formats

Abdelwaheb Djazouli en concert à Alger

Publié le 28/09/2018, par dans Non classé.

ALGER – Le chanteur de la variété algérienne, Abdelwaheb Djazouli a animé jeudi soir à Alger un concret empreint de rythmes andalous et chaâbi devant ses admirateurs.

Accueilli à la salle Ibn-Zeydoun de l’Office Riad El Feth (OREF), le concert a drainé un public nombreux de fans, gratifiés de pièces de l’andalou, décliné dans ses genres hawzi et châabi algérois.

Accompagné d’un orchestre de huit musiciens dont un luthiste, pianiste et un percussionniste, Abdelwaheb Djazouli a revisité des classiques du chaâbi, exécutés avec une finesse vocale et instrumentale. Des titres, très connus du public comme « Bin el bareh oua lyoum » (entre hier et aujourd’hui), « ma narafech oua ana sghir  » (Petit, je connais rien), ont suscité de l’admiration d’un public chaleureux.

Les prouesses de l’artiste et son orchestre ont été payées par des applaudissements nourris d’un public mélomane, venu en masse pour assister à cette soirée marquant l’anniversaire de la naissance du chanteur.

Promenant son public dans un voyage Hawzi, l’artiste a interprété « Welfi Meriem », un classique de la musique andalouse chanté par de grands noms de la chanson algérienne.

Dans la deuxième partie de cette soirée, l’artiste a dévoilé trois chansons tirées de son premier album « Jazz’man », sorti dernièrement.

Djazouli a chanté « Karima », titre de chanson écrite par son père qu’il a dédiée à sa mère, avant d’enchainer avec « Ya Kmar ya ali » (ô lune si élevée!), composée par Hakim El Batni du groupe Kahina.

Issu d’une famille d’artistes dont son grand-père Cheikh Mohamed Djazouli, Abdelwahab a bercé dans un univers musical qui l’a emmené dans la voie de l’art depuis sa tendre enfance.

Passionné et inspiré par de grands noms du chaâbi dont El Hadj M’hamed El Anka, El Hachemi Guerrouabi, Abdelwahab a fait ses classes au Conservatoire d’Alger où il apprend à jouer de la guitare, du luth et de la mandoline.

A l’association « El Inchirah », qu’il a intégrée en 2003, il apprend de Smain Hini, son mentor, à chanter les noubas (pièces instrumentales et vocales de la musique andalouse).

Sur scène, le chanteur qui anime des galas privés, allie des sonorités musicales actuelles dont le gnawi moderne avec le chaâbi algérois, adapté aux goûts et aux attentes de son public.

En 2009, il enregistre son premier single intitulé « Kounti Aliya takadbi »(Tu m’avais menti), suivi de « Hayaw » en 2012 et « Nedjma », sorti deux ans plus tard.

C’est dans « Jazz’man », son premier opus de huit titres sorti en février dernier, que Abdelwahab Djazouli retrouve son style (algérois), revisité avec une touche moderne et des rythmes variés.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Abdelwaheb Djazouli en concert à Alger
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair