formats

Le torchon brûle

Publié le 18/08/2016, par dans Non classé.

Entre accusations et réponses échangées sur les réseaux sociaux, le torchon brûle entre l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy et l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce).
La raison serait le non-établissement d’un PV par Djezzy suite à une réunion tenue entre des responsables au sein de cette entreprise et M. Zebdi, président de l’Apoce.

Une réunion provoquée par ce dernier dans le but de rapporter les doléances des consommateurs quant à des dépassements dont ils feraient l’objet, notamment des abonnements payants à des services qu’ils n’ont jamais demandés.

Pis, M. Zebdi va même jusqu’à parler de divulgation de la base de données de Djezzy et son utilisation à des fins commerciales de la part d’un de ses partenaires. « Lors de la réunion tenue le 9 août, nous avons justement dévoilé tous ces dépassements, documents à l’appui. Nous avons reçu des engagements de la part des responsables de Djezzy, à savoir la directrice marketing et le responsable de la communication, que cette affaire va être tirée au clair et que nous allions recevoir le PV de cette réunion — unique preuve pour nous d’avoir réellement averti Djezzy — dans les jours qui suivent», explique M. Zebdi avant d’ajouter que jusqu’à ce jour, ce PV n’est toujours pas fait.

« Pis, nous avons même été accusés d’exercer des pressions sur cette entreprise. Notre tort est d’avoir divulgué, comme nous le faisons toujours, ces atteintes sur les réseaux sociaux», détaille-t-il avant de confier que ces pratiques ne sont en aucun cas les leurs ni dans leur intention et que les services de sécurité sont déjà au courant de cette affaire qui touche le consommateur direct.

Dans une réponse publiée sur les réseaux sociaux, Djezzy reproche au président de l’Apoce l’utilisation de propos loin des règles de la bienséance, prenant un ton de menace, ainsi que le fait qu’il n’a laissé aucun document qu’il avait en sa possession prouvant ses accusations au partenaire de Djezzy. Ce dernier reproche est la raison du non-établissement du PV de la réunion du 9 août, selon le responsable de la communication de Djezzy, Tamani Salim. « Djezzy n’a rien à cacher et a toujours travaillé dans la transparence.

Nous invitons M. Zebdi dans le cas où il serait sûr de la véracité de ses documents, à s’en remettre à la justice, en laquelle nous avons entièrement confiance et qui est la seule habilitée à prouver ou démonter les accusations de l’Association des consommateurs», rapporte la réponse de Djezzy publiée sur les réseaux sociaux et qui sous-entend des intérêts personnels derrière cette affaire. « Même si nous ne disposons pas des documents que détient M. Zebdi, nous avons lancé notre propre enquête concernant cette affaire. Toutefois, nous tenons à démentir formellement la divulgation de notre base de données», conclut M. Tamani.
Lire la suite

formats

Le tramway de Constantine a repris le service

Publié le 18/08/2016, par dans Non classé.

Quelques heures seulement après le déraillement de la rame 112, le tramway de Constantine a repris du service.
C’est avec célérité que Cital, l’entreprise de maintenance, a procédé aux opérations de dégagement. « Une grue a été utilisée sur place pour lever la motrice encastrée dans le mur de la prison. En fonction de l’état de cette motrice, la décision a été prise par les experts de Cital de la remettre sur les rails et de remorquer la rame jusqu’au dépôt de Zouaghi par une autre rame, à une vitesse limitée à 3 km/h», peut-on lire sur le site électronique de l’entreprise.

Sur place, tout est rentré dans l’ordre. Seuls les stigmates de l’accident de la veille sont là. Le trou, profond de trois mètres, provoqué par l’encastrement de la rame dans le mur d’enceinte de la prison du Coudiat est colmaté par des panneaux. Le raccourci reliant la rue Belkacem Maamri au boulevard Kennedy est, quant à lui, toujours fermé. Avant même que la commission d’enquête ne termine son travail d’expertise, les raisons de l’accident semblent prendre une seule orientation. Selon le directeur de Setram, qui est intervenu sur une radio régionale, « l’erreur technique est à écarter» dans cet accident, privilégiant, sous réserve, la thèse de l’erreur humaine.

Le responsable de la société d’exploitation a soutenu mordicus que sur le plan technique, « la rame est sûre». Et d’insister sur la régularité de la maintenance et des révisions des équipements qui, selon lui, ne souffrent d’aucun doute. « Dans beaucoup d’accidents ferroviaires, le facteur humain est en cause», a-t-il seriné. Le directeur de la communication de l’entreprise, toujours via les ondes, abonde dans le même sens. Catégorique, Fayçal Fadel a aussi avancé la piste de l’erreur humaine. « La panne technique est à exclure», avait-il affirmé, avant de se rattraper : « Il faut attendre les résultats de la commission d’enquête.»

Mais avant même les conclusions des experts, l’opinion de la direction de Setram concernant ce déraillement semble forgée. Entre une défaillance technique ou une mauvaise manipulation, les conséquences pour l’entreprise sont diamétralement opposées. A rappeler que mardi, vers 6h, une rame du tramway est venue percuter le mur d’enceinte de la prison du Coudiat, au niveau du terminus Benabdelmalek Ramdane.

Hormis le conducteur, il n’y a pas eu de blessé à déplorer. Les dégâts matériels, s’ils paraissent importants, ont été minimisés par les responsables de l’entreprise d’exploitation. La rame, estimée à 300 millions de dinars, n’a pas essuyé d’énormes endommagements. « La pièce maîtresse a résisté. La rame sera réparée et remise sur rails», a-t-on assuré. Lire la suite

formats

L’Etat exige un rythme plus dynamique

Publié le 18/08/2016, par dans Non classé.

Une vaste opération de modernisation du parc hôtelier public a été lancée il y a quelques années.
Elle vise non seulement la réhabilitation et la modernisation des infrastructures hôtelières publiques dans l’objectif de les aligner sur les normes internationales en matière de prestations à la clientèle, mais aussi l’extension de leurs capacités d’accueil et la création de nouvelles prestations. Abdelwahab Nouri, ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, a souligné, lors de la rencontre nationale des cadres du secteur, que « le rythme de modernisation doit s’accentuer» et qu' »aucun retard ne sera toléré sous aucun prétexte», précisant qu’il va « suivre de plus près ce processus». Si le ministre parle ainsi, c’est pour donner du crédit au discours politique qui souligne que le secteur est désormais classé au premier rang des priorités stratégiques, « au moment où l’Algérie traverse une situation économique difficile, en raison de la chute des cours du pétrole sur le marché mondial, qui a induit une baisse de plus de 60% des revenus en devise, par rapport à l’année dernière».

Arezki Touati a été nommé récemment directeur général de l’EGT Zéralda, avec comme mission principale de donner un second souffle au plan de modernisation et de mise à niveau. Contacté hier par El Watan, il a confirmé que « les hôtels Sables d’or, Mazafran et le Centre de vacances sont concernés. Aux Sables d’Or, les travaux de démolition ont été faits par une société espagnole et le suivi des études a été confié à un groupe algéro-portugais». Le budget dégagé pour la modernisation s’élève à 3,8 milliards de dinars, y compris pour la partie destinée aux études et au suivi des travaux, enveloppe remboursable sur une période de 15 ans dont 7 ans de différé et à un taux bonifié de 3,5%. « Nous avons eu un très bon taux d’occupation à Mazafran en juillet et août, cela est très acceptable au regard de l’état actuel de l’hôtel, mais il est nécessaire de passer à la phase de modernisation pour mieux répondre aux besoins de la clientèle et se mettre aux normes internationales».

Par ailleurs, le complexe balnéaire de Sidi Fredj subira, à partir de septembre, un relooking complet qui durera jusqu’en 2018. L’EGT Sidi Fredj est en passe de mettre en place les mesures nécessaires pour la fermeture progressive de tous les espaces relevant du complexe, qui s’étend sur 20 hectares, en vue du lancement du programme de réhabilitation. Depuis août 2011, le gouvernement a affecté des enveloppes financières pour la réhabilitation de ses unités en termes d’aménagement, d’équipement et de formation.

L’opération touchera les quatre unités : les deux hôtels El Marsa et El Manar, le port de plaisance et les appartements avoisinants ainsi que le centre Azur-Plage et le parking. Les structures du complexe ont été sérieusement endommagées, d’où l’impératif d’une prise en charge urgente.
Le programme de modernisation du complexe de Sidi Fredj ne se limite pas seulement à l’embellissement de l’aspect extérieur des bâtisses, il s’étend également à des travaux de fond, dans l’objectif de faire de cet espace un véritable pôle touristique à la hauteur de la capitale. Il n’est pas non plus question de toucher à l’architecture authentique du site, mais de promouvoir cet espace au rang des complexes balnéaires répondant aux standards internationaux en vigueur. Le centre touristique verra le lancement des travaux en 2017.

Outre la transformation des appartements donnant sur le port en hôtel 3 étoiles, le projet de modernisation concernera l’exploitation de la partie des arcades pour l’animation du site ainsi que la récupération des quatre restaurants qui recouvreront leur vocation première.
Le projet de modernisation du parking prévoit sa transformation conformément à un schéma sous forme d’oasis, pour favoriser une gestion optimale du circuit des véhicules et leur stationnement sur une superficie de 5 hectares. Le programme de modernisation, confié à une entreprise algéro-turque, concernera en premier lieu l’hôtel El Marsa, qui sera fermé pendant 24 mois. Pour l’hôtel El Manar, le projet de rénovation devrait lui apporter un nouveau cachet esthétique. 92% des chambres de l’établissement étaient utilisées depuis 23 ans comme résidences sécuritaires. Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 18/08/2016, par dans Non classé.

Timbre en tamazight pour la Soummam

A l’occasion de la célébration du soixantième anniversaire du Congrès de la Soummam, Algérie Poste a émis un nouveau timbre postal. D’une valeur de 25 DA, le timbre sera en vente le samedi 20 août. La nouveauté est que ce timbre est écrit en arabe et en tamazight. Les responsables d’Algérie Poste ont tenu à ce que le message en tamazight soir rédigé en caractères tifinagh, une première dans les annales de cette société. La vente publique du timbre se fera à partir de la semaine prochaine.

L’ONM honorera Bouteflika à Ifri

Pour la commémoration du 60e anniversaire du Congrès de la Soummam, la section de l’ONM (Organisation nationale des moudjahidines) de la wailaya de Béjaïa n’a pas trouvé mieux que d’honorer le chef de l’Etat. Des militants locaux rappellent que Abdelaziz Bouteflika n’a jamais visité la région en dehors des périodes électorales. Pis, les hommages doivent plutôt aller en direction des moudjahidine qui ont risqué leur vie pour sécuriser le Congrès de la Soummam. Il faut rappeler que le chef de l’Etat se fera représenter, samedi, lors de la commémoration de l’anniversaire de la tenue du Congrès de la Soummam, par le ministre des Moudjahidine, qui lira à cette occasion un message présidentiel.

Première Coupe nationale des orphelins de football à Blida

Combinaison parfaite d’un geste sportif et d’un geste caritatif (football et orphelins). Dans ce sens, l’association Kafil El Yatim organise la première Coupe nationale de l’orphelin, la semaine prochaine, à l’occasion de la célébration de la Journée du moudjahid. Les matchs de qualification sont prévus les 20, 21 et 22 août, où 100 athlètes orphelins participeront à ce tournoi, en collaboration avec la fondation de la star nationale, Madjid Bougherra, et sous l’égide du wali de Blida. Cette rencontre chaleureuse et sportive aura pour but de combler ces jeunes d’affection et de joie, elle sera partagée avec des anciennes stars internationales algériennes du foot et sera clôturée par la remise de 300 trousseaux scolaires aux orphelins présents. Le rendez-vous est prévu à la salle omnisports Hocine Chaâlane de l’OPOW Mustapha Tchaker de Blida.

Un pétrolier malaisien détourné vers les eaux indonésiennes

Un pétrolier malaisien transportant 900 000 litres de diesel a été détourné et fait route vers les eaux indonésiennes, a annoncé hier le chefde l’Agence malaisienne de surveillance maritime (MMEA). « Les investigations préalables sur le pétrolier MT Vier Harmoni montrent que le bateau a été détourné pour des ‘‘problèmes internes »», a déclaré dans un tweet Ahmad Puzi Kahar, le chef de la MMEA. Il n’a donné aucune précision, mais la mention de « problèmes internes» a déjà été employée par le passé pour désigner une situation impliquant détournement par un ou plusieurs membres de l’équipage. « Nous enquêtons sur cet incident», a-t-il ajouté, en précisant que la valeur de la cargaison du pétrolier était de l’ordre de 1,57 million de ringgit (348 000 euros). Le navire a été porté disparu mardi, au lendemain de son appareillage du port de Tanjung Pelepas, dans le sud de la Malaisie, selon l’Agence.

Les techniques oratoires favorites de Donald Trump

Hyperboles, insinuations, approximations, mais aussi simplicité : le style oratoire de Donald Trump est unique dans l’histoire politique américaine, peaufiné au contact des tabloïdes new-yorkais et sur les plateaux de télévision. « J’étudie la rhétorique présidentielle depuis plus de 40 ans, et je ne me souviens pas d’un seul exemple de candidat ou de président ayant utilisé le langage de la même façon que Donald Trump le fait», dit à l’AFP Martin Medhurst, expert de la rhétorique des présidents américains et professeur à l’université Baylor. En premier lieu, Donald Trump s’exprime sur le ton d’une conversation sans structure ni vraie ponctuation, avec des phrases courtes et un vocabulaire compréhensible par des enfants. Il répète constamment ses slogans : « C’est un mouvement», « Construisons le mur», « Rendre à l’Amérique sa grandeur»… « Sa langue est haute en couleur, il est facile de l’écouter et de s’immerger dans l’instant, car c’est comme un spectacle», note Martin Medhurst. Lire la suite

formats

Juillet a été le mois le plus chaud de l’histoire

Publié le 17/08/2016, par dans Non classé.

Juillet a été le mois le plus chaud de l’histoire moderne, établissant un record depuis le début des relevés de températures il y a 137 ans, selon les scientifiques du gouvernement américain mercredi.
« La température moyenne globale à la surface des terres et des océans pour juillet 2016 a été la plus chaude, tant pour le mois de juillet que pour n’importe quel mois dans les annales des relevés de températures de la NOAA, qui remontent à 1880, a indiqué l’Agence océanique et atmosphérique américaine.

Le précédent record avait été établi en juillet de l’année dernière, ce mois étant traditionnellement le plus chaud de l’année sur Terre. C’est également la 15e fois consécutive qu’un record mensuel de température est battu, « la plus longue série de ce type en 137 ans », a ajouté la NOAA. En juillet la température moyenne globale au-dessus des terres et à la surface des océans a été de 16,67 degrés Celsius, soit 0,87°C au-dessus de la moyenne du XXe siècle. Le record de 2015 a été battu de 0,06°C.

Autre signe du réchauffement climatique, juillet a été le 379e mois consécutif avec des températures au-dessus de la moyenne du XXe siècle. Il faut remonter à décembre 1984 pour trouver trace d’une marque un peu inférieure à la moyenne. Lire la suite

formats

Le RCD interdit d’activité à Tamanrasset

Publié le 17/08/2016, par dans Non classé.

Le bureau régional du RCD à Tamanrasset a reçu une correspondance du SG de la wilaya, datée du 14 août, lui notifiant une décision d’interdiction d’activité.
Cette décision a été prise suite à la conférence organisée, le 10 août dernier, par la Jeunesse libre (JL) du RCD, sous le thème  » le rôle de la jeunesse dans le combat politique », a indiqué le parti, dans un communiqué rendu public aujourd’hui mercredi.
Lors de la conférence, des militants ont dénoncé l’absence de projet de développement dans la région, en présence de deux éléments des services de sécurité qui ont reproché aux organisateur la présence du l’étendard de l’amazighité. Mais, selon le RCD, l’interdiction est motivée SG par le déplacement du portrait du chef de l’Etat.

 » Ces comportements portent atteintes à l’ordre public et sont passibles de poursuites judiciaires. Sur ce, nous attirons votre attention que l’Administration prendra en compte ces comportements et ne s’engagera à délivrer aucune espèce d’autorisation pour tout type de réunion que vous projetteriez d’organiser »», a écrit le SG la wilaya de Tamanrasset dans sa correspondance, citée dans le communiqué.

Pour justifier sa décision, le SG de la wilaya de Tamanrasset a invoqué la loi 19-91 du 02 décembre 1991 relative aux réunions et manifestations publiques.  » Malgré l’élasticité de cet article, aucun fait du déroulement de la rencontre ne tombe sous ces qualifications », a indiqué le RCD dans son communiqué intitulé  » Danger sur le multipartisme ».
Lire la suite

Home Articles posted by Admin (Page 1533)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair