formats

Boudiaf adopte une nouvelle feuille de route

Publié le 08/12/2015, par dans Non classé.

Après avoir écouté durant deux jours les responsables de la santé au niveau local lors de la réunion régionale d’évaluation des wilayas du Centre et de l’extrême Sud qui a pris fin hier à Alger, le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, a adopté une nouvelle feuille de route s’inscrivant dans le cadre de la réforme du système de santé, traduit à travers le nouveau projet de la loi sanitaire en attente de validation par le Conseil des ministres.
Durant cette rencontre de deux jours, les directeurs de la santé de wilaya et les responsables de certaines structures sanitaires ont présenté les bilans de mise en œuvre des programmes d’action pour 2015 concernant la prévention, la télémédecine, le jumelage entre établissements, l’offre de soins, la transplantation, l’externalisation des soins et, particulièrement, la préparation à la mise en œuvre du projet de la circonscription sanitaire contenue dans l’avant-projet de loi sur la santé.

Les directions des structures de santé et les responsables des CHU, EHU, EHS et EPH ont tant bien que mal présenté des bilans — positifs sur tous les plans — de leurs activités, alors que la réalité sur le terrain est toute autre dans certains établissements de santé. Bien que des efforts aient été consentis par certains gestionnaires qui ont pu concrétiser des projets dans les structures. Ainsi, l’hôpital Parnet s’est doté, pour la prise en charge de patients souffrant de problèmes cardiovasculaires, de nouvelles salles de cathétérisme, de rythmologie et d’épreuve d’effort ainsi que d’une unité pour la procréation médicalement assistée, unique dans le service public.

C’est aussi le cas de l’hôpital de Tizi Ouzou qui a vu la création d’un service de médecine légale et d’un nouveau service de réanimation. D’autres dirigeants, par contre, se sont montrés contents de leurs bilans alors qu’en réalité beaucoup reste à faire. Un orateur s’est même félicité en disant que sa structure effectue 1500 examens biologiques par jour. Sachant que les prélèvements sanguins ne se font que le matin dans les établissements publics, comment peut-on arriver à ce chiffre, s’interroge-t-on dans la salle…

Certains, pour leur part, n’ont pas lésiné sur les chiffres pour montrer que tout va bien dans les structures de santé. Ce que M. Boudiaf n’entend pas de cette oreille puisqu’il a exigé de tous ces responsables de se mettre au travail, car il a estimé que « nous avons avancé, mais nous n’avons pas encore atteint les objectifs. Il y a effectivement une dynamique appuyée par une nouvelle approche, bien acceptée par les professionnels de santé. Mais des changements doivent également intervenir dans le mode de gestion. Il est temps que le gestionnaire retrouve sa vocation, celle d’assurer une activité de soins avec tout ce qui va avec, à savoir le médicament, les équipements».

Pour ce faire, il est urgent de mettre en œuvre des mesures, d’adopter les mécanismes de modernisation de la gestion basés sur le calcul des coûts et la maîtrise des dépenses, de préparer la mise en place du dossier électronique du malade (DEM), de mettre en place des réseaux intégrés de prise en charge des besoins de santé « sur la base de la poursuite de la généralisation de l’opération d’externalisation des consultions spécialisées au niveau des polycliniques et ce, de manière à réhabiliter le principe de la pyramide des soins et sa concrétisation à travers notamment l’information des citoyens», a insisté le ministre. Et de souligner la nécessité de mettre en place et d’ancrer tous les mécanismes d’évaluation des activités et la généralisation de la création d’unités de soins à domicile.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Boudiaf adopte une nouvelle feuille de route
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair