formats

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev à Alger le 10 octobre prochain

Publié le 20/09/2017, par dans Non classé.

Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, effectuera une visite en Algérie le 10 octobre prochain, ont indiqué mercredi à Alger le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, et le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak.
Dans un point de presse tenu à l’issue des travaux de la 8ème session de la commission mixte algéro-russe, les deux ministres ont avancé que lors de cette prochaine visite de M. Medvedev en Algérie, de nouveaux accords de coopération seraient signés entre les deux pays. Selon M. Novak, cette visite devrait être couronnée par la signature de huit (8) accords.

Par ailleurs, M. Raouya a exprimé la satisfaction de la partie algérienne quant à l’évolution de la coopération entre les deux pays. Dans ce sillage, Il a particulièrement insisté sur la diversification d’un partenariat gagnant-gagnant entre l’Algérie et la Russie avec la contribution de tous les opérateurs, et ce, dans le cadre de la concrétisation du renforcement de la coopération bilatérale.

En outre, le ministre des Finances a fait part de la disponibilité de la partie algérienne à lever tous les obstacles pour faciliter davantage l’installation des entreprises russes en Algérie. De son côté, le ministre russe de l’Energie a salué l’état des relations algéro-russes en soulignant que le grand défi d’aujourd’hui est de créer des conditions propices pour les entreprises des deux pays à même de contribuer davantage non seulement dans l’évolution du volume des échanges commerciaux mais aussi dans la promotion des investissements dans les deux pays.

Il a aussi fait savoir que la partie russe avait proposé à la partie algérienne la signature d’un projet d’accord à long terme pour une durée de trois ans, portant sur les échanges économiques et commerciaux. Pour rappel, le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, a eu mercredi un entretien avec le ministre russe de l’Energie.

L’entretien a permis aux deux parties d’examiner l’état des relations bilatérales et de la coopération ainsi que les perspectives de leur renforcement, à la lumière des résultats des travaux de la réunion de cette Commission mixte intergouvernementale. L’Algérie et la Russie sont liées par un Partenariat stratégique signé en avril 2001 à Moscou. Lire la suite

formats

Visas d’entrée en France pour les Algériens : mesures d’urgence pour prendre rendez-vous dans un délai de 15 jours

Publié le 20/09/2017, par dans Non classé.

Des mesures d’urgence ont été prises par l’ambassade de France à Alger afin de permettre de prendre un rendez-vous de demande de visa dans un délai de 15 jours, a indiqué mercredi à Alger l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt.
Intervenant à l’occasion d’un point de presse animé au siège de l’ambassade, M. Driencourt a précisé que les rendez-vous proposés par TLS-contact ont tous été réservés par des demandeurs jusqu’au 31 janvier 2018, ce qui représente « près de 130 000 rendez-vous bloqués, dont une partie importante a certainement été réservée par des intermédiaires indélicats ».

« Au vu de cette situation, des mesures d’urgence ont été prises. Depuis le 17 septembre 2017, plusieurs centaines de créneaux journaliers ont été ouverts au public afin de prendre un rendez-vous dans un délai de 15 jours », a expliqué l’ambassadeur, soulignant que « ce système sera pérennisé et des créneaux supplémentaires seront ouverts chaque semaine pour permettre à d’autres demandeurs de prendre rendez-vous ».

Selon l’ambassadeur, près de 30 000 rendez-vous supplémentaires pourront être accordés d’ici la fin de l’année, le retour à la normale étant prévu à partir de janvier 2018. Expliquant la perturbation de prise de rendez-vous auprès de TLS-contact, l’ambassadeur a imputé cette situation à « des intermédiaires indélicats qui réservent des rendez-vous auprès de TLS-contact pour en tirer un bénéfice indu auprès des demandeurs », précisant, à titre d’exemple, que pour la journée du 17 septembre 2017, les consulats français (Alger, Oran et Annaba) ont enregistré une moyenne de 40% de rendez-vous annulés pour non-présentation des demandeurs.

Pour rappel, le contrat avec TLS-contact prendra fin en mars 2018, l’ambassade de France devant lancer un avis d’appel d’offres afin d’engager un nouvel opérateur, sachant que TLS contact pourrait toujours postuler. S’agissant du nombre de visas délivrés par l’ambassade de France en Algérie, l’ambassadeur a indiqué qu’il y a une « augmentation significative », précisant qu’en 2016, 410 522 visas ont été délivrés, alors que pour l’année 2017, 417 000 demandes de visas ont été déposées à la date du 31 août.

Il a estimé que si cette tendance se poursuit, elle pourrait conduire à un total de 626 000 demandes de visa à la fin de l’année en cours. Pour ce qui est des visas de circulation qui permettent à leurs bénéficiaires d’effectuer plusieurs séjours en France sans se présenter au consulat, l’ambassadeur a fait savoir que 92 000 visas de ce type ont été délivrés en 2016, ce qui représente près de de 35% de visas de court séjour.

Sur la période 2012-2016, le nombre de demandes de visas a été multiplié par deux, de même que le nombre de visas délivrés, a ajouté M. Driencourt, relevant que le taux d’acceptation des demandes de visas est resté stable, soit entre 75 et 78%, en fonction des années. Concernant le nombre de visas délivrés aux étudiants algériens désirant de poursuivre leurs études en France, M. Driencourt a indiqué qu’il est « en augmentation constante », précisant qu’à la date du 17 septembre 2017, il ne restait que 238 demandes de visas étudiants en attente sur les 1 858 dossiers qui étaient en attente à la date du 6 septembre.

Il a fait observer que la moyenne de demandes de visas étudiant reçues quotidiennement au consulat est de 80 demande, soulignant à titre indicatif qu’en 2016, quelque 7 431 visas long séjour pour études ont été délivrés, soit une augmentation de 31% par rapport à 2015 et 113% de plus qu’en 2014. Selon l’ambassadeur, la délivrance des visas pour études a augmenté de 65% pour la période 2008-2016, alors que le taux d’acceptation des demandes de visa étudiant en 2015 et 2016 s’établissait autour des 84%.

Près de 23 000 étudiants algériens poursuivent leurs études en France, soit 7% des étudiants internationaux, l’Algérie représentant par ce nombre la 3ème communauté d’étudiants en France. Lire la suite

formats

 » Hafl Itizal » rafle deux prix au Festival international du théâtre en Jordanie

Publié le 20/09/2017, par dans Non classé.

AMMAN- La pièce de théâtre « Haf Itizal » présentée par l’association culturelle  » Skamla » de Bou Ismaïl (Tipaza), à la 10e édition du Festival international du théâtre en Jordanie a raflé deux prix à la clôture de cet événement qui a vu la participation de 9 pays arabes.

La pièce théâtrale algérienne a décroché le prix de la meilleure scénographie attribué au réalisateur Khaled Belhadj, ainsi que le prix de la meilleure actrice dans un second rôle remis à la jeune comédienne Chiraz Ben Razika.

A cette occasion, Chiraz a exprimé son immense joie pour cette première distinction internationale, affirmant que ce prix « est pour elle une motivation pour travailler davantage et exceller dans cet art qui reste sa passion ».

Le président de l’association « Skamla », Kasdi Mehdi, a fait part de sa grande fierté quant à cette distinction, ajoutant que le succès de ‘Hafl Itizal’, dans sa toute première sortie internationale, « est celui de la jeunesse algérienne éprise de cet art, créative et qui tend, en dépit des difficultés matérielles et financières, à porter haut et fort la voix de l’Algérie à travers la scène théâtrale ».

Il a appelé les responsables chargés du secteur de la culture, du théâtre et des arts à se fier aux potentialités de cette jeunesse et à lui apporter le soutien nécessaire.

Ont pris part à cette 10e édition du festival international, le pays organisateur (Jordanie), l’Algérie, la Tunisie, la Libye, les Emirats Arabes Unis, le Soudan, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et le Bahreïn.

Lire la suite

formats

410 000 visas délivrés aux Algériens en 2017

Publié le 20/09/2017, par dans Non classé.

L’ambassade de France en Algérie a délivré 410 000 visas aux Algériens en 2017 pour la France, a annoncé, hier, Xavier Driencourt, l’ambassadeur de France à Alger.
« Quand j’ai quitté Alger en 2012, il y a eu 200 000 visas délivrés et aujourd’hui nous sommes à 410 000 visas», a déclaré le diplomate français, à l’issue de l’audience qui lui a été accordée par le ministre du Tourisme et de l’ Artisanat, Hassen Marmouri. En cinq ans, le nombre des visas accordés aux Algériens a été multiplié par deux, s’est félicité l’ambassadeur français à Alger.

La rencontre a été une occasion pour les deux responsables d’évoquer la coopération bilatérale entre les deux pays, notamment dans le secteur du tourisme. « Nous avons parlé des possibilités de coopération entre les deux pays, entre les différentes institutions pour développer à la fois l’image du tourisme en Algérie (…) Je pense qu’il nécessaire de développer l’image du pays pour attirer des touristes français et européens», a ajouté Xavier Driencourt, relevant que l’Algérie recèle des potentialités touristiques exceptionnelles.

De son côté, le ministre algérien du Tourisme a indiqué avoir évoqué la vision de l’Algérie à même de promouvoir la destination algérienne, notamment en Europe. « Nous avons évoqué les atouts du tourisme en Algérie qui sont grands et prometteurs (…) Nous avons aussi dissipé les craintes exprimées par les agences européennes sur la situation sécuritaire en Algérie et surtout dans le sud du pays», a souligné Hassen Marmouri. Interrogé sur les difficultés d’obtention de visa par des touristes français, le ministre a relevé que ce problème a été résolu.

« Le problème de l’octroi des visas aux touristes ne se pose plus. Une commission interministérielle a été installée à l’étranger. Je pense qu’il n’y a plus de difficultés à obtenir un visa» pour les touristes étrangers désireux de se rendre en Algérie, a expliqué le ministre. Par ailleurs, à l’issue de l’audience accordée à l’ambassadeur chinois en Algérie, le ministre du Tourisme a annoncé la signature prochainement d’un protocole d’accord avec la Chine en vue de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays dans le domaine du tourisme.

« La Chine est une destination touristique et le plus grand pays exportateur de touristes avec 120 millions de personnes par an. Nous voulons renforcer nos relations avec la Chine.Nous avons invité le ministre chinois du Tourisme pour la signature d’un protocole d’accord prévu au cours des prochains mois. Il s’agit de faciliter les procédures et d’attirer le maximum de touristes chinois», a conclu Hassen Marmouri. Lire la suite

formats

Convention de partenariat avec le FNAC

Publié le 20/09/2017, par dans Non classé.

Une convention de partenariat a été signée, hier à Alger, entre le groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT) et le Fonds national de développement de l’apprentissage et de la formation continue (FNAC) en marge d’une rencontre nationale sur la formation dans l’hôtellerie et le thermalisme.
Elle porte sur trois principaux axes : la formation des maîtres d’apprentissage chargés de l’encadrement pédagogique des apprentis au niveau des filiales du groupe HTT dans diverses spécialités (cuisine, restauration, hébergement, accueil et administration hôtelière) et la formation des directeurs des ressources humaines des 17 filiales du groupe dans le domaine de l’ingénierie de formation et élaboration de plans de formation. Il s’agit aussi de la formation, du perfectionnement ainsi que le recyclage de 3000 salariés du groupe.

Dans son allocution, Hassen Marmouri, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a reconnu que « dans le tourisme, le capital humain constitue un élément déterminant de la capacité concurrentielle. L’atteinte des résultats escomptés n’est pas uniquement tributaire des investissements financiers dans le domaine de l’infrastructure, mais elle dépend, dans une large mesure, de l’investissement consenti également en matière de formation».

Il cite des chiffres : « 1800 projets ont été agréés, dont plus de 500 sont actuellement en cours de réalisation à travers le territoire national. Une enveloppe financière de 120 milliards de dinars (crédits bancaires) a été consacrée à la modernisation de 66 unités hôtelières de HTT.» Dans sa communication, Lazhar Bounafa, PDG du groupe HTT, a affirmé : « Une double acquisition de connaissances est indispensable, elle doit être à la fois théorique et pratique.

Le challenge de faire de l’Algérie une véritable destination touristique implique un personnel doté d’une culture professionnelle et de connaissances en normes et pratiques internationales en la matière.» Il ira plus loin dans son analyse : « Toutefois, la formation dispensée à elle seule ne suffit pas, elle doit impérativement être suivie de la mise en place d’un système d’évaluation périodique, ces évaluations des niveaux de performance peuvent se faire en interne ou en externe.»

A ses yeux, c’est le temps de l’action progressive et convaincante, inscrite dans le long terme, mais il reste conscient qu’il y a encore certaines résistances aux changements. Plutôt que de rester au stade des discours, il veut établir des pistes de travail qui permettront d’atteindre les objectifs fixés.

Le tourisme algérien veut se relancer dans une conjoncture économique nationale particulière, caractérisée par la baisse des prix des hydrocarbures, une diminution des sources de financement, une concurrence internationale extrêmement rude et l’émergence de nouvelles destinations touristiques.
Lire la suite

formats

Des députés interpellent Ahmed Ouyahia

Publié le 20/09/2017, par dans Non classé.

Signée par 24 députés représentant El Moustaqbel, le RCD et le RPR, cette lettre a été remise directement au premier responsable du gouvernement qui aspire, à travers son plan d’action, à encourager l’investissement privé, générateur de richesses et de postes d’emploi dans le pays.
L’affaire concernant le blocage des équipements importés par le groupe Cevital au niveau du port de Béjaïa s’invite à l’Assemblée populaire nationale (APN). A l’initiative du député du parti El Moustaqbel, Khaled Tazaghart, une demande d’intervention a été adressée, officiellement, au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, l’invitant à mettre un terme à « un sabotage» d’un projet économique bénéfique pour la wilaya de Béjaïa et pour le pays.

Signée par 24 députés représentant El Moustaqbel, le RCD et le RPR, cette lettre a été remise directement au premier responsable du gouvernement qui aspire, à travers son plan d’action, à encourager l’investissement privé, générateur de richesses et de postes d’emploi dans le pays.

« Nous, députés de la nation, avons l’honneur de vous solliciter pour une intervention urgente concernant un projet industriel phare pour notre pays qui est bloqué par les agissements du PDG du Port de Béjaïa», lit-on dans cette lettre. Dans leur missive, ces députés expliquent les raisons de leur démarche et appellent à la correction rapide d’une injustice.

« (…) Nous, membres de la Représentation nationale, avons l’honneur de solliciter votre intervention urgente, afin de mettre fin aux agissements du PDG de l’EPB qui sont contraires non seulement à la loi mais aussi aux intérêts de notre pays et de trouver une issue honorable à cette situation», expliquent-ils. Dans son intervention en plénière, Khaled Tazaghart dénonce le blocage « d’un projet ambitieux qui est en mesure de mettre un terme à l’importation des tourteaux de soja et de créer des milliers d’emplois dans la région».

« Ce blocage est fait d’une manière arbitraire et avec de simples coups de téléphone, parfois anonymes», dénonce Khaled Tazaghart, en rappelant à Ahmed Ouyahia ses déclarations sur l’illégalité de ce blocage. Le député du RCD pour la circonscription de Béjaïa abonde dans le même sens : « Comment tolérer qu’un opérateur comme Cevital, qui emploie plusieurs milliers d’Algériens et qui participe à l’effort du développement national, soit bloqué à Béjaïa dans ses projets, alors qu’il a toutes les autorisations nécessaires ?

(…) La gestion d’un port par une camorra donne toute la mesure d’un Etat voyou qui n’a pas lieu d’être.» Dans la lettre remise à Ahmed Ouyahia, les signataires expliquent l’illégalité de ce blocage. « Ce projet industriel, porté par la société Cevital, a pour objectif de rendre notre pays indépendant pour deux catégories de produits, à savoir les huiles végétales et les tourteaux de soja, qui sont aujourd’hui importés à 100% par notre pays.

Nous avons déjà interpellé, devant l’APN, votre prédécesseur sur ce dossier que nous estimons d’une importance stratégique pour notre pays et la région de Béjaïa», précisent-ils, rappelant que Cevital a reçu toutes les autorisations pour ce projet qui devrait être implanté dans son complexe industriel.

« L’EPB a, pour ces raisons, empêché l’accostage et le déchargement de deux navires transportant les équipements pour la construction de l’usine, alors que ces équipements ont été intégralement payés et ont même obtenu les avantages de l’ANDI, selon les informations que nous avons pu vérifier auprès de la société», indique-t-on dans ce document.

« Après enquête et analyse ainsi qu’une visite effectuée dans le complexe de Cevital à Béjaïa, nous pouvons vous confirmer qu’aucune autorisation n’est prévue par la loi pour importer des équipements industriels, que la loi et la règlementation en vigueur ne donnent aucune autorité à l’EPB ou à son PDG pour réclamer une quelconque autorisation avant de procéder au déchargement d’équipements ou de toute autre marchandise et que la société Cevital nous a confirmé que l’usine de trituration de graines oléagineuses sera installée sur un terrain acheté spécialement pour ce projet, dans une zone industrielle en dehors du périmètre portuaire», lit-on dans ce document, précisant que le projet « permettra au pays d’économiser deux milliards de dollars.» Lire la suite

Home Articles posted by Admin
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair