formats

Une pléiade de chanteurs anime un concert à Alger

Publié le 16/08/2018, par dans Non classé.
Une pléiade de chanteurs anime un concert à Alger

ALGER – Une pléiade d’artistes algériens ont animé mercredi soir à Alger, un méga concert de musique organisé dans le cadre du programme « Djazairama », en clôture du périple de la caravane artistique « fêtons algérien ».

Inaugurée le 12 juillet dernier, la caravane artistique « fêtons algérien, carrefour de la créativité« , organisée par l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (Onda), a élu domicile, du 12 au 19 août, à l’esplanade de l’Office Riadh El Feth (Oref), sous l’intitulé Djazairama, qui marque la clôture de ce grand évènement national, après avoir mis en valeur la diversité du « panorama musical algérien » dans une quarantaine de wilayas. En présence de Idir, invité d’honneur de la soirée et du directeur général de l’Onda, Sami Bencheikh El Hocine, les chanteurs, Amine Chibane et Ali Amrane, ainsi que les groupes El Dey et Gaâda diwan Béchar ont livré, durant plus de trois heures de temps, des prestations pleines, embarquant dans une randonnée onirique, avec leurs voix présentes et étoffées le public nombreux, composé essentiellement de familles.

Très applaudi par l’assistance, Amine Chibane a aligné une dizaine de pièces dont Mademoiselle Algérie (inédite), Zefzafi, une reprise de Mohamed El Kamel (1919-1956), en hommage aux artistes du Music-Hall des années 1930, A la mouriska (fusion Chaâbi-Tzigane-Raga), Ghram el guellil, Id kounta aâchiq et Bella Ciao(chanson populaire italienne). Qualifiant ses recherches dans l’univers des mots de Sociologie linguistique, Amine Chibane, artiste intelligent et créatif aimant les néologismes et les belles tournures de phrases, définit son style de musique de Music-Houl (musique euphorique) et son choix d’orchestration de fusion Ma touche, s’appropriant ainsi l’universalité du genre Music-hall et des fusions manouche.


Lire aussi : Plus de 700.000 spectateurs aux festivités culturelles de l’été 2018


Amine Chibane a annoncé la sortie en automne prochain du clip de la chanson Mademoiselle Algérie et de son nouvel opus, au titre éponyme, souhaitant se voir davantage sollicité par les organisateurs de concerts et de tournées. Le groupe El Dey et ses instrumentistes d’exception, dont Najib Gammoura à la basse, Hassen Khoualek à la batterie, Youcef Grim à la percussion, Mahdi Djama au saxophone et Mourad Hannache au piano, ont pris le relais, étalant leurs succès repris en chœurs par une foule de plus en plus nombreuse, menée par les voix pures des chanteurs, Sami Boukhechba, Samir Merabet et Ahmed Dalel Abraz.

Le public a notamment apprécié entre autres pièces, Bnet el bahdja, Kahlet el âïn, Ana djazaïri, El Bahdja et l’incontournable Maria, révélation du groupe, dont le clip d’une nouvelle chanson au titre de Leila, est d’ores et déjà visible sur les réseaux sociaux, avant la sortie, selon Samir Merabet, d’un nouvel opus, prévu pour le premier trimestre 2019. Plus enraciné dans le patrimoine, l’ensemble Gaâda diwan Béchar a fait son entrée, dirigé par le doyen du groupe Abdelâli Laoufi au chant avec Maâlem Mejber et Mohamed Dilmi, soutenus par des musiciens de qualité, à l’instar de Mamoun battant avec aisance les cadences binaires et ternaires, sur des conceptions mélodiques aux gammes pentatoniques caractérisant les régions du sud.

Les pièces, Gourara, Rabbi h’sibek, Sobhan Allah, El guemna (l’éloquence), Baba Hammouda, Amine, amine, Ya ech’Chafi, ya Aâfi, Benbouziane et Slat aâl En’Nabi, figurent parmi le programme présenté par le groupe béchari, tiré de ses trois albums, Gaâda diwan Béchar (1999), Ziara (2003) et Ma h’low (2011). Souhaitant d’abord la bienvenue à Idir et à tout le public, Ali Amrane a ensuite excellé dans une prestation aux sonorités alliant les rythmes kabyles au rock, déployée à travers une dizaine de pièces tirées de ses quatre albums, Amsebrid (2001), Xali Slimane (2005), Akki id amur (2009) et Tizi n leryah (2013), ainsi que de Tabalizt (2016), une compilation encore inédite en Algérie.


Lire aussi : Festival de la musique actuelle de Guelma: le théâtre romain abrite la 11e édition


Doté d’une voix singulière au timbre rauque et à la tessiture large, le chanteur a rendu dans un élan empreint de maturité artistique et de professionnalisme, entre autres chansons, Ssfina, Noir et blanc, Anef as i tuzyint, « Tilufa« , Akki id amur et Tabalizt. Couronnée par les soirées Djazairama, marquées par une organisation réglée au diapason, dirigée pour l’Onda par le jeune Mahdi Mehennaoui, la caravane artistique « fêtons algérien« , aura mobilisé, selon les responsables, quelque « 3100 artistes » à l’échelle nationale, têtes d’affiches et musiciens confondus.

Lire la suite

formats

Merzak Allouache présente son dernier film « Vent divin » à Toronto

Publié le 15/08/2018, par dans Non classé.

ALGER – Le long métrage de fiction « Vent divin », dernier né du réalisateur Merzak Allouache, a été sélectionné au 43e Festival international du film de Toronto (Canada) prévu du 6 au 16 septembre prochain, annoncent les organisateurs sur leur site Internet.

Réalisé et écrit par Merzak Allouache, « Vent divin » a été finalisé il y a moins d’un mois, selon le cinéaste qui a porté à l’affiche de son film Sarah Layssac, Messaouda Boukhira Mohamed Oughlis, Hacène Benzerari ou encore Abdelatif Benahmed.

D’une durée de 93mn, le film, en noir et blanc, explore la psychologie perturbée de Amine, un jeune homme taciturne vivant dans un petit village saharien où il passe le plus clair de son temps à la lecture du Coran et à la prière avant de rencontrer Nour, une jeune femme tout aussi fragile que lui.

L’auteur de « Omar Gatlatou », le film avec lequel Merzak Allouache se présente pour la première fois au festival de Cannes en 1976 dans la section « semaine de la critique » , est un habitué de la prestigieuse manifestation à laquelle il participe régulièrement, depuis.

Plus récemment Merzak Allouache a réalisé « Les terrasses » (2013), « Madame courage » (2015) et « Enquête au paradis » (film documentaire 2016), sélectionnés dans des festivals comme la Mostra de Venise, la Berlinale et autres manifestations cinématographiques à travers le monde.

Créé en 1976 par une association culturelle, le Festival international du film de Toronto, une manifestation non compétitive, est reconnue comme un des événements cinématographique majeurs dans le monde au vu de la fréquentation du public et des professionnels du cinéma qui s’y retrouvent.

Lire la suite

formats

Les restes du Stegodon d’Ain El H’nech exposés à la presse à Alger

Publié le 15/08/2018, par dans Non classé.
Les restes du Stegodon d'Ain El H'nech exposés à la presse à Alger

ALGER – Les ossements d’un Stegodon, une espèce éteinte de la famille des éléphants, remontant à près de trois millions d’années et mis au jour récemment près de Sétif, ont été exposés à la presse mercredi à Alger.

Des ossements, des défenses et des dents de cet animal ont été découvertes lors d’une opération de fouille archéologique menée par une équipe de spécialistes de plusieurs nationalités dans la localité d’Ain El H’nech, suite à une découverte fortuite sur une chantier de travaux publics.

Cette fouille menée en juillet dernier par Mohamed Sahnouni, chercheur au Centre national de recherche en préhistoire, anthropologie et histoire (CNRPAH) a permis de mettre au jour les ossements d’un jeune spécimen de Stegodon.

Cette opération a nécessité l’intervention de spécialistes dans différentes disciplines comme des sédimentologues, des géologues, ou encore des archéologues, a indiqué la chercheure Razika Chelli qui insiste sur l’importance de cette découverte dans la compréhension de l’évolution de cette espèce en Afrique du nord.

Cette découverte, la première en Afrique du Nord, a été faite dans un des plus riches bassins préhistorique où beaucoup de fossiles avaient été découverts.

Elle a également indiqué que la datation finale des ossements découverts se fera dans des laboratoires à l’étranger.

Présent à cette petite exposition, le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a assisté à une présentation des différentes missions archéologiques menées par le CNRPAH ces dernières années dans l’Ahaggar (extrême sud algérien) et dans le site de Tabelbala à Bechar (sud-ouest).

Lire la suite

formats

Plus de 43 trafiquants de pièces archéologiques devant la justice

Publié le 14/08/2018, par dans Non classé.
Plus de 43 trafiquants de pièces archéologiques devant la justice

ALGER – Plus de 43 trafiquants de pièces archéologiques et d’œuvres d’art ont été traduits en justice durant le premier semestre de l’année en cours, outre 4427 biens culturels récupérés, a indiqué un communiqué du cabinet du ministère de la Culture.

Les mis en cause ont été arrêtés et les objets récupérés grâce à la coordination des différents secteurs concernés et à la vigilance des corps de sûreté nationale, ajoute le communiqué.

Le ministère de la Culture a salué les efforts fournis qui « reflètent la vigilance et le professionnalisme des corps de sûreté nationale en matière de lutte contre la criminalité », mettant en exergue « l’importance de la coopération de la société civile et des citoyens avec les services de sûreté et les secteurs concernés pour mettre un terme au pillage du patrimoine culturel national », conclut le communiqué.

Lire la suite

formats

« Les artistes algériens ont besoin d’appui, de soutien et de parrainage »

Publié le 13/08/2018, par dans Non classé.

GUELMA – Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a affirmé, à l’ouverture de la 11e édition du festival national de la musique actuelle, dans la nuit de dimanche à lundi à Guelma, que « les artistes algériens ont besoin d’appui, de soutien et de parrainage ».

« Les artistes algériens ont le droit de bénéficier de notre soutien et qu’on leur offre l’opportunité de rencontrer le public« , a indiqué le ministre dans son allocution d’ouverture du festival, qui se poursuivra jusqu’au 15 août au théâtre romain de la ville de Guelma, souhaitant que l’année 2018 soit celle de l’art algérien, en ouvrant la voie aux artistes et créateurs « dans les différentes manifestations artistiques« . « Si j’avais su que l’ambiance serait aussi belle et magnifique, j’aurais demandé à ce que le festival dure 10 jours« , a dit M. Mihoubi qui a beaucoup apprécié l’ambiance de la cérémonie d’ouverture, ajoutant « j’ai visité d’autres théâtres mais l’ambiance à Guelma est exceptionnelle« .

S’adressant au public présent à la première soirée, le ministre a déclaré « Si le commissariat du festival est capable de prolonger le festival de deux ou trois jours, nous sommes prêts le soutenir financièrement« . Pour sa part, le commissaire du festival, Karim Baâli a affirmé que cette 11ème édition « marque le retour du festival au théâtre romain de Guelma« , car les deux dernières éditions avaient été organisées au stade communal Ali Abda, pour des raisons techniques.


Lire aussi :

GUELMA – Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a affirmé, à l’ouverture de la 11e édition du festival national de la musique actuelle, dans la nuit de dimanche à lundi à Guelma, que « les artistes algériens ont besoin d’appui, de soutien et de parrainage ».

« Les artistes algériens ont le droit de bénéficier de notre soutien et qu’on leur offre l’opportunité de rencontrer le public« , a indiqué le ministre dans son allocution d’ouverture du festival, qui se poursuivra jusqu’au 15 août au théâtre romain de la ville de Guelma, souhaitant que l’année 2018 soit celle de l’art algérien, en ouvrant la voie aux artistes et créateurs « dans les différentes manifestations artistiques« . « Si j’avais su que l’ambiance serait aussi belle et magnifique, j’aurais demandé à ce que le festival dure 10 jours« , a dit M. Mihoubi qui a beaucoup apprécié l’ambiance de la cérémonie d’ouverture, ajoutant « j’ai visité d’autres théâtres mais l’ambiance à Guelma est exceptionnelle« .

S’adressant au public présent à la première soirée, le ministre a déclaré « Si le commissariat du festival est capable de prolonger le festival de deux ou trois jours, nous sommes prêts le soutenir financièrement« . Pour sa part, le commissaire du festival, Karim Baâli a affirmé que cette 11ème édition « marque le retour du festival au théâtre romain de Guelma« , car les deux dernières éditions avaient été organisées au stade communal Ali Abda, pour des raisons techniques.


Lire aussi : Plus de 700.000 spectateurs aux festivités culturelles de l’été 2018


Le public présent à cette soirée a pu apprécier les différentes prestations musicales dont celle du groupe algérois El Dey excellant dans le genre gnawi moderne, de la troupe de danse moderne Yakuza, du Cheb Wahid de Guelma et de Cheba Imane de Annaba. La deuxième soirée sera animée par plusieurs chanteurs et troupes musicales originaires de Guelma et d’autres wilayas dont Cheb Mohamed (Guelma), Zoheir chaoui (Oum El Bouaghi) et Cheb Zinou.

Lire la suite

formats

Plus de 700.000 spectateurs aux festivités culturelles de l’été 2018

Publié le 13/08/2018, par dans Non classé.
Plus de 700.000 spectateurs aux festivités culturelles de l'été 2018

GUELMA – Plus de 700.000 spectateurs ont assisté aux différents festivals et activités culturelles organisés depuis le début de l’été 2018 à travers le territoire national, a affirmé, dimanche soir à Guelma, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

Répondant à une question de l’APS, lors d’une conférence de presse qu’il a animée à la maison de la culture de Guelma en marge d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya, le ministre a estimé que le public qui assistera aux différentes activités artistiques peut dépasser fin août courant 1.000.000 de spectateurs. M. Mihoubi a ajouté que plus de 600 rencontres artistiques locales ont été organisées durant les 5 dernières semaines à travers le territoire national ainsi que 50 grands spectacles dans le cadre de la caravane initiée en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et l’Aménagement du territoire.

Il a également fait part dans ce contexte d’un « phénomène sans précédant enregistré dans les villes de l’intérieur du pays marqué par l’affluence parfois de 12.000 à 15.000 spectateurs« . Il a précisé que cette caravane encadrée par l’office national des droits d’auteur et droits voisins (ONDA) a visité jusqu’à présent 40 wilayas ajoutant qu’elle a réalisé « un large succès« , grâce à « l’adhésion des représentants de la société civile dans toutes les régions, notamment celles qui n’ont pas connu des activités culturelles similaires depuis 50 ans« .


Lire aussi : Festival de la musique actuelle de Guelma: le théâtre romain abrite la 11e édition


Les grands festivals dont le festival de Djemila (Sétif) et celui de Timgad (Batna) ont connu une affluence sans précédant, a constaté, M. Mihoubi qui a présidé l’ouverture de ces deux manifestations artistiques phares marquées par une forte participation des artistes algériens. Le ministre a également rappelé des grands acquis du secteur de la culture durant les 20 dernières années dans les volets relatifs au patrimoine, recherche et structures, grâce, a-t-il dit à l’intérêt affiché par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika au profit du secteur de la culture.

Le ministre de la culture s’est rendu dans le cadre de sa visite dans la wilaya de Guelma à piscine romaine à Hammam Debagh dans la commune d’Héliopolis, aux thermes romains de la ville de Guelma avant d’assiter à des activités culturelles et artistiques au niveau de la maison de jeunes scientifique Salah Boubenider, à la maison de la culture et au théâtre régional de la ville. M. Mihoubi a également visité la maison familiale du feu président Houari Boumedienne dans la commune de M’djaz Amar qui fait l’objet de travaux pour la transférer en musée dédié au deuxième président de l’Algérie indépendante.

Le ministre de la culture préside dans la soirée l’ouverture de la 11ème édition du festival national de la musique actuelle qui poursuivra jusqu’au 15 août au théâtre romain de la ville de Guelma.

Lire la suite

Home Articles posted by Admin
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair