formats

URGENT: Décès du président sahraoui Mohamed Abdelaziz

Publié le 31/05/2016, par dans Non classé.

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et secrétaire général du Front polisario est décédé des suites d’une longue maladie, a-t-on appris mardi auprès de l’Ambassade de la RASD à Alger. Lire la suite

formats

Décès du président sahraoui Mohamed Abdelaziz

Publié le 31/05/2016, par dans Non classé.

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et secrétaire général du Front polisario, Mohamed Abdelaziz, est décédé des suites d’une longue maladie.
M. Abdelaziz est né en 1948 à Smara, où il a effectué ses études. Il était membre fondateur du Front Polisario, et élu au bureau politique du Front lors de son congrès fondateur du 10 mai 1973.

M. Abdelaziz, était un chef militaire au front jusqu’à son élection après l’assassinat d’El-Ouali Mustapha Erraqibi (membre fondateur du Front Polisario et son secrétaire générale, le 9 Juin 1976).

Lors du 3éme congrès du Front polisario, tenu durant le mois août 1976, M. Abdelaziz fut désigné secrétaire générale du Front et président du Conseil du commandement de la Révolution.

En octobre 1976, lors du 5e congrès du Front, le défunt fut également désigné Président de la RASD. Il est réélu à ce poste depuis cette date à ce jour.

Le 12 novembre 1985, la RASD est devenue membre de l’Union africaine. Lire la suite

formats

Le Président Bouteflika préside un Conseil des ministres

Publié le 31/05/2016, par dans Non classé.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, préside ce mardi à Alger une réunion du Conseil des ministres.
Plusieurs projets de lois et d’importants dossiers à caractère politique et socio-économique sont inscrits à l’ordre du jour de cette réunion. Cette réunion du Conseil des ministres qui est la première depuis le révision de la Constitution le 7 février dernier, porte notamment sur la promulgation de plusieurs lois organiques relatives au régime électoral, à la Haute instance de surveillance des élections et au fonctionnement des deux chambres du Parlement.

La réunion du Conseil des ministres examine également des décrets présidentiels relatifs notamment à des contrats de recherche et d’exploitation des hydrocarbures et un projet de contrat pour le parachèvement des travaux de viabilisation de la Nouvelle Ville de Sidi Abdellah . Lire la suite

formats

Cherchell : L’Académie militaire portera le nom de Houari Boumediene

Publié le 31/05/2016, par dans Non classé.

Il aura fallu attendre le mois de juin de l’année 2016, pour baptiser l’ex. AMIA (académie militaire inter-armes) devenue AMC (académie militaire de Cherchell) au nom du défunt Président Houari Boumediene.

Cette grande infrastructure militaire algérienne préserve sa dimension continentale. De nombreux pays africains et arabes continuent à envoyer leurs militaires à Cherchell pour bénéficier des cycles de formations de qualité. Cette école militaire est devenue incontournable pour les officiers et les officiers supérieurs de l’ANP qui bénéficient des formations subir afin de se mettre à niveau, avant de bénéficier des promotions dans leurs carrières.

L’ex. Président Houari Boumediene s’est investi dans le développement de l’AMIA, en effectuant très souvent des visites, même à titre personnel, pour suivre les travaux d’extension et de modernisation de l’AMIA qui demeure la fierté de l’Algérie. Parmi les directeurs qui avaient marqué leur passage dans cette illustre institution militaire érigée à Cherchell, de surcroit qui relève directement du Ministère de la Défense Nationale, nous citerons les Colonels Abbas, Mohamed Salah Yahyaoui, Hachemi Hadjrès, Liamine Zeroual, les Généraux Abdou et Malti, en raison de leur proximité avec la population locale.

Les protocoles inhérents aux sorties des promotions de l’académie militaire sont soigneusement préparées. Les dernières années malheureusement, le jour de sortie des promotions est devenu infernal. La ville est confinée dans un état de siège. Elle étouffe. Les mouvements des citoyens et des véhicules deviennent presque impossible. En 2017, la pénétrante reliant le contournement de la ville de Cherchell à l’ex.AMIA sera sans aucun doute achevée.

Elle épargnera les citoyens de tous les aléas crées à chacune des sorties de promotions ou les sporadiques visites officielles. L’héliport construit depuis des années à l’intérieur de l’enceinte militaire n’a pas été exploité hélas, lors de cette journée de fête, la sortie. Les responsables de l’Académie Militaire Houari Boumediene s’activent pour réussir la sortie de leurs promotions, qui s’articulera autour d’une coordination des manœuvres terrestres, aériennes et maritimes. Le spectacle aura lieu le jeudi 02 juin.

Lire la suite

formats

«Un nouveau format du bac l’année prochaine»

Publié le 31/05/2016, par dans Non classé.

« Nous attendons que la commission constituée autour du projet de réforme du baccalauréat nous remette son rapport», a déclaré, à propos de la révision de cet examen national, la ministre de l’Education nationale.
Dans une déclaration à El Watan, en marge des visites d’inspection et de contrôle qu’elle effectue dans les centres d’examen du baccalauréat, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a annoncé une refonte de cet examen pour la prochaine session. Entre « un climat sain qui a permis un déroulement des examens dans de bonnes conditions» et « l’effort payant déployé durant toute l’année», la possibilité s’offre pour passer à une autre étape, celle de l’amélioration de la qualité de l’enseignement.

A propos de la révision de cet examen national, la ministre a déclaré : « Nous attendons que la commission constituée autour du projet de réforme du baccalauréat nous remette son rapport. Nous sommes persuadés que l’année prochaine, il y aura un autre format du baccalauréat.» La réforme de cet examen décisif pour les élèves algériens viendra s’ajouter aux mesures prises dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Mme Benghebrit estime qu’elle a rencontré « l’adhésion de toute la société» autour de ce projet. « Les parents sont attentifs. Aujourd’hui, le produit de l’école n’agrée pas tout le monde.

La principale critique que font la société et les parents d’élèves est que l’école est devenue une machine à apprendre qui entraîne des conflits, y compris dans la maison familiale, les parents étant dans l’obligation d’aider leurs enfants dans ce travail de mémorisation qui demande beaucoup de temps. Ce message, nous l’avons entendu et bien compris, c’est pourquoi il y aura un nouveau système d’évaluation qui ne fait pas la part belle uniquement à la compétence de mémorisation, mais qui donne la place qu’il faut aux auteurs algériens et détermine la dimension de l’algérianité.

Je ne pense pas qu’il y ait un seul Algérien aujourd’hui qui s’élève contre cette réforme», a expliqué Mme Benghebrit. Comme détaillé dans nos précédentes éditions, les propositions émises par les experts, enseignants et parents d’élèves oscillent entre l’instauration d’une session de rattrapage pour les candidats recalés, d’une part, et l’élaboration d’une fiche de synthèse qui prendra en considération les moyennes obtenues durant toute l’année de terminale et celle du bac.

Cette proposition est considérée comme un moyen de faire régner la discipline et la rigueur au niveau des établissements scolaires désertés dès le début du troisième trimestre. Des experts préconisent aussi la révison des coefficients ou encore l’organisation de cet examen en sessions décalées avec la programmation des épreuves des matières secondaires à la fin de la deuxième année secondaire.

L’épreuve de maths était « abordable», selon les candidats, même si plusieurs s’accordent à dire que « le sujet était long et nécessitait plus de temps». M. Meriane, coordinateur national du Snapest, rappelle que « les problèmes exprimés concernant les maths reflètent les difficultés des élèves dans cette matière. C’est le niveau national en maths qui est faible et non pas les sujets qui sont difficiles». Lire la suite

formats

Chawki Mostefaï inhumé au cimetière de Aïn Benian

Publié le 31/05/2016, par dans Non classé.

Le militant de la cause nationale, Chawki Mostefaï, décédé samedi en début de soirée à l’âge de 97 ans, a rejoint sa dernière demeure hier.
Il a été enterré au cimetière de Aïn Benian, à Alger, en présence de sa famille, ses amis et quelques moudjahidine et anciens responsables de l’Etat, venus lui rendre un dernier hommage et se recueillir une ultime fois sur sa dépouille.

« Aujourd’hui, c’est l’enterrement d’un brave», lâche un de ses proches compagnons. Mais jusqu’à son dernier souffle, l’Algérie officielle lui a dénié cette reconnaissance qui lui était pourtant due. Aucun responsable du gouvernement ni représentant de la Présidence n’a daigné venir à l’enterrement de ce militant nationaliste de la première heure.

Chawki Mostefaï était l’un des précurseurs du mouvement pour l’indépendance de notre pays. Il a été responsable de la section universitaire du Parti du peuple algérien (PPA), un des premiers dissidents de Messali Hadj, collaborateur de Krim Belkacem à Tunis, membre de l’Exécutif provisoire, et avait joué un rôle important lors des événements du 8 Mai 1945.

Il a aussi été le concepteur de l’emblème national. Chawki Mostefaï mérite plus qu’une reconnaissance. L’histoire lui a réservé une place de choix, les opus parlent de lui, même s’il a lui-même décidé de se retirer de la vie publique en juin 1962.

Chawki Mostefaï était peut-être trop savant pour les tenants du pouvoir qui avaient décidé, déjà, de faire la promotion de la médiocrité. Ce militant du Mouvement national avait décroché son baccalauréat en 1937, fait des études de médecine à Alger, puis une spécialité en ophtalmologie à Paris. Que peut faire l’ingratitude devant un parcours aussi rempli ?

Chawki Mostefaï a été enterré loin d’El Alia, sur l’autre côte d’Alger, celle de l’ouest, dans un cimetière faisant face à la mer. C’était, selon nos informations, son vœu. L’enfant des Bibans est parti dans la dignité, en douce, sans se mêler aux luttes de l’après-indépendance. Il n’a pas connu les intrigues des clans régnants ni leurs balivernes.

Des citoyens algériens ont tenu, hier, à lui rendre un dernier hommage. Certains ont eu des difficultés à gravir le chemin menant à sa dernière demeure ; ils se sont fait aider par les plus aptes.

D’anciens responsables de l’Etat étaient présents à l’enterrement : Sid-Ahmed Ghozali (ex-chef de gouvernement), Karim Younes (ancien président de l’Assemblée populaire nationale), des généraux à la retraite, Abdelhamid Djouadi et Mohamed Touati, le docteur en ophtalmologie et ancien ministre des Affaires religieuses dans le gouvernement de Mouloud Hamrouche, Saïd Chibane.

Comme il a vécu, Chawki Mostefaï a eu un enterrement simple, sans fanfare et sans les pousse-toi que je m’y mette. La centaine de présents est venue avec spontanéité rendre un dernier hommage à un digne militant de l’indépendance de l’Algérie. Le dernier cadre qui était encore en vie du Mouvement national algérien. Repose en paix, Chawki Mostefaï. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 2067)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair