formats

Au moins trois nouveaux postes à quai au port de Annaba

Publié le 06/03/2018, par dans Non classé.

Le port de Annaba aura cette année trois nouveaux postes à quai permettant l’accostage de gros navires.
Cette extension fait l’objet d’une étude en cours d’élaboration par le Laboratoire des études maritimes (LEM) pour le compte du ministère des Travaux publics et des Transports. C’est ce qu’El Watan a appris de sources proches du ministère de tutelle. « Une étude se rapportant à l’extension du port de Annaba, en cours d’élaboration par le Laboratoire des études maritimes, commandée par le ministère des Travaux publics et des Transports, prévoit la réalisation au minimum de trois nouveaux postes à quai, permettant l’accostage de gros navires», annoncent les mêmes sources.

Cette décision a été prise pour répondre aux besoins des projets de valorisation du phosphate et du gaz naturel à l’effet de traiter au mieux le volume de trafic supplémentaire généré par ces projets de développement. Pour accueillir ces importants projets, le port de Annaba devrait dégager entre 15 à 20 ha en matière d’espace d’entreposage au niveau du port de Annaba.

Ce qui a amené l’actuel staff dirigeant de l’EPAN à arrêter une stratégie visant l’utilisation optimale des espaces du domaine portuaire par les différents opérateurs. Pour répondre à ce besoin, et selon des sources sûres, l’actuel PDG du port de Annaba a procédé, il y a quelques jours, à la résiliation d’une convention signée en 2016 par son prédécesseur, qui liait l’EPAN à la Sarl Tristar General Trading, propriété du sulfureux député FLN Baha Eddine Tliba et son cousin Farouk Djeraya, l’ex P/APW de Annaba. En cause, le non-respect des engagements pris pour l’acquisition de cette plateforme portuaire.

En effet, à travers cette convention, la Sarl Tristar General Trading était autorisée à occuper une parcelle de terre-pleins d’environ 1,5 ha (15 000 m²) du domaine portuaire aux fins d’établissement et d’exploitation d’un outillage privé avec obligation de service public pour le déchargement et le stockage de céréales. Or et jusqu’à la date de la résiliation de la convention, les travaux relatifs à la réalisation des installations prévues n’avaient pas démarré, plus de deux années après.

Comble de l’ironie, l’indélicat député FLN ne paye pas les redevances de location et conteste le manque à gagner, réclamés par les services de l’EPAN. Une procédure de contentieux a été engagée contre cette Sarl. Mise à la disposition de l’investissement effectif, cette assiette de 1,5 ha sera associée à d’autres pour accueillir des projets structurants, soutenus par les pouvoirs publics.

« De natures diverses et variées, ils concernent aussi bien l’expansion de l’industrie sidérurgique au niveau de la région que le développement des secteurs industriel et minier, visant la valorisation du phosphate et du gaz naturel à travers la construction de complexes de transformation des engrais respectivement à Oued Kebrit à Souk Ahras, Hadjar Soud à Skikda et El Aouinet à Tébessa», révèlent nos sources.

Ces projets doivent générer un volume de trafic à hauteur de 20 millions de tonnes, dont 16 millions de tonnes à l’export pour le port de Annaba. Ces nouveaux trafics viennent en sus de l’actuel dont la moyenne est de l’ordre de 6 000 000 t/an. Mieux, pour le mois de janvier 2018, le port de Annaba a enregistré un trafic global de 355 000 tonnes, soit une progression de plus de 9% par rapport au volume de trafic réalisé pour la même période de l’exercice 2017.

Cette évolution est encore plus significative pour le trafic conteneurs qui, pour la période considérée, a augmenté de plus de 19% (12 563 EVP). « L’atteinte de ces résultats positifs par l’EPAN a été générée suite à la mise en œuvre, dès 2017 par l’actuel PDG et son Staff, d’importantes actions opérationnelles et organisationnelles. Il s’agit particulièrement du renforcement conséquent du parc de l’entreprise en équipements de production appropriés.

Ce qui a permis une amélioration sensible de la qualité de service au bénéfice des clients du port. Cela est perceptible en matière de réduction de la rade et du délai de traitement des navires à quai, contribuant ainsi à la diminution des surestaries payées aux armateurs par les clients propriétaires des marchandises, et par voie de conséquence minimiser leur impact sur le Trésor public et sur les citoyens, notamment les petites bourses», se félicitent les mêmes sources.

Force est de relever que l’année 2018 semble de bonne augure pour le port de Annaba qui, selon les informations recueillies, fait l’objet actuellement d’une forte demande en infrastructures additionnelles afin de répondre aux besoins des compagnies maritimes spécialisées dans le transport des conteneurs ainsi que pour les projets de développement des entreprises concessionnaires opérant à son niveau. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Au moins trois nouveaux postes à quai au port de Annaba
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair