formats

10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger

Publié le 12/11/2019, par dans Non classé.
10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger

ALGER–Trois courts métrages, traitant de l’extrémisme violent et de terrorisme,ont été présentés lundi soir à Alger devant un public de cinéphiles nombreux.

Programmés dans « Fenêtre sur courts », une des catégories compétitives du 10e Festival international du cinéma d’Alger, ouvert jeudi, « Hadi Hiya », »La fausse saison » et « Une histoire dans ma peau », convoquent le passé sombre et douloureux de l’Algérie à travers les blessures et les traumatismes engendrés par le terrorisme des années 1990.

Le jeune Youcef Mahsas décrypte dans « Hadi Hiya » (Ainsi soit-il ) les traumatismes psychologiques de la tragédie des années 1990 à travers l’histoire d’un jeune couple. Tourmentée, Sarah qui vit dans une vétuste maison coloniale avec son mari, Lyès, et sa fille, Nazek,se remémore les souffrances d’enfance qu’elle a endurées, la rendant « prisonnière » d’un passé douloureux duquel elle ne pouvait se détacher.

Pour sa part, le réalisateur Menad Embbarek, aborde le terrorisme à travers l’histoire de Djamel, un fidèle vivant dans une famille modeste et émancipée qui, pourtant, ne le prédestinait pas à intégrer un groupuscule extrémiste qui allait attenter à la vie de son voisin de quartier, un chanteur de cabaret.

Présent à la projection, le réalisateur qui fait sa première expérience dans le cinéma avec des comédiennes novices, dit être « motivé par le devoir de mémoire à toutes les victimes du terrorisme » dont des intellectuels, artistes et journalistes.


Lire aussi: 10e Fica : projection de « L’envers de l’histoire », parcours d’une militante en Serbie


Son court métrage de 15 minutes, explique-t-il, tente de porter un regard sur « la société algérienne qui pâtit du manque de l communication », une défaillance qui favorise, selon lui, l’exclusion et l’extrémisme.

Toujours dans le même filon,Yanis Kheloufi, épluche, de son coté, le terrorisme à travers un portait de 17 mn, consacré à Kader Affak, comédien et militant engagé dans les luttes démocratiques, témoin de la période sombre des années 1990.

Acteur dans « Cœur sur la main », une organisation caritative, il s’engage aux cotés d’artistes et écrivains pour animer la scène culturelle et intellectuelle dans les anciens locaux du Mouvement démocratique et social (MDS), qui abritent depuis deux ans un espace dédié à l’expression artistique (Le Sous-Marin).

Ces lieux, dit-il, porteurs de mémoire, d’émotions et de leçons, sont évocateurs car ils ont hébergé, durant les années du terrorsime, des journalistes, écrivains ou encore des patriotes.

Dix-huit longs métrages (documentaires et fictions) et huit courts métrages sont programmés en compétition du10e Fica qui prévoit également la projection hors compétition de sept films.

Les projections se poursuivent jusqu’au 16 novembre dans les salles de l’Office de Riad El Feth (Oref) avec au programme de la journée du mardi la présentation en avant-première de la fiction « Paysages d’automne » de Merzak Allouache.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé 10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair