formats

8e Fica: le documentaire « Vivre avec son oeil » sur le photographe de guerre Marc Garanger projeté à Alger

Publié le 07/12/2017, par dans Non classé.

ALGER- Le documentaire « Vivre avec son oeil », un portrait intimiste sur le photographe de guerre Marc Garanger, témoin des atrocités durant la guerre d’Algérie, a été projeté mercredi à Alger.

En compétition au 8e Festival international du cinéma d’Alger (Fica), dédié au film engagé, « Vivre avec son £il » donne la parole à Marc Garanger qui dans les années 1960, alors appelé de l’armée française pendant la guerre d’Algérie, s’est insurgé contre sa hiérarchie en refusant des portraits d’Algériennes voilées, destinées à des photos d’identité.

Réalisé par Naïs Van Laer, ce documentaire de 59 mn consacre une grande partie à la guerre de Libération, vue par le regard de ce photographe qui a été incorporé de force dans les forces armées de son pays, engagées dans la guerre en Algérie.

Alternant témoignages et des images de Marc Garanger, engagé en tant que photographe de régiment à Sour El Ghozlane (Bouira), le documentaire porte un regard « émouvant » sur la guerre de Libération (1954-1960), période à laquelle ce photographe de 80 ans n’avait que 25 ans.

Des photographies troublantes en noir et blanc, témoignant de la violence et de tortures terribles durant la guerre d’Algérie, les exécutions sommaires des prisonniers (Corvée de bois) jusqu’aux rituels chamaniques des peuples autochtones de Sibérie, le documentaire dépeint un portrait

d’un photographe sensible qui a immortalisé des crimes de guerre, en Algérie notamment. Présent à la projection, Marc Garanger a qualifié de « viol symbolique » le fait de photographier des femme forcées à se dévoiler pour des photos d’identité.

« Il n’y a aucune violence de ma part mais c’était la situation qui était violente », s’est défendu le photographe qui se dit être pris au piège de l’armée française qui n’a jamais réclamé, a-t-il poursuivi, les « négatifs » des portraits de femmes qu ‘il a photographiées. Egalement cinéaste, Marc Garanger qui répondait à une question d’un journaliste lors des débats, a dit que ses « images témoignent de crimes commis par l’armée coloniale en Algérie ».

De son coté, la réalisatrice a précisé que les photos des essais nucléaires français à Reggane (Adrar) dans les années 1960 que Garanger a réalisées n’ont pas été retrouvées dans les archives de l’armée française.

Ces photos, a-t-elle souhaité, auraient pu être exploitées dans son documentaire, réalisé au terme de 3 années d’écriture et de tournage.

Dix-huit fictions et documentaires dont trois films algériens concourent au 8e Fica, un rendez-vous annuel dédié aux oeuvres traitant des conflits, de l’injustice et des mouvements anticolonialistes à travers le monde, qui se poursuit jusqu’au 8 décembre à la salle El Mouggar. Les films au programme de cette édition sont rediffusés à la Cinémathèque d’Alger.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé 8e Fica: le documentaire « Vivre avec son oeil » sur le photographe de guerre Marc Garanger projeté à Alger
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair