formats

« Abou Leila » en compétition au « Cinéma méditerranéen » de Bruxelles   

Publié le 04/12/2019, par dans Non classé.

BRUXELLES- Le long métrage de fiction algérien « Abou Leila » d’Amine Sidi Boumediene a été sélectionné en compétition du 19e Festival Cinéma méditerranéen de Bruxelles qui se poursuit jusqu’au7 décembre dans la capitale belge, annoncent les organisateurs sur leur site Internet.

Sorti en 2019, « Abou Leila » est en lice à ce festival avec des films du Maroc, de Tunisie et d’Espagne .

« Abou Leïla » -une coproduction algéro-franco-qatarie de140 mn- revient sur les évènements tragiques des années 1990, à travers l’histoire de deux jeunes à la poursuite de Abou Leïla, un dangereux terroriste en fuite dans le désert algérien.

Programmé en mai dernier à Cannes dans la section « Semaine de la critique », Abou Leila -premier long métrage de Amine Sidi Boumediene-, a été plusieurs fois primé en Inde, en Tunisie et en Espagne, entre autres.

« 143 rue du désert », un documentaire de Hassen Ferhani, et « Papicha » de Mounia Meddour sont programmés hors compétition du festival ouvert vendredi.

« Papicha » évoque le quotidien de jeunes femmes en Algérie dans les années 1990 à travers l’histoire d’une étudiante, qui tente de vendre ses créations de haute couture dans les boîtes de nuit pour se lancer comme styliste.

Pour sa part, « 143 rue du désert » croque le portrait de Malika, gérante d’un petit relais de voyageurs dans le désert algérien.

Fondé en 1989, le Festival Cinéma méditerranéen de Bruxelles vise à rapprocher les cultures des pays de la Méditerranée à travers le cinéma, selon ses organisateurs.

Lire la suite

formats

La pièce de théâtre « GPS » au 12e Festival du Théâtre arabe à Amman

Publié le 02/12/2019, par dans Non classé.

ALGER – La pièce de théâtre « GPS », produite par le Théâtre national algérien (TNA), prend part à la compétition du 12e Festival du Théâtre arabe de Amman (Jordanie), prévu du 10 au 16 janvier 2020, annonce l’Instance arabe du Théâtre sur son site Internet.

Le spectacle ‘GPS » sera en compétition aux côtés de huit autres pièces, dont « En’Nems »(Maroc), « Samae Baydae » (ciel blanc), (Tunisie), ou encore, « Bahr wa Rimel » (mer et sables) (Jordanie).

La pièce, écrite et mise en scène par Mohamed Cherchal, est une comédie absurde à la thématique universelle, inscrite dans le registre du théâtre muet et qui traite du conditionnement de la société et de l’aliénation de l’individu.


Lire aussi: La pièce de théâtre GPS, une critique de l’homme moderne


D’autres spectacles hors compétition sont également au programme de cette 12e édition, à l’instar de « Rahin » du Théâtre régional de Batna.

Fondé en 2009 par l’Instance arabe du théâtre, le Festival du Théâtre arabe, un des plus importants festivals dans les pays arabes, distingue depuis 2011, le meilleur spectacle du prix « El Kacimi ».

Manifestation culturelle itinérante dans plusieurs villes et capitales arabes, le Festival du Théâtre arabe a déjà été accueilli en janvier 2017 à Oran et Mostaganem lors de sa 9e édition dédiée à la mémoire de Azzeddine Medjoubi.

Lire la suite

formats

Mihoubi s’engage à réhabiliter des sites archéologiques pour en faire des sources de revenus

Publié le 02/12/2019, par dans Non classé.

TIARET – Le candidat à la présidentielle du 12 décembre Azzedine Mihoubi s’est engagé, dimanche à partir de Tiaret, à réhabiliter des sites archéologiques, historiques et culturels pour en faire des sources importantes de revenus.

Au cours d’un meeting populaire, animé à la maison de la culture « Ali Mâachi », Azzedine Mihoubi s’est engagé, en cas de son élection à la magistrature suprême du pays, qu’il œuvrerait à « réhabiliter les sites culturels et historiques dont l’abri d’Ibn Khaldoun de Tiaret, la grotte Cervantès d’Alger et leur exploitation comme sources de revenus pour le pays ».

Il a ajouté que son programme s’oriente vers la réhabilitation des érudits et savants de l’Algérie dans les domaines culturel, artistique et historique.

Le candidat a également insisté sur l’importance de la dimension historique et civilisationnelle de ces érudits et personnalités nationales en faisant connaitre aux jeunes générations et aux chercheurs le parcours de ces figures, leurs œuvres et leurs luttes.

Dans ce contexte, il citera l’exemple de l’Artiste-Chahid Ali Mâachi.

Sur le plan économique, il a fait part de son intention de réhabiliter les entreprises nationales et leur intégration dans le développement notamment des Hauts-plateaux, à initier de grands projets au profit de ces régions, à développer l’agriculture, secteur créateur d’emplois et de richesses.

Azzedine Mihoubi s’est engagé également à résoudre les problèmes des éleveurs en vue de leur permettre d’élargir l’activité d’élevage du cheptel et des équidés.

Sur le plan sportif, le même candidat a fait part de son intérêt à développer ce secteur en permettant aux clubs de recouvrer leur gloire d’antan, estimant que le club de la JSM Tiaret mérite de jouer les premiers rôles parmi l’élite footballistique.

Enfin, il a promis de réaliser le désir de la population locale par l’ouverture d’une faculté de médecine et la réalisation d’un hôpital universitaire à Tiaret.

Lire la suite

formats

Rabehi affirme l’intérêt de la préservation des monuments culturels et historiques du pays

Publié le 01/12/2019, par dans Non classé.
Rabehi affirme l'intérêt de la préservation des monuments culturels et historiques du pays

DJELFA- Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabhi, a affirmé, dimanche à partir de Djelfa, l’intérêt de la préservation des monuments culturels et historiques du pays, considérés comme un patrimoine civilisationnel.

Mabhi, qui était accompagné du ministre des Relations avec le Parlement, Fethi Khouil, a visité la mosquée « El Atik » (datant du 18eme siècle) de la commune de Charef (50 km à l’ouest de Djelfa), dont il souligné le rôle de « ce pôle de rayonnement religieux, dans l’ancrage de l’esprit de nationalisme », assurant qu’il fait parti des « monuments du patrimoine que nous nous devons de préserver comme acquis civilisationnel ».

Après avoir pris connaissance du rôle d’importance joué par ce haut lieu du culte, qui fut un lieu de ralliement pour les moudjahidines, durant la guerre de libération nationale, le ministre s’est engagé au « classement de cette mosquée, au vue de sa valeur historique », a-t-il estimé.

La mosquée « El Atik » de la ville de Charef fait partie des plus importants lieux de culte de la localité. Son chantier fut lancé en 1886, à l’initiative des enfants de la région, qui ont parachevé sa réalisation vers 1897.

Cette mosquée historique a été bâti grâce à Tahar Kasri, sur les décombres de la mosquée dite des « Daraouiche », détruite par le colon français, qui avait interdit aux indigènes de la rebâtir , car considérée comme un symbole de résistance.

Elle fut considérée, durant la période coloniale, comme un pôle de résistance et de nationalisme pour toute la région. En effet, c’est cette mosquée que choisit le moudjahid Ferhat Abbas, pour prononcer un discours en 1946, et nombre de membres de la wilaya historique VI se sont succédés, à son niveau, après l’indépendance.

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim poursuit sa visite à Djelfa par l’inspection de structures culturelles au chef lieu de la wilaya et à Zekkar.

Lire la suite

formats

Lancement symbolique du Festival du cinéma d’Al Qods à partir d’Alger

Publié le 29/11/2019, par dans Non classé.
Lancement symbolique du Festival du cinéma d'Al Qods à partir d'Alger

ALGER – Le 4e Festival international du cinéma d’Al Qods, qui se tient à Ghaza en Palestine du 28 novembre au 5 décembre, a été lancé symboliquement mercredi à Alger en même temps que son lancement dans des capitales de pays arabes.

Le Festival d’Al Qods a été lancé simultanément à partir de douze pays arabes dont le Liban, la Lybie, le Soudan, la Tunisie ou encore l’Egypte.

Prenant part symboliquement à ce festival, la cinémathèque d’Alger a projeté le documentaire « Oum El Gharib » du réalisateur palestinien Raed Dezdar.

D’une durée de 69mn, le documentaire revient sur l’histoire de Oum El Gharib, une cité palestinienne connue pour sa production d’agrumes avant la guerre israelo-arabe de 1948, devenue ville d’exportation de réfugiées suite à cette guerre et à l’exil de ses habitants.

A travers les témoignages de Palestiniens ayant vécu à Oum El Gharib avant 1948, le réalisateur du film tente de reconstituer la vie économique, culturelle et sociale de la cité.

Le coordinateur du festival en Algérie, le réalisateur Salim Hamdi, a indiqué que ce geste symbolique venait en soutien au peuple palestinien et salué le courage des organisateurs qui ont tenu à ce que le festival se déroule dans une ville palestinienne « malgré les conditions extrêmes d’organisation ».

Les films « Les sept remparts de la citadelle » de Ahmed Rachedi, « Irfane » de Salim Hamdi, ainsi que le court métrage documentaire « Mounia » de Abir Akakza ont été sélectionnés en compétition du 4e Festival international du cinéma d’Al Qods.

Le court métrage de fiction « Curse within shadows » de Imad Ghedjati devra être également projeté dans la catégorie des films amateurs.

Lire la suite

formats

El Bayadh: participation de 32 exposants au salon national d’arts plastiques

Publié le 28/11/2019, par dans Non classé.
El Bayadh: participation de 32 exposants au salon national d'arts plastiques

EL BAYADH – La deuxième édition du salon national des arts plastiques s’est ouverte jeudi à El Bayadh avec la participation de 32 exposants de 17 wilayas du pays.

Initiée par la maison de la culture « Mohamed Belkheir » de la wilaya, cette manifestation culturelle, dont l’ouverture a été présidée par le wali d’El Bayadh, Kamel Touchene, expose plus de 100 tableaux d’arts plastiques de différents genres.

Le directeur de la maison de la culture, Salah Okbache a souligné que cette exposition constitue une occasion pour l’échange d’expériences entre artistes plasticiens de la wilaya et d’autres wilayas et la promotion du goût artistique du public, indiquant que les œuvres exposées concernent des formes d’expression d’abstrait, réalisme, impressionnisme et sculpture.

Ce salon permet également de connaitre la diversité culturelle dans la wilaya d’El Bayadh, a-t-il ajouté.

Cette édition étale des œuvres artistiques à la nouvelle galerie d’arts plastiques ouverte dernièrement à la maison de la culture, qui peut contenir plus de cent.

Le programme de cette exposition de trois jours prévoit la projection de documentaires sur les arts plastiques, des récitals de chants du terroir et une virée touristique au profit des participants dans la commune de Brizina pour leur faire découvrir les atouts touristiques que recèle cette région.

Lire la suite

Home Articles posted by Admin (Page 3)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair