formats

Blocage des importations : L’avis mitigé des producteurs de l’industrie agroalimentaire

Publié le 12/04/2018, par dans Non classé.

La décision du gouvernement d’interdire temporairement l’importation de nombreux produits a donné un nouveau souffle à l’industrie agroalimentaire, mais reste diversement appréciée par les producteurs algériens.
« Sincèrement, en tant qu’industriel, je trouve que c’est une décision courageuse», a confié Mebarkia Toufik, responsable de la société BiscoStar, à El Watan, en marge du Salon international de la production agroalimentaire, auquel participent près de 200 opérateurs producteurs algériens. Depuis janvier, plus de 800 produits, des téléphones portables aux appareils électroménagers en passant par certaines denrées alimentaires, sont interdits d’importation.

Pour ceux qui échappent à cette interdiction, le nombre de marchandises soumises à la taxe intérieure de consommation au taux de 30% a augmenté, ainsi que celui des produits soumis à des droits de douane de 60%. Destinée à réduire le déficit commercial creusé par la baisse des prix des hydrocarbures, la mesure gouvernementale sera reconduite en 2019.

« Cette décision donnera un peu de souffle et de temps pour les producteurs algériens. Le temps de renouveler le parc machine qui commençait déjà à vieillir. J’espère qu’on va gagner un peu d’argent pour le réinvestir dans de nouvelles technologies», a ajouté Mebarkia Toufik. La filiale du groupe HO Mebarkia a déjà reçu des clients potentiels de Tunisie, Mauritanie, Libye et Sénégal.

« Je trouve qu’il y a de l’avenir pour les gens qui se mettent à niveau. Les opérateurs qui prennent conscience que c’est une décision temporaire doivent se mettre à niveau le plus tôt possible», a-t-il affirmé. La décision du gouvernement, qui remplace un système de licence d’importation introduit il y a de cela 2 ans, n’a pas fait que des heureux. Draoui Mourad, directeur commercial de la société de transformation des produits agricoles Elafruits, peste contre l’introduction des arômes dans ladite liste. « Depuis janvier dernier, nous sommes pénalisés.

Heureusement, nous avons un petit stock. Toute l’industrie agroalimentaire a été touchée par le blocage des produits, surtout pour les arômes. Ces arômes ne sont pas produits localement, car c’est un savoir-faire que les étrangers ne veulent pas exporter», a-t-il dénoncé. L’Association des producteurs algériens de boissons a saisi récemment le ministère du Commerce, lequel a concédé à accorder des quotas d’importation d’arômes pour les transformateurs locaux. « La situation va se débloquer dans quelques jours», a-t-il précisé.

D’après lui, le gouvernement a mis la charrue avant les bœufs. « Ce sont des centaines de milliers de familles qui travaillent dans le secteur. Il fallait préparer le marché en amont. Il fallait d’abord produire localement pour satisfaire la demande avant de mettre en place graduellement ce type de liste. L’Etat algérien doit avoir une véritable stratégie», a-t-il souligné, relevant que « la mauvaise gestion» de ce dossier a terni l’image de marque du pays à l’étranger.

Pour sa part, Mohamed Bessa, directeur de la communication de General Emballage, leader du carton ondulé en Algérie, a mis en garde contre les conséquences d’une telle décision, certes salutaire à court terme pour certains industriels qui peuvent récupérer des parts de marché, mais « intenable» à moyen terme. « Certains partenaires de l’Algérie seraient tentés d’imposer le principe de réciprocité sur les produits algériens.

Ça serait dans ce cas de figure une catastrophe pour les industriels qui arrivent à placer des produits sur des marchés étrangers», a-t-il expliqué. Récemment, des partenaires commerciaux du pays, dont la Turquie et l’Espagne, avaient publiquement critiqué les barrières à l’importation mises en place par l’Algérie. En outre, cette décision pourrait avoir des conséquences néfastes sur la concurrence dans un marché qui risque de fonctionner en vase clos, selon M. Bessa. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Blocage des importations : L’avis mitigé des producteurs de l’industrie agroalimentaire
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair