formats

Bouteflika reconnaît le rôle positif de la critique journalistique

Publié le 03/05/2018, par dans Non classé.

Le président Bouteflika a adressé, hier, un message aux professionnels des médias en Algérie à la veille de la Journée internationale de la liberté de la presse.
Le texte, diffusé par l’APS, comporte un nouveau discours sur la presse et sa perception par les tenants du pouvoir durant les quinze dernières années. En effet, après l’accentuation des politiques visant à asphyxier les médias et les journalistes « trop critiques», le chef de l’Etat les appelle à assumer leur « noble mission de vigile qui dénonce toutes les insuffisances qui portent atteinte aux affaires publiques et notre vie quotidienne».

Selon le texte, le président Bouteflika évoque même ce devoir des journalistes de « contrôle» et de « gardiens vigilants» des atteintes aux affaires publiques et privées. « Ce rôle encourage les réformes et contribue à apporter des correctifs et demander des comptes, au besoin.

Cette noble mission de la presse de critique de l’action publique, notamment si elle est exercée avec sincérité et honnêteté, constitue une part importante de la résolution des problèmes et l’amélioration de la situation», précise le chef de l’Etat. Abdelaziz Bouteflika reconnaît ainsi le rôle positif de la critique journalistique, qui a toujours été combattue par les différents responsables du pouvoir.

« Le poids et la multiplicité des tâches relevant des démembrements de l’Etat peuvent, en effet, conduire fatalement à quelques erreurs ou connaître des insuffisances». C’est pourquoi, ajoute-t-il, « l’Etat a veillé résolument à faire émerger un rôle central de la presse nationale dans toutes les réformes à mener» et face à « tous les défis auxquels l’Algérie fait face».

Dans ce sens, le président Bouteflika met en œuvre « ses réformes pour encourager la liberté de la presse et dépénaliser les délits de presse». Mais le rédacteur du message présidentiel fait mine d’ignorer que la critique évoquée dans le texte est complètement interdite dans les médias publics, prohibée dans la presse parapublique et réprimée lorsqu’elle émane de journaux tentant de sauvegarder son autonomie.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Bouteflika reconnaît le rôle positif de la critique journalistique
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair