formats

Dix militants de Rashad et Barakat interpellés à Skikda

Publié le 20/02/2016, par dans Non classé.

Coïncidant avec la venue, ce samedi, d’Ahmed Ouyahia, un groupe de jeunes se réclamant des mouvements Rashed et Barakat, ont essayé de tenir une rencontre sur l’esplanade de la place des Martyres ( Bab Qcentina) dans la ville de Skikda.
Selon des témoins oculaires, ces jeunes, dont certains étaient venus d’autres wilayas, lançaient des slogans en relation avec la cherté de la vie.

Aussitôt, rapportent les mêmes sources, les forces de l’ordre qui se trouvaient déjà sur place ont intervenu pour interpeller dix militants de ce mouvement que certains désignent déjà sous l’appellation de  » Azm » (détermination).
Lire la suite

formats

FFS : « la non construction du Maghreb pénalise les peuples »

Publié le 20/02/2016, par dans Non classé.

Le Front des forces socialistes (FFS) appelle les dirigeants algériens et marocains  » à dépasser les calculs étriqués et les visions étroites ».

Le premier secrétaire du FFS Mohamed Nebbou a réitéré, aujourd’hui samedi à Tizi Ouzou, la position de son parti concernant le projet d’intégration maghrébine.  » Au moment où les ensembles régionaux se multiplient et s’érigent comme la façon la plus appropriée pour résister à un ordre mondial dévastateur, la non construction du Maghreb pénalise tous les peuples de la région et s’avère irresponsable, voire suicidaire », a déclaré Nebbou au Congrès fédéral de Tizi Ouzou.

La construction du Grand Maghreb, dit-il,  » ne peut se concrétiser sans dépasser les calculs étriqués et les visions étroites des pouvoirs en place, qui arrangent les intérêts des grandes puissances.

La semaine dernière, le président du RCD a appelé à la réouverture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc fermée depuis 1994. L’appel de Mohcine Belabbas a fait réagir indirectement les responsables algériens, à travers un éditorial du journal gouvernemental El Moudjahid. Pour rouvrir la frontière, selon le quotidien, Alger exige des autorités marocaines de présenter des excuses aux algériens  » chassés » et  » spoliés » en 1994, dans le sillage de l’attentat terroriste de Marrakech. Il est demandé aussi au Royaume de  » cesser sa guerre de stupéfiants. »

Tout en se livrant une guerre diplomatique et médiatique acharnée, sur fond différend sur le dossier du Sahara occidentale, le roi du Maroc Mohamed VI et le président algérien Abdelaziz Bouteflika, ne ratent aucune occasion pour échanger des messages pleins de bon sens.
Lire la suite

formats

La grippe saisonnière fait 7 morts

Publié le 20/02/2016, par dans Non classé.

Sept (7) cas de décès ont été enregistrés récemment à Djelfa, Bordj Bou Arreridj et Tlemcen à cause de la grippe saisonnière, a-t-on appris samedi auprès du ministère de la Santé, qui rappelle que la campagne de vaccination « est toujours de rigueur ».

« La qualification de la cause de ces décès reste liée toutefois aux résultats des analyses des laboratoires », a précisé à l’APS un responsable du ministère de la Santé, de la population et de la Réforme hospitalière (MSPRH). Les cas de décès « sont survenus notamment chez des sujets âgés exposés aux risques de formes graves de la grippe saisonnière », a indiqué un communiqué du ministère.

L’épidémie de grippe saisonnière « a atteint son pic » qui a coïncidé avec les mauvaises conditions météorologiques marquées par une baisse sensible de la température, favorable à une circulation plus accrue des virus grippaux saisonniers, a expliqué le communiqué.

Cette situation épidémiologique s’est traduite notamment par « la survenue de cas sévères de grippe saisonnière hospitalisés dans les différentes unités hospitalières mises en place, à cet effet, depuis le mois de novembre 2015 », ajoute la même source.

Le ministère rappelle dans ce contexte que la campagne de vaccination antigrippale 2015-2016 « est toujours de rigueur », jusqu’à la fin de la saison hivernale et qu’elle concerne tout particulièrement, les personnes âgées de plus de 65 ans, les malades chroniques adultes et enfants, et les femmes enceintes.

Il confirme que ce vaccin est encore disponible dans les établissements publics de santé où il est administré gratuitement et rappelle également l’intérêt de respecter les mesures d’hygiène qui contribuent à limiter la propagation de l’épidémie.
Lire la suite

formats

Louisa Hanoune dénonce le silence des autorités

Publié le 20/02/2016, par dans Non classé.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, dénonce le silence officiel sur la situation du général et moudjahid Hocine Benhadid, qui a entamé depuis quelques jours une grève de la faim. En détention provisoire depuis le mois d’octobre 2015, le général à la retraite a refusé de se nourrir en signe de protestation contre sa détention. « Le général et moudjahid Benhadid est en train de se suicider. Est-il raisonnable que l’Etat algérien l’abandonne ? C’est un moudjahid qui n’a trahi personne et a servi le pays avec loyauté», lance-t-elle. Louisa Hanoune revient également sur les attaques ayant ciblé la moudjahida et ancienne sénatrice, Zohra Drif-Bitat, et condamne les tentatives de la remise en cause de son parcours historique. Lire la suite

formats

Manœuvres marocaines pour piéger les partis algériens

Publié le 20/02/2016, par dans Non classé.

Ces Marocains ne ratent aucune occasion pour se livrer à des manœuvres et à de la diversion, même celles qui exigent de s’élever au-dessus des contingences du moment.
A l’occasion du 40e jour du décès de cette grande figure de la Révolution, Hocine Aït Ahmed, des personnalités marocaines, dont certaines ont connu le défunt, ont fait le déplacement à Alger pour rendre un dernier hommage au disparu. Un geste qui va droit au cœur, d’autant qu’il est conforme à cette condition maghrébine de solidarité et de fraternité.

L’un des membres de la délégation, Bensaïd Aït Idder, qui avait longtemps vécu entre l’Algérie et la France avant de rentrer au Maroc au début des années 1980, a demandé à rencontrer le président Abdelaziz Bouteflika, qu’il aurait connu quand ce dernier était ministre des Affaires étrangères. Il n’était pas en mesure de le recevoir mais il a donné instruction au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et au ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, d’organiser un déjeuner en l’honneur de toutes les délégations, tous courants confondus.

En allant des islamistes du PJD (Parti de la justice et du développement) en passant par Istiqlal et l’USFP (Union socialiste des forces populaires) représenté par El Yazghi. On aurait pu en rester là. Mais voilà que nos invités ont profité de l’occasion pour se livrer à une sorte de prosélytisme, comme l’a fait Aït Idder qui a déclaré à un quotidien algérien que « le Sahara occidental est retourné dans le giron de la mère patrie». Les Marocains poussent l’audace jusqu’à contacter des partis politiques algériens pour les inviter à participer à une rencontre algéro-marocaine au début du mois d’avril à Marrakech consacrée au Sahara occidental. Rien que ça ! Il faut dire que le palais royal a des raisons de revenir à la charge et pousser l’Algérie à violer la légalité internationale et ses engagements avec les peuples opprimés.

C’est un aventurier du nom de Amar Saadani qui en est à l’origine. Alors qu’il était président de l’APN, il avait été invité pour une visite privée au Maroc par son homologue marocain. Il répond à l’invitation mais sans en informer les hauts responsables du pays.
Que s’était-il passé à Rabat ? A-t-il obtenu des promesses sonnantes et trébuchantes. Toujours est-il que c’est un homme déchaîné qui retourne à Alger. Il se lance dans une horrible campagne de dénigrement contre le peuple palestinien et le peuple sahraoui. A propos du premier, il prétend qu’il a été abandonné par tous les pays arabes et que l’intérêt de l’Algérie est d’établir des relations avec Israël, un Etat fort avec lequel on a tant à gagner. Y a-t-il une relation entre ses propos provocateurs et son appartement à Neuilly ?

Quant aux Sahraouis, Saadani prétend que l’Algérie n’a aucune raison de les soutenir et qu’il est impératif de rétablir des relations normales avec la monarchie marocaine. Joignant l’acte à la parole, il avait interdit à une délégation parlementaire d’aller assister à une conférence internationale de soutien qui s’était tenue à Séville.

Se sentant très fort et bien protégé, comme tout mercenaire qui se respecte, il avait lancé récemment un véritable défi à toute l’Algérie en soutenant que s’il venait à exposer son véritable point de vue sur la cause sahraouie, il provoquerait des remous en Algérie. Des propos scandaleux qui ont contraint le président de la République à recevoir son homologue de la RASD, Mohamed Abdelaziz, en présence de Abdelmalek Sellal, de Ramtane Lamamra, de Abdelkader Messahel, d’Ahmed Ouyahia et du général-major Gaïd Salah ! Une véritable gifle au chef du FLN mais qui n’a pas du tout été impressionné par une telle humiliation. Il en a vu d’autres.

Malheureusement, son inadmissible comportement a laissé croire au palais royal qu’il est mandaté pour tenir de tels propos. D’où cette proposition de rencontre algéro-marocaine à Marrakech. Si la délégation marocaine était soucieuse d’une véritable paix au Maghreb, elle aurait dû prendre d’abord langue avec le Front Polisario. Les Algériens ne peuvent nullement se substituer au peuple sahraoui, ni parler en son nom. Ils n’ont pas la culture de la trahison. Surtout que le problème du Sahara occidental relève du droit international et qu’il est pris en charge par les Nations unies. Les partis politiques algériens sont conscients de cette réalité et ne peuvent donc succombé au chant des sirènes marocaines.

La proposition de tenir une rencontre en avril n’est pas fortuite. Le palais royal panique et perd son sang-froid à l’approche de ce mois. C’est en effet, en avril que se réunit régulièrement le Conseil de sécurité de l’ONU pour renouveler le mandat de la Minurso. A la veille de cette réunion, Christopher Ross, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, doit effectuer une tournée dans la région. Les Marocains n’en veulent pas.

Ban Ki-moon lui aussi doit le suivre et il a programmé, entre autres, une visite à Al Ayoun. Là aussi, Rabat dit niet. Un autre défi à la communauté internationale qui rappelle le comportement hostile d’Israël à l’égard de tout ce qui est ONU. En invitant à Marrakech des Algériens, les Marocains veulent faire accréditer la thèse que le conflit est entre l’Algérie et le Maroc. Preuve en est que des Algériens acceptent d’en discuter en l’absence du Front Polisario. Une autre manœuvre qui ne fera pas long feu même si une cinquième colonne comme Amar Saadani pense autrement. Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 20/02/2016, par dans Non classé.

Mustapha Cherif distingué

L’Académie royale des études stratégiques de Amman vient de distinguer le professeur Mustapha Cherif parmi les 500 plus influentes personnalités du monde musulman de l’année 2016, et ce, pour leurs actions et œuvres dans le domaine de l’éducation et la culture.

Le violeur d’une mineure arrêté à Tizi Ouzou

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité, les forces de police de la 6e sûreté urbaine de Tizi Ouzou ont instruit une procédure judiciaire à l’encontre d’un individu, âgé de 27 ans, impliqué dans une affaire de détournement d’une mineure, âgée de 17 ans. L’auteur des faits, qui menaçait la victime de diffuser ses photos sur les réseaux sociaux, l’a entraînée dans une bâtisse en construction, sise à Oued Aïssi, Tizi-Ouzou, avant d’abuser d’elle. Présenté au parquet de Tizi Ouzou, le 15 février, pour « attentat à la pudeur sous la menace de diffusion de photos», il a été mis en détention préventive.

Un imam étudiant surpris en flagrant délit de triche à Mostaganem

Un imam khattib d’une mosquée dans une contrée de la wilaya de Mostaganem, la quarantaine, étudiant en mastère de lettres arabes, a été pris en flagrant délit de fraude lors d’une épreuve à la faculté de lettres de Kharrouba, relevant de l’université Abdelhamid Ben Badis de Mostaganem. C’est un professeur examinateur qui l’a surpris en train de tricher. Il était, selon nos sources, en possession d’une feuille comportant le thème du sujet d’examen écrit à la main. Reconnu coupable et après les procédures administratives d’usage, l’étudiant fraudeur comparaîtra le 24 février devant le conseil de discipline, a-t-on appris de source sûre. Un avertissement pour les éventuels partisans du moindre effort.

Malgré la crise, la Russie rêve de revenir sur la Lune

Héritière de l’Union soviétique qui avait envoyé le premier homme dans l’espace et le premier robot sur la Lune, la Russie rêve désormais d’explorer Mars et de renouer avec ses succès passés, mais la crise économique pourrait brider ses ambitions. « La décennie précédente a été vraiment difficile pour nous», confie à l’AFP le directeur de l’Institut de recherches spatiales à Moscou, Lev Zeleni. Ses vaisseaux Soyouz sont certes les seuls à acheminer et rapatrier les équipages de la Station spatiale internationale (ISS), mais la Russie a essuyé une série de revers ces dernières années, avec la perte de plusieurs satellites et fusées. L' »objectif Mars» avait lui aussi tourné court dans un premier temps : en 2011, la sonde Phobos-Grunt, première tentative russe d’exploration interplanétaire depuis l’échec en novembre 1996 de la sonde Mars 96, avait fini sa course dans l’océan Pacifique. « Mais notre programme entre aujourd’hui dans une nouvelle phase», assure M. Zeleni, dont l’institut a conçu Phobos-Grunt. Les chercheurs russes ont en effet repris espoir avec l’annonce d’un partenariat avec l’Agence spatiale européenne (ESA) : en mars, une fusée russe Proton devrait ainsi expédier dans l’espace la sonde russo-européenne ExoMars 2016, dotée d’un petit atterrisseur baptisé Schiaparelli. Si tout se déroule comme prévu, le duo devrait atteindre l’orbite de Mars en octobre.

La population italienne vieillissante et les naissances au plus bas

La population italienne vieillit, se réduit et les naissances ont atteint un minimum historique depuis la naissance du pays en 1861, a noté hier l’Institut national des statistiques (Istat) dans ses estimations démographiques pour 2015. Au 1er janvier 2016, la population totale de l’Italie était de 60,656 millions de résidants, en baisse de 139 000 personnes sur un an. La présence d’étrangers permet de compenser partiellement ce mouvement, ces derniers ayant augmenté de 39 000 pour atteindre 5,054 millions de personnes, soit 8,3% de la population totale. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2311)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair