formats

Un collectif voit le jour à Oran

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.

Les violences contre les femmes ont des conséquences négatives et graves sur les victimes, mais aussi sur leurs enfants et constituent un danger pour la société tout entière.
Un collectif réclamant la promulgation de la loi relative aux violences faites aux femmes a vu le jour, jeudi dernier, à Oran. Constitué par l’Afepec, le Collectif pour l’autonomisation des femmes, Femmes algériennes médecins, le Civic, la LADDH, Bel Horizon, le Petit Lecteur, Santé Sidi El Houari (SDH), ce collectif se dit « ouvert aux organisations qui partagent ce même objectif». Ce collectif appelle toutes les organisations à signer une lettre ouverte, adressée au président du Sénat, Abdelkader Bensalah. « Nous nous félicitons de l’adoption, par l’Assemblée populaire nationale, en mars 2015, de la loi contre les violences faites aux femmes, malheureusement restée, depuis, bloquée au niveau du Sénat», affirme le collectif.

« Nous demandons que la loi contre les violences faites aux femmes soit adoptée par le Sénat, avant la fin de l’année, comme affirmé par Mme la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine, et exigeons sa promulgation dans les plus brefs délais», réclament les signataires de cette lettre. « Nous, associations, syndicats, collectifs et organisations de la wilaya d’Oran, sommes consternés par la montée de toutes les violences faites aux femmes, notamment comme rapporté par la presse ces dernières semaines, le cas à M’sila de Razika, tuée par un homme qui s’est vu refuser ses avances, et, à Oran – Es Sénia, celui de cette femme tuée à son domicile par son ex-mari, en présence de leurs 3 enfants», est-il écrit dans cette lettre.

« Nous ne pouvons accepter que de tels crimes contre des femmes puissent demeurer dans l’impunité et/ou se reproduire dans notre pays», poursuit le collectif. « Les violences contre les femmes ont des conséquences négatives et graves sur les victimes, mais aussi sur leurs enfants et constituent un danger pour la société tout entière», est-il encore affirmé. Et ce collectif de lancer un appel : « Pour signer cette lettre, manifestez-vous par courrier envoyé à l’adresse mail suivante : contact@afepec.org.» Lire la suite

formats

«La désindustrialisation et l’insertion dans l’économie mondiale»

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.

Les ressources naturelles dans les pays en développement : moteur de croissance ou éléments de vulnérabilité ?» Telle est la problématique débattue ces deux derniers jours par des experts et universitaires à la faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion de l’université Abderrahmane Mira de Béjaïa, lors d’un colloque international.
Ce colloque s’inscrit dans la problématique relative à « la chute des cours du pétrole, entamée en 2014, qui a révélé la vulnérabilité des économies dépendantes des hydrocarbures et remis à l’ordre du jour la problématique du rôle des institutions dans la gestion des ressources naturelle». Pour répondre à cette question, une quarantaine de communications ont été présentées par une centaine de chercheurs universitaires et experts étrangers. Selon Oukaci Kamal, président du colloque, cette rencontre « permettra une meilleur compréhension des effets de choc affectant les prix des ressources naturelles, leur rôle dans le processus de développement et enfin tirer des enseignements des expériences réussies de la gestion des ressources naturelles, notamment pour notre pays».

Benabdallah Youcef, de l’Ecole nationale supérieure de statistiques et d’économie appliquée d’Alger, a relevé que les réformes de l’Etat rentier en Algérie manquent de cohésion, de cohérence et d’absence d’une stratégie de mondialisation. Il analyse que « le plan d’investissement 2012-2016 de Sonatrach réserve 82% des 80 milliards de dollars à l’amont, 9% seulement à l’aval (pétrochimie) et 9% au transport par canalisations.

Cette répartition traduit l’objectif de renouvellement des réserves de pétrole et de gaz soutenu par une nouvelle loi sur les hydrocarbures qui offre plus d’incitations au capital étranger. Cette politique privilégie clairement l’approche financière alors que le pays a besoin impérieusement de se réindustrialiser». Car la désindustrialisation de l’Algérie « pèsera lourdement sur les modalités de son insertion dans l’économie mondiale, où le fait industriel est synonyme d’émergence», a-t-il averti.

Il a expliqué dans le même contexte que « la réorientation de la politique des hydrocarbures vers l’amont, depuis la moitié des années 1980, apparaît comme le mode d’ajustement préféré de l’Etat, abandonnant de nombreux projets de pétrochimie en aval». C’est ainsi, indique-t-il, que le projet de Skikda, entamé par la construction d’une raffinerie de 15 millions de tonnes, a été abandonné dès le début des années 1980. Il en fut de même pour le projet de la raffinerie de Béjaïa et pour celui du GNL (Arzew) qui devait fournir du gaz à l’Allemagne fédérale.

De son côté, Talahite Fatiha, chargée de recherche au CNRS de Paris (France), a commenté le choix du gouvernement, qui consiste en la « rationalisation» et même la suppression de certaines subventions suite à la crise financière que vit le pays. Elle a déclaré à ce propos que « depuis la chute brutale du prix du pétrole en 2014 et l’assèchement de la rente, la nécessité de maîtriser les importations et la dépense publique a relancé le débat sur l’effet des subventions sur la réduction des inégalités.

Un des arguments avancés par les partisans d’une diminution, voire d’une suppression de certaines d’entre elles, ou du moins leur ‘‘rationalisation », est que, contrairement à l’objectif annoncé, celles-ci ne permettent pas de résorber significativement les inégalités». Au contraire, insiste l’universitaire, elles contribueraient dans certains cas à les aggraver, voire à créer de nouvelles inégalités. A la question de savoir comment rompre avec ce comportement rentier dans le cadre de l’économie algérienne, Dahmani Ahmed, de l’université de Paris-Sud, que nous avons interrogé, a déclaré : « Ce comportement rentier s’est mis en place depuis des années et penser qu’on pourra le dépasser sur le court terme relève de l’utopie.

Il faudra une action sur les court et long termes à travers laquelle la société et les dirigeants vont être amenés de plus en plus à rompre avec cette mentalité.» Notre interlocuteur précise que la première action doit être engagée au niveau du secteur de l’éducation. Les dirigeants doivent également envisager de donner l’exemple à travers des décisions qui leur permettront de se légitimer, « de façon à aller vers la gestion dans la transparence, introduire par petites doses la démocratie, faire en sorte que les débats soient libres et que les gens puissent s’exprimer», explique-t-il. Lire la suite

formats

«Nous sommes en situation de guerre…»

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.

Le représentant du gouvernement a rassuré en évoquant « le renforcement des mesures légales et les moyens humains et matériels» , sans les citer explicitement.
Trois milliards de dollars issus de la contrebande profitent annuellement aux pays voisins.» Lors de sa visite marathon, jeudi dans la wilaya de Tlemcen, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a indiqué, à Maghnia, que « l’Algérie est en situation de guerre, en ce sens que nous sommes menacés de tous les côtés, notamment dans le contexte économique».

Pour étayer sa thèse, M. Bedoui a expliqué que « des pertes de 3 milliards de dollars sont subies chaque année à cause du phénomène de la contrebande, dont celle du carburant…» et de rassurer en quelque sorte : « Mais la société algérienne mène une guerre permanente et sans relâche contre ce phénomène qui gangrène l’économie nationale et cible notamment des denrées alimentaires subventionnées par l’Etat et destinées aux couches sociales, en contrepartie de produits toxiques, comme la drogue.»

A ce sujet, le représentant du gouvernement dira : « Il a été prouvé que la contrebande nourrit le terrorisme et, de ce fait, nous sommes en guerre contre la contrebande.» Et pour y parvenir, M. Bedoui a rassuré en évoquant « le renforcement des mesures légales et les moyens humains et matériels», sans les citer explicitement. Devant la délégation ministérielle, le commissaire du service régional des frontières de Maghnia a fait le constat amer, avec des chiffres effarants : « La valeur des saisies des produits destinés au Maroc, comme les denrées alimentaires, les médicaments, le bétail, les céréales, les matériaux de construction subventionnés par l’Etat a atteint 26,5 milliards de dinars pour la seule période 2014-2015.

Un ‘‘export » incroyable contre l’ ‘‘importation » de la drogue et des épices souvent avariées…» Dans son briefing avec les élus et fonctionnaires de la wilaya au siège de l’APW, le ministre a insisté sur la politique d’austérité prônée par l’Etat, tout en rassurant que « l’Etat continuera de soutenir socialement les citoyens», en affirmant par ailleurs que « la modernisation de l’administration algérienne (l’introduction de la biométrie) ne constitue pas une menace pour les postes de travail au niveau des collectivités locales (…) Après l’achèvement de la modernisation de l’administration locale, les personnels excédentaires seront affectés à d’autres services des collectivités locales». La veille de sa visite, la délégation ministérielle a élu domicile au palace La Renaissance, sur les hauteurs de Tlemcen. Lire la suite

formats

Festival d’Annaba du film méditerranéen : projection d' »Adama » (France) et des « 18 fugitives » (Palestine)

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.
Festival d'Annaba du film méditerranéen : projection d'
ANNABA- Le deuxième jour du festival d’Annaba du film méditerranéen (FAFM) a été marqué, vendredi au théâtre régional Azzedine-Medjoubi, par la projection des films « Adama » (France) et « les 18 fugitives » (Palestine), sur les quatre films, programmés pour la journée, tous en lice pour le Anab d’or. « Adama », un film d’animation…

Lire la suite

formats

Le général Toufik rompt le silence

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.

Le général de corps d’armée à la retraite, Mohamed Mediene dit Toufik, a fini par sortir de son mutisme. Dans une déclaration parvenue, aujourd’hui vendredi, à El Watan, l’ex- patron du DRS a dénoncé la condamnation du général à la retraite, Abdelkader Aït Ouarabi dit Hassan, à 5 ans de prison ferme.
Dans sa déclaration, la première pour cet homme qui a longtemps cultivé le mystère, il a donné sa version des faits concernant l’affaire du général Hassan, ancien chef du Service de coopération opérationnelle et de renseignement antiterroriste (Scorat). Toufik s’est dit  » consterné » par le verdict prononcé par le Tribunal militaire d’Oran le 26 novembre dernier.

Il a expliqué que :  » le général Hassan était le chef d’un service érigé par le décret agissant sous l’autorité de mon département à ce titre il était chargé d’une mission prioritaire avec des prérogatives lui permettant de mener des opérations avec les objectifs fixés. Les activités de son service étaient suivies régulièrement dans le cadre réglementaire ».

 » Laver l’honneur des hommes »

Au sujet de l’opération qui a valu au général Hassan l’accusation d' » infraction aux consignes générales», il a affirmé que l’ancien chef du Scorat a  » traité le dossier dans le respect des normes et en rendant compte aux moments opportuns ».

Toufik a estimé  » urgent » de  » réparer une injustice qui touche un officier qui a servi le pays avec passion et de laver l’honneur des hommes qui, tout comme lui, se sont entièrement dévoués à la défense de l’Algérie ».

L’ex-patron du DRS a critiqué le traitement réservé par la presse à cette affaire. Les médias, dit-il, on fait preuve de  » beaucoup d’à-propos ».

 » J’ose espérer que mon intrusion médiatique, même si elle constitue un précédent, ne suscite pas de commentaires qui risquent de la dévoyer et de la détourner du but recherché », a conclu Mohamed Mediene.

Lire la suite

formats

Le 9e Festival national de la musique andalouse Sanâa ouvert jeudi soir à Alger

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.
Le 9e Festival national de la musique andalouse Sanâa ouvert jeudi soir à Alger
ALGER- Le 9e Festival national de la musique andalouse Sanâa, prévu jusqu’au 8 décembre, s’est ouvert jeudi soir à Alger par l’Association de musique andalouse El Bachtarzia de Koléa et la chanteuse Nassima Chabane, devant un public nombreux, venus renouer avec le patrimoine musical traditionnel. La Salle Ibn-Zeïdoun de l’Office…

Lire la suite

Home Articles posted by Admin (Page 2624)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair