formats

Bernard Deschamps évoque la lutte des mineurs algériens

Publié le 20/03/2016, par dans Non classé.

Le militant marxiste engagé dans le combat pour l’indépendance de l’Algérie, Bernard Deschamps, a été, hier, l’invité du Café littéraire de Béjaïa au théâtre régional Abdelmalek Bouguermouh, où il a animé une conférence intitulée :
« Les mineurs algériens des Cévennes (France) dans le combat héroïque pour l’indépendance de l’Algérie». Dans ses ouvrages Les Gardois contre la guerre d’Algérie et Le Fichier Z. Essai d’histoire du FLN algérien dans le Gard 1954-1962, parus aux éditions El Ibriz – préfacés respectivement par Henri Alleg et Ali Haroun –, Bernard Deschamps s’est intéressé au cas des mineurs algériens employés dans le bassin des Cévennes, dans le département du Gard, en France.

En interrogeant les archives, notamment celles de la police française de l’époque et des témoignages, l’ancien instituteur a mis l’accent sur l’effort consenti par ces mineurs en vue de libérer le pays du colonisateur français. L’ancien instituteur commence par souligner le rôle « important» joué par la Fédération de France du FLN et salue le combat des mineurs qu’il trouve « extraordinaire» en ce sens qu’il a été mené sur le sol du colonisateur. Décrivant ces derniers, alors organisés au sein du PPA-MTLD et seulement au nombre de 1400 sur un total de 14 000, comme étant « très politisés et clairvoyants», le conférencier dira qu’ils avaient également la particularité d’évoluer dans une région « rebelle» à la longue tradition de lutte à la fois dans le cadre de l’Eglise protestante et le cadre syndical.

Cela ne les a pas empêchés d’être « parqués et mis à l’écart des Français», dit-il. Néanmoins, dans le cadre de la CGT, « une certaine solidarité s’imposait, avec notamment des revendications au profit des mineurs algériens qui incluaient non seulement le volet matériel mais aussi religieux, démocratique, etc.».

Dans ce sillage, le fondateur de l’association France-El Djazaïr, faisant le parallèle avec la situation actuelle, constate un « recul» à en juger, selon lui, la montée de la xénophobie et de l’islamophobie en France et dans les pays d’Europe. Bernard Deschamps revient par la suite sur la position des mineurs par rapport aux luttes fratricides entre les différents courants nationalistes en déclarant : « Malgré les pressions de Messali, les mineurs ont adopté la neutralité entre les messalistes et les centralistes, jusqu’à 1954 où ils ont rejoint massivement l’insurrection du FLN.»

Selon le conférencier, à ce moment-là, il fallait passer de la légalité à la clandestinité, du PPA dissous au FLN, et cette transition s’est faite en seulement quelques mois, à en croire les témoignages récoltés auprès de Mokrane Aïssa, à l’époque responsable de la section PPA des Cévennes. Illustrations à l’appui, Bernard Deschamps a apporté des témoignages poignants sur la torture de militants algériens indépendantistes dans le Gard.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Bernard Deschamps évoque la lutte des mineurs algériens
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair