formats

Biskra : déficit en infrastructures hôtelières

Publié le 15/12/2017, par dans Non classé.

En visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Biskra, Hassen Marmouri, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a estimé hier que les capacités d’accueil des touristes et des voyageurs étaient encore insuffisantes en dépit des efforts menés par l’Etat et les investisseurs privés pour réaliser de nouvelles infrastructures hôtelières. « Il y a un déficit de 122 000 lits selon les estimations de 2017.
Si le rythme des réalisations se poursuit, il y a aura 240 000 lits à l’horizon 2025. Nous comptons actuellement 65 hôtels du secteur public bénéficiant d’un plan de rénovation et de modernisation, mais les travaux n’ont malheureusement pas débuté pour 24 d’entres eux pour des raisons techniques et financières. Il y a aussi des investisseurs qui ont bénéficié d’assiettes foncières sans pour autant lancer les travaux de réalisation depuis plusieurs années. A ce propos, les walis ont toute latitude pour entamer des procédures conservatoires, confisquer ces terrains et les mettre à la disposition d’investisseurs sérieux», a-t-il déclaré. Concernant la wilaya de Biskra où fleurissent de grands projets touristiques, tels que les Jardins des Ziban, le complexe thermal Sidi Yahia, un village dédié à la sablothérapie Necib Palace et une myriades d’autres hôtels privés, le ministre s’est montré satisfait de l’architecture, de la qualité des lieux et des projections pour ceux qui sont en voie de finition. « Biskra redevient un pôle touristique d’excellence. Elle rassemble tous les atouts du tourisme saharien, thermal, religieux, culturel et distractif, mais, là encore, les structures d’hébergement font encore défaut», a-t-il ajouté. Biskra compte seulement 1800 lits.

En 2018, elle en aura 3700 alors qu’il lui en faudrait entre 7 à 8000 pour satisfaire sa clientèle ayant atteint cette année 46 000 touristes nationaux et 7000 étrangers, a-t-on appris. A noter qu’à l’occasion des fêtes de fin d’année, des dizaines de visiteurs du monde entier sont attendus dans le Sud algérien. Ainsi à Taghit, Timimoun, Djanet, Adrar, Tamanrasset, Oued Souf et Biskra, les préparatifs vont bon train. Les agences de voyage, les hôteliers et tous les prestataires du tourisme national sauront-ils tirer profit de cette manne annuelle et fidéliser leur clientèle en proposant des prix attractifs et des services aux normes requises, se demande-t-on Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Biskra : déficit en infrastructures hôtelières
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair