formats

Réhabilitation des balcons de Ghoufi : installation d’un comité de préparation du prochain colloque national

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.
Réhabilitation des balcons de Ghoufi : installation d'un comité de préparation du prochain colloque national

ALGER- Un comité scientifique et technique qui aura pour mission la préparation du colloque national sur la réhabilitation des balcons de Ghoufi et de l’hôtel adjacent dans la wilaya de Biskra, prévu le 18 avril, a été installé dimanche au siège du Haut commissariat à l’Amazighité (HCA).

S’exprimant lors de la cérémonie d’installation dudit comité composé d’experts et de techniciens spécialistes dans le patrimoine, le Secrétaire général (SG) du HCA, M. Si El Hachemi Assad a mis avant l’importance d' »organiser ce colloque dans la région de M’Chouneche située entre les wilayas de Biskra et Batna », en vue de réhabiliter les balcons de Ghoufi et de rénover l’hôtel adjacent, à l’abandon depuis 1990.

L’organisation de ce colloque s’inscrit, poursuit le SG du HCA, dans le cadre des  » rencontres qu’organise le Commissariat avec le ministère du tourisme et de l’artisanat depuis août 2017, lesquelles ont été couronnées d’un accord bilatéral prévoyant la promotion du patrimoine amazigh et son inclusion au titre de l’activité touristique et artisanale ».

Pour M. Assad, cette rencontre, qui verra également la participation des différents établissements et instances spécialisés dans le domaine du tourisme et du patrimoine traditionnel, de la société civile, ainsi que des autorités locales, est une opportunité pour chercher  » les mécanismes à même de promouvoir ces balcons archéologiques et historiques, à travers leur rénovation et leur réaménagement, outre la prise en charge, la réhabilitation et la modernisation de l’hôtel adjacent, tout en prenant compte de son cachet architectural authentique qui caractérise cette région ».

Cette rencontre devra, selon M. Assad, être couronnée de  » recommandations constructives et importantes qui devront donner une forte impulsion à l’action destinée à célébrer le patrimoine historique et culturel authentique et l’exploiter dans la consolidation du tourisme et la construction d’une destination touristique qui contribue au développement économique ».

De son côté, le Directeur général de l’Artisanat, Ben Ali Amcha a mis en exergue, dans son allocution, l’importance de « soutenir la coopération bilatérale entre le secteur du tourisme et le HCA, en vue de valoriser le patrimoine algérien authentique et l’exploiter dans la promotion de la destination touristique « Algérie », pour attirer les touristes et leur donner l’opportunité de connaitre le patrimoine national authentique et diversifié que recèle l’Algérie ».

Estimant que le HCA est une instance importante, au regard de l’intérêt qu’elle porte au patrimoine civilisationnel et culturel amazigh pour le faire renaître et l’enraciner dans la société, M. Amcha a mis en avant la contribution de son secteur, d’une manière continue, dans cette démarche en vue de donner une forte impulsion au tourisme et à l’artisanat ».

Intervenant lors de cette rencontre, des spécialistes et experts ont souligné l’importance de la prise en charge du patrimoine culturel et civilisationnel qui représente l’identité et l’histoire de l’Algérie, ce qui implique sa réhabilitation et son exploitation dans le domaine du tourisme, relevant à cet égard, l’importance de promouvoir les différents sites archéologiques de l’ensemble du territoire national.

La construction d’une destination touristique par excellence requiert l’amélioration des prestations dans les domaines du tourisme, le développement des structures d’accueil conformément aux standards internationaux et l’aménagement des différents sites archéologiques, historiques et culturels, ont estimé les intervenants.

Lire la suite

formats

Journée internationale de la femme à oran: un vernissage d’arts plastiques « La femme au défi »

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.
Journée internationale de la femme à oran: un vernissage  d'arts plastiques

ORAN – Une exposition d’arts plastiques sous l’intitulé « La femme au défi » s’est ouverte samedi au Musée d’art moderne d’Oran (MAMO) à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme.

Cette exposition, qui regroupe 55 artistes peintres dont des femmes, a permis aux plasticiens hommes de rendre hommage aux femmes algériennes et mettre en exergue leurs différents défis dans la société, a souligné la responsable du musée.

Les cimaises du MAMO sont décorées avec plus de 190 œuvres d’art entre peinture, photos et montage vidéo de différents styles, techniques et tendances artistiques, abordant avec une touche artistique les défis, les ambitions, les espoirs et les contributions de la femme à la société, a ajouté Khadija Benhawa.

La caractéristique de cette exposition, qui se poursuit jusqu’au 25 avril prochain, est de présenter au public des œuvres anciennes et nouvelles signées par des artistes professionnels et amateurs, en majorité originaires de la capitale de l’Ouest algérien et dont le plus jeune peintre est âgé d’à peine 16 ans, a-t-on fait savoir.


Lire aussi:

ORAN – Une exposition d’arts plastiques sous l’intitulé « La femme au défi » s’est ouverte samedi au Musée d’art moderne d’Oran (MAMO) à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme.

Cette exposition, qui regroupe 55 artistes peintres dont des femmes, a permis aux plasticiens hommes de rendre hommage aux femmes algériennes et mettre en exergue leurs différents défis dans la société, a souligné la responsable du musée.

Les cimaises du MAMO sont décorées avec plus de 190 œuvres d’art entre peinture, photos et montage vidéo de différents styles, techniques et tendances artistiques, abordant avec une touche artistique les défis, les ambitions, les espoirs et les contributions de la femme à la société, a ajouté Khadija Benhawa.

La caractéristique de cette exposition, qui se poursuit jusqu’au 25 avril prochain, est de présenter au public des œuvres anciennes et nouvelles signées par des artistes professionnels et amateurs, en majorité originaires de la capitale de l’Ouest algérien et dont le plus jeune peintre est âgé d’à peine 16 ans, a-t-on fait savoir.


Lire aussi: Mokhtari Fatima, une femme artiste qui a transformé son domicile en une galerie d’art


Cet événement culturel, organisé par le Musée d’art moderne d’Oran, constitue également une opportunité pour les artistes femmes pour présenter des collections de leur expérience artistique appartenant à différents genres artistiques, en relevant le défi de développer l’art plastique en Algérie sur les traces d’anciennes artistes peintres qui ont fait la gloire du langage des couleurs avec leurs pinceaux.

D’autre part et dans le cadre de la Journée internationale de la femme, le programme de l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) comprend une exposition de femmes d’arts plastiques à la salle de cinéma « El Maghreb », une soirée artistique animée par Cheb Amin 31 et le groupe des Meddahate de l’association chargée des mariages, un défilé de mode organisé par l’association nationale « Wissam » pour la culture et les arts et un spectacle d’humour du duo « Fordja » de Louiza et Djamel.

Ces festivités ont été organisées par la direction de la culture et la maison de la culture Zeddour Brahim Belkacem d’Oran.

Lire la suite

formats

Tiaret: Romaissa Daoud sacrée miss de l’excellence culturelle et créative

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.
Tiaret: Romaissa Daoud sacrée miss de l'excellence culturelle et créative

TIARET – La jeune Romaissa Daoud a été sacrée, samedi à Tiaret, miss de l’excellence culturelle et créative, au concours organisé par la maison de la culture « Ali Maachi » en collaboration avec l’équipe « Ouffok Tamayouz » de l’université « Ibn Khaldoun » de Tiaret, a-t-on appris du jury.

La lauréate a décroché ce titre du concours ayant mis en lice six candidates pour le projet « patrimoine urbanistique khaldounien », devant la dauphine Naima Insaf pour le projet « investissement dans l’éducation des générations » et ensuite Bouchra Rabah pour le projet « Tadikia » (nom local pour la charité entre voisins).

Les deux dauphines ont été choisies sur la base de vote du public et l’évaluation du jury composé des professeurs Moussa Benaouda et Mokhtaria Meknes de l’Université de Tiaret et Abed Fatima, membre du mouvement associatif.


Lire aussi: Mokhtari Fatima, une femme artiste qui a transformé son domicile en une galerie d’art


A noter que 14 sur 30 candidates parmi les étudiantes ont été retenues au tour de sélection du concours « Reine de l’excellence culturelle et créative », qui s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme et qui vise à découvrir les talents intellectuelles, culturels et littéraires et la capacité d’exprimer des idées de manière distincte et de fournir des arguments convaincants.

Le programme artistique pour célébrer la journée internationale de la femme à Tiaret comporte également une représentation de la pièce « Parfum de vie », écrite et mise en scène par l’artiste Nadia Sahnoun.

Lire la suite

formats

2e édition du Salon national de la photographie dimanche à Tébessa

Publié le 06/03/2020, par dans Non classé.

TEBESSA – La deuxième édition du Salon national de la photographie sera ouverte dimanche prochain à la maison de la culture, Mohamed Chebouki de la ville de Tébessa, a-t-on appris jeudi du directeur de cette structure culturelle, Mounir Mouissi.

Cette nouvelle édition verra la participation de 27 photographes conviés de onze (11) wilayas du pays à l’instar des régions de Laghouat, Tiaret, Constantine, Jijel et Ouargla a précisé la même source, détaillant que cette manifestation qui sera organisée du 8 au 10 mars courant sera marquée par l’exposition des centaines de photos.

Ces photos, a-t-il dit captent la beauté de la nature et la diversité du patrimoine culturel algérien, immortalisent les coutumes et traditions caractérisant chaque région du pays, et zooment plusieurs sites archéologiques.

Aussi, plusieurs ateliers abordant les dernières techniques et les technologies modernes, utilisées dans le monde de la photographie seront organisés à cette 2e édition du le Salon national de la photographie, a ajouté M. Mouissi.

La manifestation permettra aussi aux adhérents de l’atelier de l’audiovisuel de la maison de la culture Mohamed Chebouki, d’échanger les expériences avec les photographes conviés différentes wilayas du pays et d’échanger et se familiariser avec les professionnels de la photo, a-t-on signalé de même source.

Lire la suite

formats

Tiaret: décès du chanteur engagé Abdelkader Mohamed Cherif

Publié le 06/03/2020, par dans Non classé.

TIARET – Le chanteur engagé Abdelkader Mohamed Cherif est décédé, jeudi après-midi, à l’hôpital « Tahar Mimouni » de Sougueur (Tiaret), des suites d’une brève maladie, a-t-on appris vendredi de source médicale.

Le défunt, considéré comme l’un des piliers de la chanson engagée dans la wilaya de Tiaret, est issue de l’école « Alhan wa chabab » dans les années 1980.

Connu pour sa participation à l’opérette « le Chahid Ali Maachi », le défunt a collaboré avec de nombreux compositeurs dont les regrettés Mâati Bachir et Blaoui Houari.

Durant sa carrière artistique, Abdelkader Mohamed Cherif a obtenu plusieurs premiers prix lors de festivals nationaux, rappelle-t-on.

Lire la suite

formats

Ouverture du 11eme festival local de la culture et de la chanson kabyle

Publié le 06/03/2020, par dans Non classé.
Ouverture du 11eme festival local de la culture et de la chanson kabyle

BEJAIA- La 11eme édition du festival local de la culture et chanson Kabyle s’est ouverte jeudi après-midi, au théâtre régional Bejaia, par un hommage délicat et en musique à feue Djamila, ravie à la vie en octobre dernier après une carrière flamboyante, durant laquelle, elle a alterné ses talents d’auteure, interprète, et comédienne, et même d’animatrice radio.

Les témoignages rapportés par ses pairs, qui ont narré autant ses aptitudes et ses gouts mais aussi sa générosité et sa profondeur d’âme ont ému a plus d’un titre, d’autant que l’artiste a connu de grandes épreuves dans son existence, notamment un mariage précoce, un divorce, une vie sans enfants, l’exil et d’autres. « J’ai les larmes aux yeux », raconte ostensiblement bouleversée, la chanteuse Malika Doumrane, venue expressément de France pour honorer sa mémoire et dérouler certes sa vie de femme mais surtout sa vie d’artiste , ses passions, sa ténacité, et son audace.

Djamila, en pratiquant son art en tant qu’auteure et interprète, dès les années 1930, n’en a pas laissé un patrimoine et un héritage mais a ouvert la voie à d’autres artistes féminines, venues lui emboiter le pas et prendre exemple sur sa démarche artistique à un moment ou la pratique de la musique n’était pas tolérée y compris pour les hommes. Mais Djamila à « dépassé sa condition et brisé des tabous en faisant montre d’un talent insolent », a expliqué Malika Doumrane, déplorant qu’elle soit partie, certes avec la reconnaissance mais dans un quasi- dénuement et obligée sur le plan matériel de prendre précocement sa retraite.

La relayant au micro, l’Djida Tamejtouht, une autre voix sublime de la chanson Kabyle, et issue de la génération d’après, n’en pense pas moins expliquant l’impact du passage de l’artiste disparue à la radio dans l’émission,  » Thamaghra el Khalath » (Fête de femmes), contribuant à l’éclosion d’une myriade de voix féminines, quelques une s’étant faite un nom et une réputation l’essentiel néanmoins s’étant contenté d’animer dans leur localité ou leurs régions, les fêtes de mariages ou de circoncision.

« Nal’djida » n’a pas à l’occasion de rebondir sur son parcours de comédienne soulignant notamment sa participation au film de Lakhdar Hamina,  » Chronique des années der braises ». mais la chanson, dira-t-elle est restée sa grande passion. Certains titres restant toujours d’actualité et siège d’un grand succès à l’instar de  » WallaghIfaroudjène » (J’ai vu des étoiles »), chantée en hommage au club de football de la JSK,  » ArnouyasAmane à Khali » ou encore  » YfrariOuas  » Le soleil s’est levée).

Pour illustrer la puissance de sa voix et de ses textes, Na lDjida a du gratifier le public d’une merveilleuse reprise de Djamila,  » A sidi L’wali », chantée à Capella sous forme d’achawik (Chanson mélancolique) et qui n’a pas manqué d’ajouter à cette séance inaugurale une poigne d’émotion.

En fait trois heures durant, l’hommage a été rythmée par cette indicible émotion. Outre les témoignages tout le plateau concocté à l’occasion a été une dédicace à la mémoire de cette grande dame et une reconnaissance de son talent. Ainsi tour à tour, les nouvelles étoiles montantes de la chanson Kabyle, notamment Rahima Khalfaoui, Drifa, Mounia Ait Meddour , se sont relayées pour interpréter des morceaux de son immense répertoire, laissant la vedette cependant à Nadia Rayhan et Na l’djida qui ont fait des tours de chant d’une dizaine de chansons.

Après cette entrée en la matière net la levée de rideau du festival il est attendu pour la soirée, un récital, en compagnie des chanteuses Cylia, Mounia Ait Meddour, et l’orchestre féminin du conservatoire de la ville de Bejaia.

Avant la séance inaugurale des troupes de chants et de danses folkloriques ont animé ,les alentours du siège du théâtre, attirant un public venu en force y assister.

Etalé sur cinq jours, le festival, qualifiant au prochain festival national de la chanson amazigh de Tamanrasset, va réunir 38 artistes femmes sur un ensemble de 46 participants répartis en six plateaux.

Lire la suite

Home Articles posted by Admin (Page 6)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair