formats

Éducation : Vers des grèves cycliques de 3 jours

Publié le 05/11/2016, par dans Non classé.

Les syndicats autonomes semblent privilégier la piste de la protestation et comptent passer à la vitesse supérieure dès cette semaine.
C’est du moins le cas du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest) qui, dans un communiqué rendu public ce jeudi, promet de hausser le ton tant que ses revendications n’ont pas été prises en charge.

Pour mémoire, les syndicats revendiquent le retrait de la réforme du régime de retraite tel que formulé par les pouvoirs publics, mener de larges consultations sur le code du travail et la préservation du pouvoir d’achat. Dans ce communiqué, Meziane Meriane, le coordinateur national du Snapest, appelle, au nom de son syndicat, les autorités à ne plus se voiler la face quant à l’échec de leur gestion des affaires de l’Etat, à se décider à entreprendre un sérieux et véritable dialogue avec les partenaires sociaux, et dénonce toutes les formes de pression exercées sur les enseignants grévistes.

Dans ce communiqué, le Snapest annonce la reconduction du mouvement des grèves cycliques de 3 jours chaque semaine et des rassemblements de wilaya et nationaux jusqu’à satisfaction de ses revendications. Il conteste également le principe de retenues sur les salaires des enseignants grévistes au moment où le ministère de l’Education nationale leur impose de récupérer les retards dans le programme suite à ces mouvements de protestation.

Si les ponctions sur salaires sont opérées, aucune récupération ne sera assurée et le programme ne sera pas achevé, lit-on dans le communiqué. Le Snapest appelle dès maintenant le ministère à trouver une solution pour les élèves, alors que la fin de ces mouvements de grève ne pointe pas à l’horizon. Une réunion intersyndicale est prévue pour aujourd’hui, samedi, afin de décider de la démarche globale à suivre. Les temps s’annoncent durs. Lire la suite

formats

Béjaïa : Le RCD appelle à une marche

Publié le 05/11/2016, par dans Non classé.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) porte le combat contre l’austérité dans la rue.
Pour ce faire, il a appelé à une marche, aujourd’hui à Béjaïa, pour dénoncer, entre autres, la politique d’austérité prônée par le gouvernement et ses conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages et les projets de développement, et les atteintes aux libertés individuelles, collectives et d’organisation.

Lors d’une conférence de presse animée, hier, au bureau du parti à Béjaïa, en compagnie du président de l’Apc d’Aokas et le secrétaire national à la formation, Redha Boudraâ, le chef du bureau local du RCD, Mouloud Debboub, a condamné la politique d’austérité à l’origine de l’érosion du pouvoir d’achat et le blocage des projets structurants dans la wilaya de Béjaïa.

« Plus que dans d’autres régions, tous les projets structurants destinées à Béjaïa sont ‘‘gelés », selon la terminologie employée par le pouvoir, on ne parle plus du CHU, du stade de 40 000 places, du doublement de la voie ferrée Béjaïa-Alger et les quotas de logements, notamment ruraux, sont sans cesse réduits», a-t-il dit, et de dénoncer « un antikabylisme qui ne dit pas son nom». « Alors que le tronçon autoroutier Alger-Tlemcen est livré depuis belle lurette, les pénétrantes de Béjaïa, de Tizi Ouzou et de Bouira ne le sont pas à ce jour», assène-t-il encore.

Dans le même sillage, il dénonce le « bradage du patrimoine public au profit des clientèles», citant, à titre d’exemple, la cession du quai n°21 du port de Béjaïa à l’ETRHB de Ali Haddad. Sur le registre des libertés, Mouloud Debboub pointe du doigt les atteintes et la répression qui se sont multipliées dernièrement. Par ailleurs, le chef du bureau local du RCD condamne « la soumission de l’APW de Béjaïa à l’Exécutif», arguant qu’elle est « en déphasage avec la réalité des citoyens».

Il reproche, entre autres, à cette Assemblée de ne pas avoir tenu toutes ses sessions ordinaires. Redha Boudraâ a, pour sa part, dénoncé « la politique du deux poids, deux mesures» menée par les autorités à Béjaïa. D’après lui, pendant que la plupart des projets au profit du développement de la wilaya sont bloqués, « le wali de Béjaïa a prélevé 3 milliards de centimes sur le budget de l’Etat pour refaire le gazon de sa résidence», et d’ajouter que la crise à Béjaïa est bien « antérieure» à l’austérité décrétée officiellement suite à la baisse des revenus du pétrole. Il n’omet pas, toutefois, d’alerter que « tout cela risque de mener à l’explosion sociale». Pour dénoncer cette situation, la marche du RCD va démarrer à 11h de l’esplanade de la maison de la culture Taos Amrouche pour se diriger vers la place Saïd Makbel. L’action se veut, en outre, un hommage au président de l’Apc de Timezrit ( RCD) assassiné.

Lire la suite

formats

Hommage à Boualem Bessaieh en marge du 21e SILA

Publié le 05/11/2016, par dans Non classé.
Hommage à Boualem Bessaieh en marge du 21e SILA
ALGER – Un hommage à titre posthume a été rendu vendredi à Alger en marge du 21e Salon international du livre (SILA) à Boualem Bessaieh pour son parcours d’homme d’Etat et homme de lettres. Organisé par le ministère de la Culture, l’hommage a été marqué par des témoignes sur la…

Lire la suite

formats

21e SILA: un romancier français demande la requalification des massacres d’octobre 1961 en « crime d’Etat »

Publié le 05/11/2016, par dans Non classé.
Intervention du romancier français Didier Daeninckx, dans le cadre du programme
ALGER – Le romancier français Didier Daeninckx a appelé, vendredi au 21e Salon international du livre d’Alger (SILA), à requalifier les massacres du 17 octobre 1961 en « crime d’Etat » et évoqué l’apport de ses propres écrits dans le rétablissement de la vérité historique sur différents facettes de la colonisation française…

Lire la suite

formats

21e Sila: Une édition sous le signe de l’échange entre écrivains et lecteurs

Publié le 04/11/2016, par dans Non classé.
21e Sila: Une édition sous le signe de l'échange entre écrivains et lecteurs
ALGER- Le 21e Salon international du livre d’Alger (Sila) qui ferme ses portes samedi aura tenu ses promesses en offrant, dix jours durant, aux auteurs et aux lecteurs un lieu d’échange et de rencontres cruellement absent le reste de l’année, au regard de l’indigence des espaces dédiés au livre en…

Lire la suite

formats

Tizi-Ouzou : Lounes Kheloui inhumé dans son village natal à Ihesnaouene

Publié le 04/11/2016, par dans Non classé.

Le chanteur et auteur-compositeur algérien d’expression Amazighe Kheloui Lounes, décédé jeudi à Tizi-Ouzou, à l’âge de 66 ans, a été inhumé vendredi au cimetière d’Ihesnaouene (commune deTizi-Ouzou).
Ont assisté à ces funérailles, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, le wali de Tizi-Ouzou Mohamed Bouderbali, ainsi que des cadres et des élus locaux.

Des artistes, dont Lounis Ait Menguellet, Belaid Tagrawla, Yasmina, et Hacene Ahres ainsi qu’une foule nombreuse de citoyens venus des quatre coins de Tizi-Ouzou et d’autres wilayas, ont également assisté à l’enterrement.

La dépouille de Kheloui Lounes a été déposée à la placette du village au centre d’Ihesnaouene, pour permettre aux citoyens de lui rendre un dernier hommage, avant d’être acheminé au cimetière situe un peu plus haut, ou elle a été inhumée.

M. Ould Ali El Hadi qui a présenté ses condoléances à la famille du défunt, a indiqué à la presse que cet artiste est « l’un des piliers de la culture algérienne, qui a beaucoup donné à la chanson chaabi ». Il a invité les jeunes artistes à d’inspirer de son parcours et de son oeuvre pour promouvoir la culture algérienne.

Les artistes présents à l’enterrement ont tous mis en avant la modestie, la générosité et le talent du chanteur qui a marqué par son style unique, la chanson chaabi.

Né le 14 mai 1950 à Taddart Tamoukrant dans le grand village d’Ihesnawen (commune de Tizi-Ouzou), Kheloui Lounes a fait son entrée dans le monde artistique en 1972 année de sortie de son premier album et animé don premier gala en France en 1979.

Sa discographie est riche de dizaines de poèmes qu’il habille de douces mélodies, pour leur donner vie avec sa voix chaude et son mandole.

Ses textes abordent plusieurs thématiques, dont les difficultés de la vie, les valeurs, la séparation, l’amour de la patrie et l’amour, ce dernier thème auquel il consacre de nombreuses de se plus belles chansons.

Il part en laissant un album de 14 chansons dont le mixage a été achevé le 20 octobre dernier, rappelle-t-on. Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 1606)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair