formats

Acquis de la lutte pour Tamazight

Publié le 30/12/2017, par dans Non classé.

– 1994-1995 : Après une grève du cartable d’une année en Kabylie, le pouvoir cède, pour la première fois depuis l’indépendance, sur la question de l’enseignement de tamazight à l’école. Après des négociations avec les militants du MCB, le gouvernement a décidé aussi de créer le Haut- Commissariat à l’amazighité (HCA).

– 1996 : Tamazight a été cité pour la première fois comme étant une composante de l’identité nationale dans la nouvelle Constitution de février 1996.

– 2002 : Suite aux événements du Printemps noir, le pouvoir accepte, enfin, de consacrer tamazight comme langue nationale, après la révision de la Constitution et l’introduction du fameux article 3 bis.

– 2016 : La lutte continue pour la langue amazighe a été couronnée une nouvelle fois par la reconnaissance du caractère national et officiel de tamazight (article 4 de la Constitution). Cette disposition prévoit la création d’une académie et la promulgation d’une loi organique pour la mise en œuvre de l’officialisation de cette langue.

– 2017 : Le rejet à l’APN d’un amendement introduit dans le projet de loi de finances 2018 par la députée du PT, Nadia Chouitem, concernant la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe, a donné lieu à une forte mobilisation en Kabylie, à Batna, à Biskra et Ghardaïa. Dans la foulée, des militants et des intellectuels appellent à l’officialisation effective de la langue amazighe et à la consécration de Yennayer comme fête nationale. La réponse du pouvoir est venue mercredi dernier, avec la décision faisant du 12 janvier une journée chômée et payée. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Acquis de la lutte pour Tamazight
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair