mesures pratiqués par l’administration.
Au moment où le pouvoir promet dans son projet de révision de la Constitution d’accorder ses pleins droits à l’opposition et de faciliter l’exercice de ses activités, le RCD s’est vu empêcher de tenir un meeting dans la capitale. Mohcine Belabbas, premier responsable de cette formation politique, dénonce les blocages que rencontre son parti sur le terrain d’action et accuse l’administration d’opérer des manœuvres pour empêcher le RCD de s’exprimer en toute liberté. Des accusations rejetées, toutefois, par l’administration.

De quoi s’agit-il plus exactement ? Depuis une semaine, le RCD, selon Athmane Mazouz, chargé de communication, a formulé une demande de réservation de la salle Atlas située à Bab El Oued auprès de l’ONCI, à Alger, pour y organiser un meeting le 13 février 2016. La demande a été déposée le 11 janvier avec accusé de réception. « A ce jour, nous n’avons pas eu de réponse à notre demande et à chaque fois l’administration prétexte l’absence du directeur de l’Office.

A travers cette manœuvre, nous mesurons que la dilution de l’Etat n’épargne aucun palier», déplore le premier responsable du parti. Dans un communiqué rendu public, le RCD, qui est habitué aux obstructions de l’administration, considère que ces blocages ne relèvent ni d’un incident conjoncturel ni du zèle d’un agent de l’administration. « Retarder la programmation d’une activité légale pour en perturber l’annonce et l’organisation est une pratique récurrente de la partialité d’une administration instrumentalisée par l’arbitraire et les réflexes de la pensée unique», estime Mohcine Belabbas.

Cette nouvelle provocation, qui intervient au moment où l’on parle dans la nouvelle Constitution de donner plus de prérogatives à l’opposition, vient illustrer, de l’avis du RCD, les tromperies que tente de masquer ce projet et les manœuvres qui continuent à miner le sommet de l’Etat en totale violation d’engagements de réformes destinées à la consommation extérieure.

« Intervenant dans un climat politique et social particulièrement tendu, fait de délabrement institutionnel, d’étouffement des libertés, de régression sociale, de crise financière et de risques accrus d’un embrasement généralisé, les pouvoirs publics donnent, par ces agissements, la mesure de leur aveuglement et irresponsabilités», dénonce le RCD.

Par ailleurs, contactée, l’administration a nié en bloc avoir reçu une demande d’autorisation émanant du RCD. A ce démenti, Athmane Mazouz réplique en accusant l’administration de verser, encore une fois, dans le mensonge et la manœuvre pour justifier les obstructions et les blocages des activités du parti. « Nous avons bel et bien formulé une demande avec un accusé de réception. Nous avons la preuve de ce que nous avançons», tonne Mazouz. En dépit des abus et des obstacles de toute nature, le RCD demeure persuadé que les acquis démocratiques peuvent aussi s’arracher dans des espaces que la détermination de ses militants a déjà permis de conquérir. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2646)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair