formats

BouAlem Amoura. Secrétaire général du Satef

Publié le 09/02/2018, par dans Non classé.

Il s’engage à suivre rigoureusement les prochaines grèves annoncées et surtout il ne parle pas ni de trahison de la charte ni de désengagement. Le Satef, parmi les signataires de cette charte d’éthique, dit aujourd’hui avoir fait cette démarche d’engagement avec conviction et elle ne lui a pas été imposée.

Mais, il est sûr que cet engagement ne veut absolument pas dire s’asseoir sur le droit à la grève. Au contraire, pour lui, cette charte n’a jamais été appliquée : « Depuis déjà deux ans qu’elle est signée, jamais elle n’a été mise en œuvre. Tout est resté au stade d’engagement seulement». Si, explique encore notre interlocuteur, la ministre avait appliqué cette charte, nous ne serions pas arrivés à ce stade de blocage.

Car, des commissions mixtes ministère-syndicat devaient se déplacer dans chaque région censée avoir un souci. Chose qui n’a pas été faite, toujours selon le syndicaliste. C’est d’ailleurs, insiste-t-il, le cas de Blida où le Satef avait remis un rapport détaillé au ministère en 2016, mais on a laissé passer l’affaire jusqu’à ce que l’on en arrive là aujourd’hui. Le Satef wmenace non seulement de suivre les autres grèves annoncées mais de durcir le ton si…

Mais il insiste surtout sur le fait que le timing est fortuit et il ne répond à aucun agenda quelconque. « Seulement nous avons laissé le temps nécessaire au ministère de l’Education de régler certaines affaires en suspens, mais rien n’a été fait depuis le temps», affirme-t-il avant de conclure : « Il n’y a pas de volonté d’appliquer les engagements pris par le ministère». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé BouAlem Amoura. Secrétaire général du Satef
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair