formats

300 millions de pétards saisis en 5 ans au port de Annaba

Publié le 22/12/2015, par dans Non classé.

D’importantes quantités de pétards et autres feux d’artifice passent à travers les mailles des douanes des ports pour finir, à la veille de chaque fête religieuse ou nationale, sur les étals des commerçants improvisés dans toutes les wilayas du pays.
Depuis janvier 2015, l’inspection des Douanes de la wilaya de Annaba a saisi quatre conteneurs contenant plus de 30 millions d’unités de produits pyrotechniques. La dernière saisie remonte à la semaine passée où les mêmes services de sécurité ont mis la main sur plus de 20 millions de pétards transportés dans deux conteneurs de 40 pieds chacun. Durant les cinq dernières années, 12 conteneurs ont été saisis au niveau de la même frontière maritime, soit quelque 300 millions de pétards, tous calibres confondus. C’est ce qu’indique un décompte officiel des Douanes.

Selon Abdelaziz Nouri, directeur des Douanes algériennes de la wilaya de Annaba, son département a renfloué, cette année, les caisses du Trésor public, au titre de pénalités, d’un montant de 242,5 millions de dinars. Ce qui renseigne on ne peut mieux sur l’intensité de ce trafic qui fait les beaux jours de plusieurs importateurs indélicats. Bien que leur importation soit strictement interdite, ces produits explosifs sont importés en masse depuis la Chine, considérée comme le premier producteur au monde.

D’importantes quantités de pétards et autres feux d’artifice passent à travers les mailles des douanes des ports pour finir, à la veille de chaque fête religieuse ou nationale, sur les étals des commerçants improvisés dans toutes les wilayas du pays. Cette situation a poussé le chef du gouvernement à instruire, il y a deux semaines, tous les walis du pays à l’effet de chercher des solutions pour juguler ce phénomène à travers des réunions des comités locaux de sécurité.

Mieux encore, selon l’article 33 de la loi de finances 2016, outre une amende égale à deux fois la valeur des marchandises, l’importation des produits pyrotechniques est passible d’une peine d’emprisonnement de six mois à cinq ans. Elle est considérée au même titre que l’importation des armes. Cependant, des importateurs indélicats continuent à braver ce risque pour inonder les marchés informels de ce produit prohibé et dangereux. « Ce commerce génère des bénéfices alléchants pouvant atteindre 20 fois le prix de revient», justifie la même source. Paradoxalement, les autorités tolèrent la vente clandestine de ce produit pyrotechnique sur un marché informel qui impose son « fait accompli».

Il a tellement gagné au fil des années en espace et en puissance que ces « bombes» sont devenues une marchandise banale qui ne peut pas se défaire de toutes les célébrations, quelles qu’elles soient. Blacklistés, ces opérateurs économiques sont, selon leurs fichiers douaniers, en majorité domiciliés dans les wilayas de Sétif, Oum El Bouaghi et Batna, qui approvisionnent tous les marchés informels en produits pyrotechniques. Ils sont spécialisés dans le domaine à travers des prête-noms. L’itinéraire de leurs containers, depuis les ports de la Chine, transite par le port de Valence (Espagne) ou de Dubaï.

Avec l’arrivée du nouveau collège, tous les containers importés depuis la Chine sont automatiquement ciblés d’office pour un contrôle approfondi. Ce qui pose un problème pour les habitués de ce créneau qui fuient, jour après jour, le port de Annaba. Pour diversifier leurs activités, ils recourent ces derniers temps à l’importation des munitions et autres objets classés « danger public». « Mes services ont saisi dernièrement plus de 250 000 cartouches, 600 torches pour fusils de guerre et autant de tasers électriques. Il faut que l’Etat réglemente le commerce extérieur. Si la situation persiste dans ce sens, l’on craint l’importation d’armes de guerre et de munitions.

Ces dernières saisies sont un signal fort pour attirer l’attention des autorités nationales», indique le directeur des Douanes algériennes de la wilaya de Annaba. Par ailleurs, cette année encore, le risque d’accidents que génèrent les jeux pyrotechniques est présent. Il est même encore plus important qu’auparavant, sachant que cette fête religieuse du Mawlid Ennabaoui coïncide avec la période des fêtes du Nouvel An. M. -F. Gaidi
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé 300 millions de pétards saisis en 5 ans au port de Annaba
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair