formats

Affrontements entre autochtones et migrants africains à Ouargla : 1 mort et 20 blessés

Publié le 02/03/2016, par dans Non classé.

Des affrontements entre les habitants de Saïd Otba et les migrants subsahariens résidant au centre d’accueil situé à la sortie de la localité ont éclaté cet après-midi suite au meurtre d’un jeune homme poignardé par un ressortissant nigérien entré par effraction dans le domicile d’un voisin. Bilan : 1 mort et 20 blessés.
A l’origine de ce drame, une introduction par effraction dans un domicile de la périphérie de Saïd Est, mercredi vers 11h05. La ménagère qui a vu un homme s’introduire par la fenêtre de sa maison a vite demandé secours à ses voisins dont le premier arrivé, B.A a essayé d’enfermer l’intrus dans la chambre ou il se trouvait.

Ce dernier ne lui a pas donné le temps de fermer la porte, le poignardant à deux reprises, une fois droit au cœur et une seconde dans la mâchoire avant de s’enfuir par la même fenêtre d’où il s’est introduit. Evacuée en urgence vers l’hôpital Mohamed Boudiaf, la victime, âgée de 26 ans a succombé à ses blessures en cours de chemin apprend-on auprès de Hamid Benjaitit, chef de sûreté de la wilaya de Ouargla.

Dans un bilan provisoire présenté en milieu d’après-midi, le commissaire divisionnaire a fait état de l’arrestation de l’agresseur, un ressortissant de nationalité nigérienne âgé de 22 ans. Apres le ratissage de la zone sur une douzaine de kilomètres à la ronde.  » Il se cachait dans les dunes surplombant le centre d’enfouissement technique de Bamendil.

Formellement reconnu par la propriétaire de la maison objet de l’intrusion de propriété privée grâce à sa veste en cuir et ses baskets, l’agresseur était en possession de quatre portables dont un appartenait à la victime ainsi que de l’étui du poignard artisanal qui lui a servi d’arme du crime.

La police, qui a dressé de multiples cordons sécuritaires à l’entrée, à l’intérieur et à la sortie de la localité de Saïd Otba a empêché le pire vu la vive tension qui y prévalait. Une tension qui a viré à la violence à plusieurs endroits ou des migrants qui circulaient en dehors du centre d’accueil de Saïd Otba ont été sauvagement tabassés et agressés par les jeunes du quartier. Des représailles qui font craindre le pire au moment ou la commission de sécurité de la wilaya tient toujours une réunion de crise pour contenir la situation.

Dans une déclaration à El Watan, Fadel Mossadek, directeur de la santé de la wilaya de Ouargla affirme que  » le bilan de ce drame est d’une seule victime, algérienne décédée vers 11h30 et l’hôpital Mohamed Boudiaf a reçu 20 blessés présentant des traumatismes crâniens et des blessures légères.. Selon le directeur de la santé :  » tous les blessés viennent de quitter l’hôpital après y avoir reçu des soins hormis quatre d’entre eux qui restent sous observation.

Par ailleurs, et conformément à l’annonce faite en après-midi par le chef de sureté de la wilaya de Ouargla concernant les démarches administratives et légales inhérentes à ce décès, l’autopsie du corps de la victime ordonnée dans le cadre de l’enquête a été effectuée par le médecin légiste arrivé de Hassi Messaoud en fin d’après-midi. Cette démarche permettra la restitution du corps et la délivrance du permis d’inhumer à la famille. Les obsèques sont prévues jeudi après-midi selon nos informations.

Les autorités ont adressé des appels au calme via les ondes de la radio locale. Un contact direct est établi avec la famille du défunt et les notables de la localité de Saïd Otba affirmait le chef de sureté de la wilaya au courant de la journée. M. Benjaatit a affirmé que ses troupes étaient  » parées à toutes les éventualités et ne permettraient aucun dérapage ou représailles. Ceci au moment ou quelque 300 jeunes hommes de Saïd Otba encerclaient le centre d’accueil situé à la sortie du quartier. La gendarmerie, instance territorialement compétente dans cette zone a renforcé ses forces à l’intérieur et à l’extérieur du centre pour dissuader toutes représailles. Du fait, les agressions qui ont ciblé les migrants ont été enregistrées en ville après les heures de sortie des chantiers ou ces dernières travaillent toute la journée avant de rentrer aux camps.

Aucune information n’a filtré à propos des mesures prises par la commission de sécurité qui s’est réunie en fin d’après-midi sous la présidence du wali de Ouargla. Il est à signaler que les 557 personnes ont été recensées au niveau du centre d’accueil après la délocalisation effectuée après l’incendie tragique du 24 novembre dernier et qui a couté la vie à 16 personnes. Une identification biométrique a été effectuée conjointement par les services de sécurité et le croissant rouge algérien. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Affrontements entre autochtones et migrants africains à Ouargla : 1 mort et 20 blessés
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair