formats

Bac 2017 : Le vrai du faux

Publié le 12/05/2017, par dans Non classé.

760 000 candidats au bac sont attendus à partir du 28 mai. A quoi faut-il s’attendre et quelles mesures pour cette année ? Benghabrit met fin à toutes les rumeurs.
– Le bac ne sera pas organisé par l’ONEC (Faux)

Comme chaque année, c’est bel est bien l’Office national des examens et concours qui aura la lourde tâche d’organiser l’examen du baccalauréat 2017. En effet, suite à la fraude au bac l’année passée, où les sujets ont fuité depuis cet organisme, de nombreuses rumeurs affirmaient que l’ONEC serait d-ésormais écarté de l’organisation du bac. « L’Office national des examens et des concours (ONEC) n’aurait plus la tâche de confectionner les sujets du bac 2017.

Désormais, l’ONEC n’est plus habilité à confectionner les sujets, jusque-là mission exclusive qui lui était réservée», avait alors annoncé une source proche du ministère. Cette dernière avait alors prévenu : « On diminue des prérogatives par inquiétude de fuite des sujets. Comme première étape, les inspecteurs des directions de l’éducation confectionneront les sujets de l’examen lors de séminaires nationaux.

Les sujets en question seront ensuite, en deuxième étape, remis à l’inspecteur général, explique encore notre source. La mission réservée à l’ONEC se limite désormais à l’impression des sujets et leur distribution aux cellules de wilaya, qui à leur tour se chargeront de les dispatcher à travers les centres d’examen.» Finalement, le ministère de l’Education nationale a réitéré sa confiance en cet organisme tout en assurant ses arrières en mettant en place une batterie de mesures visant à sécuriser d’avantage cet examen.

– Le bac en 3 jours Faux

Le bac se déroulera en une semaine comme ça a toujours été le cas. En effet, aucun changement n’est à signaler pour l’instant. Ainsi, les mêmes mesures adoptées lors des précédentes sessions demeureront en vigueur lors de la session 2017. Le « nouveau bac», contrairement à ce qui a été dit l’an dernier, ne sera donc pas pour cette année.

En effet, en 2016, une commission mixte avait été mise en place par le ministère de l’Education afin de réfléchir à une nouvelle formule du bac. L’un des plus grands changements était que l’examen passe de cinq à trois jours. Il était prévu que le bac se fasse sur deux étapes. La première devait avoir lieu dès la deuxième année du lycée. Elle devait concerner essentiellement les « matières» secondaires.

Cela aurait permis de réduire la pression sur les candidats. La seconde, sans doute la plus importante, devait avoir lieu à la fin de la terminale. Elle concernerait les matières essentielles. Elle se déroulerait sur un maximum de trois jours avec plus de temps pour le déroulement des examens. Autre changement, qui devait voir le jour en 2017, concernait les coefficients. Ainsi, l’importance des matières essentielles sera confortée et celle des matières secondaires réduite.

– Aucun retard ne sera toléré (Vrai)

Suite à la vive polémique survenue l’année dernière concernant l’exclusion de certains candidats arrivés en retard à l’examen, nombreux sont ceux qui pensaient que cette année, on serait plus souple avec les retardataires. Il n’en est rien. En effet, aucun retard ne sera toléré cette année encore, et ce, afin d’éviter toute possibilité de tricherie.

« Tout candidat qui arrivera au centre après 9h sera privé d’examen, sachant que les centres de déroulement ouvrent leurs portes à 8h», a averti Nouria Benghabrit. La ministre rappelle : « L’entrée au centre de déroulement s’effectue 30 minutes avant le début des épreuves.» Les candidats devront alors prendre leurs précautions et ne pas arriver en retard le jour J sous peine d’être exclus.

– Un dispositif renforcé pour éviter la fraude Vrai

Pour assurer le bon déroulement et la sécurisation des examens scolaires nationaux, notamment l’examen du baccalauréat, et éviter que le désastre de l’année dernière ne se reproduise, toutes les précautions ont été prises. Ainsi, une batterie de mesures a été installée, dont le réaménagement du siège principal de l’ONEC sis à Kouba.

Par ailleurs, le ministère de l’Education a revu à la baisse le nombre de centres dédiés à la sauvegarde des sujets et celui des imprimeries. Autre mesure : l’accès des véhicules aux centres d’examen sera strictement interdit. Et « des brouilleurs et des équipements de vidéosurveillance seront installés au niveau des centres d’impression des sujets du baccalauréat et centres de conservation des sujets».

– Les candidats du Sud oubliés (Faux)

Toutes les mesures ont été prises afin que cet examen se déroule dans les meilleures des conditions, notamment au Sud, étant donné que le baccalauréat coïncidera avec le début du mois sacré. Ainsi, et afin de faire face aux chaleurs insoutenables prévues lors de cette période, tous les centres d’examen seront dotés de climatiseurs. La ministre de l’Education a aussi ajouté qu’il « y avait une parfaite coordination entre les directeurs de l’éducation, les autorités locales et les walis afin de tout mettre en œuvre pour garantir le bon déroulement de cet examen».

– Un seul sujet au choix (Faux)

Comme c’est le cas durant ces dernières années, il y aura bel et bien deux sujets au choix pour chaque épreuve de l’examen. Les candidats auront donc les 30 minutes supplémentaires habituelles afin de pouvoir choisir le sujet ils vont traiter.

– Les réseaux sociaux bloqués (Faux)

L’an dernier, la fuite des sujets du bac via les réseaux sociaux a poussé les ministères de l’Education et des TIC à collaborer afin de couper la connexion internet, ou du moins, bloquer l’accès aux réseaux sociaux, et éviter ainsi que le même scénario ne se reproduise lors de la deuxième session organisée par le ministère de Nouria Benghabrit. Ainsi, une coupure est survenue lors des 4 jours d’examen.

Cette coupure à provoqué l’indignation des citoyens qui ont pointé du doigt les failles du ministère de l’Education jugeant qu’ils n’avaient pas a « subir cette mesure et qu’il n’était pas normal de paralyser tout un pays à cause du bac». Ainsi, et contrairement à l’an dernier, l’internet ne sera pas coupée durant la tenue des examens. En effet, le ministère de l’Education a pris toutes ses précautions afin d’éviter la fraude sans pour autant bloquer les réseaux. Grâce aux brouilleurs installés au niveau des centres d’examen, la coupure Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Bac 2017 : Le vrai du faux
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair