formats

On vous le dit

Publié le 25/12/2016, par dans Non classé.

L’ancien footballeur sétifien Kharchi Ahmed n’est plus

Le football eulmi est en deuil suite au décès de l’ancien joueur du MCEE des années 60 et 70, Kharchi Ahmed, connu sous le sobriquet de Crampi, à l’âge de 74 ans, des suites d’une longue et pénible maladie. Le défunt est l’un des plus anciens joueurs du club, auquel il est resté fidèle depuis la signature de sa première licence en 1960 jusqu’à la fin de sa longue et riche carrière, en 1984. Joueur de tempérament et capitaine courage, il a été de toutes les épopées connues par le Babia durant au moins un quart de siècle. Une foule nombreuse, parmi laquelle ses nombreux coéquipiers, l’ont accompagné à sa dernière demeure au cimetière Sidi Hammou .

Enfin une classe spéciale pour les trisomiques à Tiaret

Est-ce le bout du tunnel pour les parents et jeunes enfants atteints de trisomie 21 à Tiaret ? Si l’on se fie à l’entrain qui caractérise les membres de l’association et la dynamique présidente, Atika Saâdi Benyahia, il y a lieu de le croire, d’autant que cette frange de la société, jusque-là marginalisée sur le plan de la scolarité, vient enfin de bénéficier d’une classe spéciale. Celle-ci, située dans l’enceinte même de l’établissement primaire Aït Ameur Meziane Ameur, au centre-ville de Tiaret, a été mise à la disposition de l’association. La classe devant être réaménagée par les propres soins et sur financement de l’association. L’encadrement pédagogique étant dévolu au secteur de la solidarité nationale.

Dans ce contexte, la direction de l’action sociale a été saisie pour mettre à la disposition de la cinquantaine d’élèves trisomiques, une équipe pluridisciplinaire constituée de psychopédagogues et d’assistants pour le suivi. Activant sous l’égide de l’Association nationale d’insertion scolaire et professionnelle des trisomiques (ANIT), la section locale de Tiaret, qui a fait scission avec une autre aile qui s’est inscrite, elle, dans un cadre organisationnel local, compte perpétuer le combat des parents. Un combat qui ne fait que continuer, bien que la prise en charge par l’Etat de ces enfants était depuis longtemps souhaitée. Contactée à ce sujet, Mme Boukabouss, directrice de l’éducation de Tiaret, a confirmé, mais n’a pas donné de date pour une rentrée officielle et solennelle.

Des quartiers urbains gagnés par la précarité à Chlef

L’ultime opération d’aménagement urbaine des cités périphériques de la ville de Chlef suscite déception et désillusion chez les habitants de Haï Nasr, Haï Ouled Mohamed et la cité Les Frères Abbad. Et pour cause : ces agglomérations ont été étrangement exclues du programme de rénovation urbaine en cours depuis 2014 à travers la commune du chef-lieu de wilaya. Les travaux en question n’ont touché que les grands boulevards, laissant en rade des quartiers entiers où les routes secondaires sont à la limite de l’impraticable, rendant la circulation compliquée et difficile, surtout en hiver. Il était, pourtant, initialement prévu d’inclure l’ensemble de la voirie dans ce projet présenté comme une action d’envergure. Que s’est-il passé depuis ? La question reste sans réponse pour le moment.

« Cela fait plus de deux décennies que nous attendons un tel projet, mais à notre surprise, les chemins secondaires ont été oubliés dans le programme d’aménagement urbain de la périphérie de la commune de Chlef. Nous avons, hélas !, été bercés de promesses illusoires, car les responsables locaux n’ont pas honoré leurs engagements à l’égard de la population locale», soulignent les concernés en colère. La décision prise par les autorités de la wilaya d’étendre la rénovation urbaine à ces quartiers n’a pas, malheureusement, jusqu’ici, été suivie d’effet. Il en est de même pour une série d’autres projets, dont les chantiers traînent en longueur dans nombre de secteurs.
Lire la suite

formats

Ouyahia «regrette» la décision

Publié le 25/12/2016, par dans Non classé.

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND et directeur de cabinet de la présidence de la République, désavoue, pour la première fois, l’action et les décisions de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit. Hier sur la chaîne privée El Bilad, M. Ouyahia, qui a de tout temps apporté son appui et son soutien à Mme Benghabrit, a qualifié de « regrettable» la décision prise par la première responsable du secteur de l’Education concernant la réduction de la durée des vacances scolaires d’hiver. « Je pense que c’est là une décision regrettable. Je ne rentre pas dans les détails liés à la pédagogie, mais le ministère n’a pas été suffisamment préparé pour mener à terme cette décision. Il y a eu une précipitation en la matière. Il était préférable que cette disposition ne soit pas adoptée», note M. Ouyahia.

Et de rappeler que de par le passé son parti a soutenu la ministre de l’Education : « Notre parti soutien le gouvernement, donc inévitablement nous soutenons la ministre de l’Education. Nous l’avons également défendu lorsqu’elle a été la cible d’une campagne de dénigrement car nous croyons en les réformes qu’elle a initié dans le secteur. Mais s’agissant de cette dernière décision, nous la déplorons parce qu’elle a été prise à la hâte.» M. Ouyahia ne voit pas dans cette affaire la « main étrangère». « Il n’y a aucune main étrangère. Les écoliers ont été manipulés de l’intérieur, notamment par ceux qui ont des comptes à régler avec le pouvoir, et au RND nous pensons que l’Etat n’a pas cédé face à la rue, mais il y a eu un rectificatif pour éviter un embrasement.»

Faut-il rappeler qu’en début d’année scolaire, la ministre de l’Education nationale a évoqué l’éventualité de réduire les vacances scolaires, et ce, dans l’intérêt des élèves. Elle avait expliqué que cette mesure n’allait pas créer de chamboulement au niveau du secteur, car les vacances d’hiver n’allaient pas être écourtées de manière anarchique. « La décision de réduire les vacances d’hiver de 15 à 10 jours a été faite sur la base d’une étude comparative entre l’Algérie et d’autres pays, et ce, dans le but d’adapter les vacances scolaires aux critères internationaux. Cette décision a été mise en œuvre après concertation avec les concernés», avait indiqué la ministre.

Toutefois à quelques jours de l’entame des vacances, les élèves ont investi la rue réclamant 15 jours de vacances. De crainte de voir le mouvement prendre d’autre proportion et afin d’éviter une quelconque exploitation, le Premier ministre est intervenu pour annuler la décision de la ministre de l’Education. Ainsi les élèves ont eu gain de cause au nom, encore une fois, de la « stabilité».
Lire la suite

formats

Paul Desfarges nouvel archevêque d’Alger

Publié le 25/12/2016, par dans Non classé.

L’archevêché d’Alger a un nouveau patron. Le pape François vient de désigner monseigneur Paul Desfarges au poste de nouvel archevêque d’Alger en remplacement de Mgr Ghaleb Bader nommé le 23 mai 2015, nonce apostolique au Pakistan.
L’information a été annoncée, hier, par la radio du Vatican. Agé de 72 ans, Mgr Paul Desfarges a occupé auparavant plusieurs postes, dont celui d’évêque de Constantine et d’administrateur apostolique du diocèse d’Alger depuis mai dernier. « Né en 1944 à Saint-Etienne, en France, Paul Desfarges a étudié au séminaire Saint-Irénée de Lyon avant d’effectuer son service militaire comme coopérant en Algérie, en tant qu’enseignant au service du diocèse de Laghouat.

De retour en France en 1967, il entre dans la Compagnie de Jésus, à Paris, et obtient un doctorat en psychologie, à l’université de Nice», souligne la même source. Ordonné prêtre le 14 juin 1975, Paul Desfarges est envoyé à Constantine dès 1976, où il enseigne la psychologie, en arabe, à l’université de la ville. Mgr Paul Desfarges prononce ses vœux solennels le 30 avril 1981, il sera ensuite vicaire général du diocèse de 1983 à 2005, tout en poursuivant l’enseignement. Le religieux est devenu ensuite supérieur de la communauté des jésuites d’Alger et directeur de la maison de retraites spirituelles, avant d’être nommé évêque de Constantine le 21 novembre 2008. Lire la suite

formats

Scandale autour du foncier agricole et touristique

Publié le 25/12/2016, par dans Non classé.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a immédiatement réagi en instruisant le gel de la quarantaine de décisions d’attribution de terrains signées par l’ex-chef de l’exécutif de la wilaya de Tipasa. Des directeurs de wilaya ont été convoqués par le juge d’instruction.
Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, a joint l’acte à la parole.

En effet, l’ensemble des directeurs de wilaya concernés par le scandale du foncier agricole et touristique ont été entendus par le juge d’instruction.

A la suite de la révélation sur le rejet par la direction des Domaines de la wilaya de Tipasa d’une quarantaine de décisions d’attribution de parcelles de terrain à des particuliers, signées par l’ex-wali de Tipasa, un foncier qui relève de surcroît du domaine agricole et touristique, le parquet général, conformément aux instructions des hautes autorités du pays, n’a pas tardé à activer l’action publique.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a immédiatement réagi en instruisant le gel de la quarantaine de décisions d’attribution de terrains signées par l’ex-chef de l’exécutif de la wilaya de Tipasa, toutes entachées d’irrégularités conformément aux articles de la réglementation en vigueur, afin de mettre fin à la dilapidation. Certains investisseurs, bénéficiaires de terrains, n’avaient même pas engagé de travaux pour construire leurs équipements.

Les six APC concernées par ce scandale du foncier agricole et touristique sont Larhat (19 000 m2), Aïn Tagouraït, ex-Bérard (100 000 m2), Sidi Ghilès (30 000 m2), Bouharoun (20 000 m2), Gouraya (63 800 m2) et Tipasa (534 000 m2), soit un total qui avoisine les 800 000 m2. Abdelkader Kadi, ex-wali qui avait occupé des postes ministériels (Agriculture et Travaux publics), s’était engagé à signer durant son court règne à la « principauté» pas moins de 57 décisions, dont 40 avaient été rejetées, car entachées d’irrégularités.

« Le juge d’instruction nous a bien serrés par ses questions», avoue l’un des responsables concernés. Naturellement, certains citoyens s’interrogent sur la présence, jusqu’à maintenant, à leur poste des directeurs de wilaya qui avaient apposé leur avis favorable sur les dossiers, sachant que le président de la République avait mis fin aux fonctions du wali de Tipasa. Même le directeur général de l’ANDT a été convoqué par le juge d’instruction en sa qualité de témoin.

Dès l’éclatement de cette scandaleuse affaire, les hautes autorités du pays avaient préféré charger les services de la Gendarmerie nationale de mener l’enquête d’une manière rigoureuse et équitable, afin de préserver les intérêts de l’Etat, avant que les dossiers ne soient transmis au parquet.

L’ex-wali de Tipasa ferait l’objet d’une convocation du juge d’instruction, selon nos sources. Les mauvaises langues disent que la présence d’une directrice de la wilaya de Tipasa impliquée dans ce scandale du foncier rend délicate et sensible la situation, car elle a un lien familial avec une haute autorité civile du pays, d’où son maintien à son poste depuis un peu plus de trois quinquennats ; autrement d’autres décisions radicales auraient été prises à l’encontre des directeurs concernés, afin d’assainir cet environnement des décisions qui ne vont pas dans le sens des instructions du gouvernement.

Une gestion maladroite de ce dossier risque de provoquer la colère, au moment où le pays se prépare à des échéances électorales d’une part et où les discours officiels ne cessent d’insister sur la transparence dans la gestion locale des affaires publiques, d’autre part. Lire la suite

formats

Un plan national et des mesures préventives

Publié le 25/12/2016, par dans Non classé.

Un plan national de sécurité ainsi que des mesures préventives ont été mis en place par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), à l’occasion du Nouvel An 2017, a annoncé hier la DGSN dans un communiqué. « A l’occasion de la fête de fin d’année 2016, la DGSN a mis en place un plan national de sécurité et des mesures préventives au niveau des zones urbaines ainsi qu’aux stations de transport, des axes routiers et des lieux publics pour assurer la sécurité des citoyens», a précisé la même source.

« Le plan mis en place, à l’occasion du Nouvel An 2017 coïncidant avec la période des vacances scolaires, consiste en un déploiement renforcé d’effectifs d’agents de police pour assurer la sécurité des lieux de cultes, des places publiques, des lieux de divertissement, des centres commerciaux, des hôtels et des places fréquentées par les touristes», selon le directeur de la communication de la DGSN, le commissaire divisionnaire Amar Larroum, cité dans le communiqué. Ce plan assurera aussi la sécurité au niveau des stations de transport (ports, aéroports, gares routières, ferroviaires et métro) et renforcera les points de contrôle routier par des moyens techniques et des radars de contrôle de vitesse, a assuré le commissaire divisionnaire Larroum. Lire la suite

formats

Une grille d’évaluation sélective selon les candidats

Publié le 25/12/2016, par dans Non classé.

Le délai de dépôt des dossiers pour le concours de nomination au poste supérieur de chef de service hospitalo-universitaire session 2016-2017, pour lequel 462 postes sont ouverts, est prolongé jusqu’au 5 janvier prochain alors qu’il était fixé au 25 décembre.
Une décision prise par les deux tutelles suite à l’ouverture de postes supplémentaires, et ce, dans la discrétion totale. Ce qui a d’ailleurs suscité les interrogations des candidats, dont certains ignorent cette décision. « C’est encore une fois donner la chance à des personnes pour prendre les services de leur choix.

C’est toute la grille d’évaluation qui est faite sur mesure et qui arrange beaucoup plus le candidat administrateur que le scientifique chercheur», s’indigne un groupe de candidats de différentes spécialités, en rappelant que cette grille, jugée « non scientifique» et surtout « discriminatoire», exclut les jeunes chefs de service souhaitant postuler à ce concours, car ils doivent justifier d’un exercice minimal de quatre années en cette qualité et démissionner du poste déjà occupé. « Alors que les responsables des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur avaient assuré publiquement, en 2014, lors du choix public des postes et une instruction écrite a été adressée aux doyens des facultés de médecine», ont ajouté les candidats.

L’instruction en question signale que « concernant l’obligation prévue par le décret exécutif n°08-129 du 3 mai 2008 portant statut particulier de l’enseignant chercheur hospitalo-universitaire et notamment son article, il y a lieu de les informer, également, que la condition de trois années d’exercice dans le poste d’affectation ne s’applique pas pour le concours pour la nomination en qualité de chef de service hospitalo-universitaire», lit-on dans le document disponible sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Cette grille est « sélective, précisent les candidats, « d’abord par la limite d’âge à 62 ans, puis en amputant la carrière de l’hospitalo-universitaire de nombreuses années puisque l’évaluation commence à partir de maître de conférences A alors qu’avant elle commençait à partir du grade de maître-assistant», ont-ils relevé en rappelant que l’objectif d’un concours est de sélectionner les candidats sur des critères objectifs d’arbitrage juste et sans parti pris. La grille reste donc en faveur de certains candidats, déplorent-ils, surtout que « sur l’activité scientifique, on a limité le nombre de points pour les publications (1,5 pt par publication) et le maximum à récolter est de 6 pts». « Indirectement, on est en train de demander aux chercheurs de s’arrêter de travailler dès qu’ils ont fait quatre publications, or en une carrière on peut arriver jusqu’à 60 publications», ont-ils noté.

Et d’ajouter : « La même remarque est faite pour les communications nationales et internationales qui sont limitées à 3 communications internationales et 6 communications nationales. C’est très grave.» « Comment peut-on aspirer au grade de professeur émérite après avoir balayé les chefs de service pour les remplacer par des administrateurs à la place des chercheurs et confectionner une grille sur mesure», s’interrogent t-ils. Lire la suite

Home Articles posted by Admin (Page 1442)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair