formats

85 harraga interceptés au large d’Oran et de Beni Saf

Publié le 03/10/2016, par dans Non classé.

Pas moins de 85 candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés dans la nuit du 1er au 2 octobre par les forces navales de la façade maritime ouest au large d’Oran et de Beni Saf dans la wilaya de Aïn Témouchent.

Les harraga se trouvaient à bord de cinq embarcations, dont quatre avaient pris le départ à partir d’Oran alors que la cinquième a été interceptée au nord de Beni Saf.

Les clandestins avaient l’intention de rejoindre les côtes européennes lorsqu’ils ont été repérés par des patrouilles des garde-côtes qui ont déployé plusieurs vedettes afin de les ramener à terre. L’opération avait débuté à 1h pour s’achever hier vers 9h30.

Au niveau d’Oran, les quatre embarcations transportaient quatre groupes (de 14, 22, 18 et 14 individus), soit un total de 68 jeunes en quête d’un nouveau monde,17 autres se trouvaient à bord de l’embarcation qui avait pris la mer à partir de Beni Saf. Autant dire que l’Algérie n’en a toujours pas terminé avec le phénomène de l’émigration clandestine, appelé couramment « harga».

A l’ouest du pays, ce phénomène serait même en hausse cette année par rapport à l’année dernière, à en croire des sources proches des unités des garde-côtes, contactées hier, qui affirment qu’en 2015, leurs services ont arrêté 328 candidats à la migration clandestine sur la façade maritime ouest, alors que cette année, bien que nous soyons qu’au début d’octobre, ce sont pas moins de 333 harraga qui ont été arrêtés.

C’est surtout au printemps et en été, lorsque le climat est doux, que les tentatives d’émigration clandestine sont les plus récurrentes. Cet année, par exemple, depuis le mois de mai dernier, on dénombre de nombreuses tentatives de harga, principalement à partir des côtes d’Oran, Mostaganem ou encore Ghazaouet.

On compte parmi ces malheureux candidats autant d’Algériens que de Subsahariens, tous en quête d’une vie meilleure en Europe. Il peut s’agir parfois de tentative d’émigration clandestine massive, comme ce fut le cas à Oran le 11 juillet dernier, où 70 harraga ont été interceptés au large de Kristel et de Aïn El Turck par les gardes-côtes, alors que la semaine dernière, 35 clandestins ont été interceptés au large de Aïn El Turck. On se rappelle aussi qu’en novembre 2015, une tentative d’émigration clandestine avait entraîné 44 personnes dans des embarcations de fortune mais, au final, elles ont été interceptées par les unités de forces navales.

Des drames ont toutefois lieu pendant les traversées, comme ce fut le cas en juin dernier à Bousfer (Oran), où deux candidates à la migration clandestine ont été violées par un ami de leur passeur, qui a été arrêté et condamné à 3 ans de prison ferme. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé 85 harraga interceptés au large d’Oran et de Beni Saf
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair