formats

On vous le dit

Publié le 05/05/2016, par dans Non classé.

– Large succès en Algérie du film Le Livre de la jungle

Le film d’aventures Le Livre de la jungle, projeté en Algérie à la salle Ibn Khaldoun depuis le 15 avril, remporte un véritable succès auprès du public algérien, ont annoncé conjointement Emirates, le géant du transport aérien mondial, et MD Ciné, distributeur officiel des majors du cinéma en Algérie. Emirates a présenté en exclusivité le film en Algérie et a sponsorisé sa sortie dans le cadre de sa campagne de promotion de la classe économique.

La compagnie aérienne offre à ses passagers des produits et services uniques sur sa classe économique, comme la diffusion de divers contenus internationaux sur son système de divertissement primé par l’International Ice, des activités et des menus dédiés aux enfants, une cuisine raffinée d’inspiration régionale et un service à bord animé par des membres d’équipage internationaux et polyglottes, dont des Algériens.

– Marche de soutien à l’ANP à Tlemcen

Près de 4000 personnes, composées de représentants de la société civile, de partis politiques et de simples citoyens, ont marché samedi pour « soutenir les éléments de l’Armée nationale populaire, qui surveillent nos frontières». Selon l’organisateur, Kamel Bounaga, coordinateur des associations de la wilaya de Tlemcen, « notre patrie est visée de partout par des forces néfastes, mais notre vaillante armée est là, omniprésente de jour comme de nuit, pour protéger le pays et les Algériens.

La moindre des choses, c’est de la soutenir et de lui dire, nous sommes tous l’armée. La marche a abouti à un rassemblement au niveau de la maison de la culture Abdelkader Alloula, où plusieurs intervenants se sont relayés pour soutenir l’armée et toutes les forces sécuritaires.» M. Bounaga a tenu à ajouter qu' »une action similaire sera organisée prochainement sur le tracé frontalier» pour lancer un message aux gouvernants du pays voisin et leur dire : « Nous sommes un seul peuple uni derrière ses institutions.»

– Une jeune fille se suicide avec le fusil de son père

Pour des raisons indéterminées, une jeune fille âgée de 20 ans, s’est suicidée à l’intérieur de son domicile dans la commune d’El Guedid (Djelfa), en se tirant une décharge de chevrotine dans l’abdomen, au moyen d’un fusil de chasse détenu légalement par son père. Gravement blessée, elle a été évacuée vers l’hôpital d’El Idrissia où elle a rendu l’âme. Une enquête est ouverte par la brigade de Gendarmerie nationale d’El Guedid.

– Le groupe Benhamadi présent au Batimatec 2016

Le groupe Benhamadi est présent à la 19e édition du Salon international du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics Batimatec, regroupant plus de 1200 exposants nationaux et internationaux, qui se tient jusqu’au 7 mai au Palais des expositions Safex des Pins maritimes, à Alger.

Pour l’occasion, seront présentes les filiales du groupe au pavillon central, zone B : Construction et promotion immobilière (Batigec), Condor panneaux photovoltaïques, Hodna Metal et Bordj Steel (fabrication de panneaux sandwichs), Argilor (fabrication de briques), Travoshop (fabrication de béton prêt à l’emploi), Condor climatisation centralisée ainsi que Condor Immo. Une nouvelle filiale, spécialisée dans le domaine de la télésurveillance, télédistribution, solutions wifi et affichage dynamique, sera mise en valeur.

– Numérisation des données au Siftech

Yahia Ghilas, directeur général de Giusco, donnera une communication au Salon Siftech, qui aura lieu du 9 au 11 mai à Oran, sur « La numérisation des données dans les collectivités locales». Dans les années 1990, les premiers actes d’une activité nouvelle étaient de se doter de microordinateurs. Dans les années 2000, c’était la connexion des ordinateurs sur un réseau ; désormais, les initiatives dans le domaine des TIC doivent répondre à des attentes concrètes et s’inscrire dans une stratégie globale d’aménagement du territoire.

Elles nécessitent le déploiement d’infrastructures et de réseaux de communication haut débit, qui conditionneront la réussite de toute activité nouvelle (industries du multimédia, centres de recherche, centres de formation, centres d’appel, commerce électronique), même les activités traditionnelles d’entreprises n’échappent pas à cette règle, le fait que de nos jours on ait de plus en plus de besoins de moyens de télécommunications et de débit pour travailler, des besoins qui sont appelés à croître fortement dans l’avenir. Lire la suite

formats

Ouyahia joue la transparence

Publié le 05/05/2016, par dans Non classé.

Le congrès du RND verra la participation de 1600 congressistes, dont 500 militantes, représentant 30% des adhérents. Deux candidats sont en course pour le poste de secrétaire général. L’élection se déroulera, pour la première fois, à bulletins secrets.
Le congrès extraordinaire du Rassemblement national démocratique (RND), qui s’ouvrira aujourd’hui, s’annonce houleux. Les opposants à Ahmed Ouyahia ne lâchent pas prise. Déboutés dans un premier temps par le ministère de l’Intérieur, qui avait rejeté leur demande d’interdiction de la tenue de ces assises, voilà qu’hier les redresseurs sont revenus à la charge en déposant une plainte auprès du Conseil d’Etat.

Que réclament les frondeurs à la veille de la tenue du congrès du parti ? Quatre requêtes en référé ont été introduites au niveau du Conseil de l’Etat. La première vise à empêcher la tenue du congrès extraordinaire du RND, jugé illégal car il serait entaché, selon eux, de plusieurs irrégularités, entre autres la violation des statuts et du règlement intérieur du parti. « Ce congrès devrait avoir comme seul ordre du jour l’élection d’un secrétaire général du parti.

Or, Ouyahia veut le transformer en congrès ordinaire. Une démarche qui lui ouvre le droit d’apporter des changements à la composante du bureau et du conseil national. Fait que nous contestons car c’est contraire aux statuts du parti», note Smati Zoghbi, l’un des opposants à Ouyahia. La deuxième requête porte sur l’étude de l’affaire dans le fond. Le Conseil d’Etat doit, selon M. Zoghbi, statuer sur le différend opposant les deux parties. Quant à la troisième requête, elle porte sur l’invalidation des résultats du congrès.

Enfin, les redresseurs ont introduit une dernière plainte contre Ouyahia pour avoir rejeté le dossier de candidature de Arezki Djaafri. « De quel droit Ouyahia, qui est candidat au même titre que M. Djaafri, se prononce sur la candidature de ce dernier ?» s’exclament les redresseurs. Faut-il rappeler qu’il y a une quinzaine de jours, un groupe d’une trentaine de militants du RND, à leur tête Tayeb Zitouni et Nouria Hafsi, ont manifesté leur opposition à l’équipe dirigeante du RND. Ces frondeurs, qui n’en sont pas à leur première action puisqu’ils ont agit de la même manière en 2013, ont adressé une requête au premier responsable de l’administration pour interdire la tenue du congrès.

Mais leur requête n’a pas trouvé d’écho favorable puisque le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, les a renvoyés vers la justice. « Je ne comprends pas cette tendance à vouloir s’adresser à chaque fois à l’administration pour régler ces questions. Il y a d’autres instances habilitées à statuer sur cela», a déclaré le ministre. Ainsi, les redresseurs perdent la première bataille mais ne baissent pas les bras. Pour eux, le congrès n’est pas une fin en soi. Leur but, expliquent-ils, est le long terme !

De leur côté, les proches d’Ouyahia accusent les redresseurs de vouloir « casser» le parti afin qu’il ne puisse pas jouer un rôle essentiel dans le contexte difficile que vit le pays. Seddik Chihab, membre de la direction du RND, estime que ce groupe minoritaire au sein du RND est instrumentalisé par des personnes externes au parti. « Nous avons, comme dans tous les partis, de petits problèmes mais les redresseurs sont actionnés pour maintenir en permanence la pression et entraîner le parti dans un engrenage.

Leur mouvement est un prétexte pour pérenniser ces actions», affirme-t-il en invitant la base militante du parti à faire preuve de vigilance tout en dépassant les clivages, les malentendus et les manquements qui interviennent au niveau des wilayas. « Nous sommes pour l’expression démocratique, mais contre tout agissement qui risque de porter atteinte à l’âme du RND. Nous n’avons pas peur de ce groupuscule car il n’a pas un ancrage au sein du parti», assure M. Chihab.

Pour sa part, Ahmed Ouyahia a, dans un message, invité ses adversaires à exposer leurs vues lors du congrès extraordinaire où ils seront face à la majorité. « Désormais, il ne sera plus toléré qu’un groupe de quelques personnes ou une quelconque minorité vienne imposer ses volontés au sein du RND», avait menacé Ouyahia. Notons que le congrès du RND verra la participation de 1600 congressistes, dont 500 militantes, représentant les 30% des adhérents du parti. Deux candidats sont en course pour le poste de secrétaire général. L’élection se déroulera, pour la première fois, à bulletins secrets. Lire la suite

formats

Report de l’affaire à mercredi prochain

Publié le 05/05/2016, par dans Non classé.

L’examen de l’action en référé introduite par le ministère de la Communication pour l’annulation de la cession de parts du capital d’El Khabar au profit d’une filiale du groupe Cevital a été reporté à mercredi 11 mai.
Prévu une première fois lundi dernier, le jugement en référé de la requête introduite par le ministère n’a pas eu lieu hier. Le président de la deuxième chambre des référés du tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger), Mohamed Dahmane, a remis à la défense le dossier initial, le dossier complémentaire et les conclusions additives déposés par le ministère. Selon Me Chaïb, avocat du groupe de presse arabophone, le délai d’une semaine permettra à la défense de présenter ses requêtes.

Chahuté à sa sortie de l’audience par une foule amassée devant le tribunal, Amara Mohcine, avocat du ministère de la Communication, a appelé au respect du secret de l’instruction et rappelé que selon l’article 25 du code de l’information, le ministre a le droit d’introduire une action auprès du tribunal administratif.

Des juristes étaient intrigués par la décision du ministère d’apporter un additif à sa première requête. « Toute cette affaire illustre la tergiversation. Les avocats n’ont pas répliqué que déjà le ministère change de demande (de ‘sursis’ à ‘gel de l’acte’). Le juge des référés n’est pas habilité à statuer au fond», rappelle un avocat qui signale que le recours des services de Grine est infondé, puisque le ministère n’a pas la qualité pour s’opposer à une transaction commerciale.

Solidarité de pans entiers de la société

Des slogans ont fleuri hier devant le tribunal de Bir Mourad Raïs : « Nous sommes El Khabar», « Nous ne plierons pas»… Des affichettes portant le portrait du défunt Omar Ouartilane, ancien rédacteur en chef assassiné par la horde terroriste en octobre 1993, étaient portées à bout de bras par des journalistes et de nombreux anonymes de toutes les tendances, venus apporter leur soutien au groupe El Khabar en organisant un rassemblement devant le tribunal administratif.

Cherif Rezki, directeur de publication d’El Khabar, dénonce les chantages de Grine et rappelle les « ratés» de sa gestion à la tête du ministère : « Grine reproche aux actionnaires leur gestion du journal. Il n’a qu’à se déplacer dans ses imprimeries. Les quotidiens imprimés avec un papier importé sont jetés au pilon.

C’est cela, le crime économique», s’offusque Rezki, dont le quotidien n’a pas bénéficié de la publicité ANEP depuis 1998. Me Saheb, avocat, dénonce « une volonté de verrouiller le paysage médiatique». « La liberté de la presse est le meilleur garant pour dénoncer les manœuvres et la corruption, mais aussi le garant pour le développement national», soutient Me Saheb, qui s’est joint au collectif d’une trentaine d’avocats qui s’est constitué « spontanément, bénévolement et de façon citoyenne» par solidarité avec le journal El Khabar. Ayoub, ancien caricaturiste vedette du quotidien arabophone, actuellement à Echourouk, était ému : « El Khabar, doyen des journaux arabophones, a contribué à l’avancée de la liberté d’expression.

Ce journal a pu rassembler des lecteurs de toutes les tendances, de gauche, des berbéristes et des islamistes.» L’ancien membre de Barakat, Samir Belarbi, qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux en interpellant vertement l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil, dans une zaouïa à Annaba, y va de son couplet : « Ceux qui font pression sur El Khabar veulent exploiter la presse pour des intérêts personnels.» Des artistes se sont joints à la foule bigarré des protestataires. Bachir Derrais, réalisateur, rappelle le rang d’El Khabar : « El Khabar est un journal crédible, sérieux, utile pour la démocratie, pour le pays. Nous le soutenons, nous ne voulons pas sa disparition.» Nadir Iddir Lire la suite

formats

Réactions

Publié le 05/05/2016, par dans Non classé.

– Lakhdar Benkhellaf. Député El Adala
« Ils veulent liquider El Khabar»

« Nous pensons que la décision prise de reporter l’affaire à la semaine prochaine, comme l’a souhaité la défense du groupe El Khabar, est légale. Mais ce que nous voulons, c’est que la justice soit indépendante en appliquant la loi sans exécuter les décisions prise par le pouvoir ou, dans le cas présent, le ministre de la Communication. L’objectif de cette affaire est clair, c’est de faire pression sur le journal pour annuler la transaction.

Les articles (25 et 17 du code de l’information) mis en avant par le ministère ne s’appliquent pas au quotidien El Khabar, parce que celui qui a acheté le groupe est un homme d’affaires connu, qui n’appartient pas au clan, comme il l’a déclaré. Par contre, d’autres hommes d’affaires de leur clan, qui ont plus d’un journal et plus d’une chaîne, ne sont pas gênés. Ils veulent liquider le quotidien El Khabar, qui est le journal de tous les Algériens.»

– Atmane Mazouz. Secrétaire national au RCD
« Grine doit cesser son acharnement contre la presse»

« Notre présence ici, à travers un grand nombre de membres de la direction du parti, vise à dénoncer l’acharnement du pouvoir contre la presse indépendante et notamment contre le groupe El Khabar. Nous tenons par notre présence à signifier à M. Grine qu’il doit cesser cet acharnement, qu’il doit cesser les atteintes contre la presse indépendante. Nous tenons aussi à lui dire qu’un ministre ne doit pas dicter la ligne éditoriale des journaux et de la presse en général. Je constate que les citoyens et les militants sont venus aussi en nombre. C’est un bon signe pour la liberté d’expression et nos combats futurs.»

– Ramdane Taâzibt. Député PT
« On veut instaurer un système totalitaire»

« Ce qui met en danger l’Etat, ce sont les pratiques mafieuses. Ils veulent utiliser l’Etat, le privatiser à des fins de groupes. Contrairement aux déclarations du ministre de la Communication, la presse libre qui met le doigt sur les plaies béantes du système, sur les malversations, sur le dysfonctionnement des organes l’Etat œuvre à préserver le pays et non pas à le détruire. Ce sont ceux qui se taisent devant les dérapages qui mettent en danger l’Etat qui affaiblissent son immunité.

Nous pensons que l’atteinte à la liberté de la presse comme l’atteinte au multipartisme ont un objectif : instaurer un système totalitaire où le débat contradictoire est interdit, où les avis qui dérangent sont tus, ou les voix libres et saines sont bâillonnées. Donc, on peut dire qu’on a peur pour notre pays. Nous sommes solidaires avec El Khabar qui reste un repère médiatique dans notre pays. Nous considérons aussi que ce qui lui arrive est une agression pour les centaines de milliers de lecteurs de ce journal.» Lire la suite

formats

45 décès par jour en Algérie

Publié le 05/05/2016, par dans Non classé.

Quelque 45 personnes décèdent quotidiennement en Algérie à cause de pathologies liées au tabac. C’est ce qui a été révélé, hier, lors d’une journée de sensibilisation à l’établissement hospitalo-universitaire (EHU) 1er Novembre d’Oran.
Organisée au profit de 120 lycéens de cette wilaya, cette journée intervient dans le cadre du plan d’action du comité antitabac de l’EHU, récemment créé, a souligné à l’APS le professeur Salah Lellou, chef du service pneumologie de cet établissement et président de son conseil scientifique. « Un peu plus de 15 000 personnes décèdent annuellement en Algérie à cause de pathologies qui proviennent du tabac, en l’occurrence les cancers tous types confondus, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)», a-t-il précisé.

Plus grave encore, le tabac réduit l’espérance de vie du fumeur de 7 ans. La population juvénile est la plus exposée au regard de la facilité avec laquelle le tabac peut être acquis. Ainsi, la consommation de tabac par les adolescents est devenue un problème de santé publique majeur. L’exposition des jeunes au tabagisme passif est élevée, chez ceux qui ne fument pas.

En général, une dépendance tabagique à vie commence avant l’âge de 18 ans. Le Pr Lelloune ne fait pas dans la nuance et attire l’attention : « La première cigarette consommée par le jeune lycéen est un premier pas vers l’addiction à cette drogue.» Ainsi, selon les spécialistes, la consommation de tabac cesse d’être une simple habitude pour devenir une drogue socialement tolérée, une sorte de mort à petit feu…

Le chef du service de gastro-entérologie, le Pr Hamza Bouasria, est plus catégorique en estimant que « la cigarette n’est pas seulement nocive pour la santé, elle tue». A ce titre, il a relevé que 20% des jeunes fumeurs sont recensés en milieu scolaire, précisant que le tabagisme est en train de prendre de l’ampleur auprès des jeunes filles.

Dans ce contexte, rappelons que selon une étude de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), publiée à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, le 31 mai 2015, 14,8% des collégiens et 2,2% des collégiennes fument, de même que 34,3% des lycéens et 3,6% des lycéennes. Lire la suite

formats

Verre plat : MFG doublera sa production prochainement

Publié le 05/05/2016, par dans Non classé.

L’entreprise Mediterranean Float Glass (MFG), spécialisée dans la fabrication du verre plat, lancera prochainement sa seconde ligne de production de verre float, a annoncé hier à Alger Louiza Amrioui, chef du département marketing de MFG, filiale du groupe privé algérien Cevital.
« Actuellement, nous sommes en phase de test. La seconde ligne float sera opérationnelle prochainement», a affirmé la chef du département marketing de MFG au cours de point de presse organisé au stand de l’entreprise, en marge de la 19e édition du Salon Batimatec qui se déroule à la Safex. La nouvelle ligne float, d’une capacité de production de 800 tonnes/jour, sera officiellement inaugurée au cours du second semestre de l’année 2016.

A son démarrage, l’entreprise a mis en place un float d’une capacité de production de 600 tonnes/jour. Avec la nouvelle ligne, la capacité totale de production de MFG, le plus grand producteur de verre plat en Afrique, passera à 1400 tonnes/jour. Les besoins du marché local représentaient, en 2015, environ 50% de la production de l’entreprise, les 50% restants étant exportés en Europe grâce à la conformité aux normes européenne.

Pour accéder au marché européen, qui est très exigeant, la société a engagé d’importants efforts en matière de qualité. « Les produits de MFG sont reconnus en Europe comme des produits de très bonne qualité. La qualité de production du complexe de MFG dépasse même celle des floatiers européens», a fait savoir la conférencière. Dès sa première année d’activité, en 2007, MFG a permis à l’Algérie de passer du statut d’importateur à 100% à celui d’exportateur de verre.

Présente à l’international notamment au Maghreb et en Europe du Sud, la filiale du groupe Cevital ambitionne de renfoncer, en 2016, ses parts de marché et conquérir de nouvelles destinations à l’étranger, d’après Louiza Amrioui. Les unités industrielles de MFG basés à Larbaâ, dans la wilaya de Blida, produisent des verres clair, plat, feuilleté et à couche tendre. L’entreprise entend aussi lancer sous peu des nouveaux produits pyrolytiques.

Une flotte de 250 camions spécialisés dans le transport du verre et une navette maritime assurent la logistique entre le site de production et le marché européen. Outre la formation continue de son personnel, MFG assure un soutien en matière de formation pour les professionnels du bâtiment, dont les architectes et les bureaux d’études.
Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 1827)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair