formats

Benflis redoute une déstabilisation sociale du pays

Publié le 18/09/2016, par dans Non classé.

Ali Benflis fait sa rentrée politique avec son habituelle rhétorique foncièrement critique.
Réuni en session ordinaire, le bureau politique de son parti Avant-garde des libertés (AGL) s’est fendu d’un communiqué virulent contre la « fuite en avant du régime politique», alors que « la rentrée sociale s’effectue dans le contexte de la persistance de l’impasse politique, de l’aggravation de la crise économique et de l’accumulation des signes annonciateurs d’une déstabilisation sociale du pays», constate-t-il.

Au double plan politique et économique, le parti de Benflis juge « inquiétante» la situation dans laquelle se trouve le pays. Le bureau politique du parti de l’ancien candidat à la présidentielle estime que le régime politique « entretient l’impasse politique actuelle et nourrit son aggravation continue» en raison de son attitude « autiste, son choix d’une stratégie de fuite en avant et le seul souci du gain de temps qui l’anime».

Inscrit dans une opposition frontale au chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, depuis sa rupture en 2003, Ali Benflis ne cesse de marteler une vacance du pouvoir. Il estime que « si les intérêts étroits du régime politique en place s’accommodent du déni de la réalité de cette impasse politique, celle-ci heurte par contre frontalement les intérêts de la nation toute entière».

L’AGL multiplie les charges contre le pouvoir politique qu’il accuse de restreindre le champ des droits et des libertés, à dénaturer la pratique politique pluraliste. « C’est dans le contexte du déni de la réalité d’une crise de régime et d’une stratégie de fuite en avant dans laquelle le régime politique croit avoir trouvé le moyen de sa survie, que s’explique le regain de vigueur avec lequel ce régime s’affaire à restreindre le champ des droits et des libertés, à dénaturer la pratique politique pluraliste, à imposer à l’opposition politique nationale une véritable politique de contrairement et à se préparer à donner un nouveau souffle à la tricherie politique et à la fraude électorale», attaque Ali Benflis dont le parti s’apprête à entrer dans la bataille électorale à la faveur des élections législatives prochaines.

Au plan socioéconomique, Ali Benflis a eu des mots extrêmement durs à l’égard du pouvoir pour décrire une conjoncture peu rassurante : « La gouvernance en place semble continuer à céder à la facilité du renforcement de la pression fiscale sur les catégories sociales les plus défavorisées alors même qu’une sorte d’immunité semble être assurée à la sphère économique informelle, à la fraude au commerce extérieur, à l’évasion fiscale des gros contribuables, à la fuite des capitaux et à la grande criminalité financière que n’a pas refrénée la grande crise économique et financière que connaît le pays.»

Considérant que l’impasse politique actuelle et la crise socioéconomique sont indissolublement liées, l’AGL réitère sa revendication d' »un Etat de droit fondé sur des institutions légitimes comme clé de voûte de la modernisation politique du pays, qui est aussi le passage obligé pour son redressement économique et social».
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Benflis redoute une déstabilisation sociale du pays
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair